bourreau

(bou-rô) s. m.
   Celui qui inflige les peines corporelles qu'ordonnent les arrêts rendus en matière criminelle. Livré au bourreau. Livre brûlé par le bourreau.
   Faisant passer Photin par les mains d'un bourreau, CORN. Pomp. V, 1.
   Va ! je suis ta partie et non pas ton bourreau, CORN. Cid, III, 4.
   Je craignais beaucoup moins tes bourreaux que ses larmes, CORN. Poly. IV, 1.
   On les bat de verges par la main de bourreaux, BOSSUET III, Pent. 1.
   Fouetté par la main du bourreau, PASC. Prov. 6.
   Valet de bourreau, homme qui aide le bourreau dans les exécutions.
   Insolent comme un valet de bourreau, odieusement insolent.
   Par extension, meurtrier.
   Et toi-même des tiens devenu le bourreau, CORN. Cinna, IV, 3.
   De deux princes ses fils elle fait ses bourreaux, CORN. Rodog. II, 4.
   Toi-même de ton sang devenir le bourreau, RAC. Phèd. IV, 6.
   Il veut.... Qu'au lieu de votre époux je sois votre bourreau, RAC. Iphig. III, 6.
   Fig. Le remords sera son bourreau.
   Le vice est lui-même son cruel bourreau, D'ABLANCOURT Lucien, dans RICHELET.
   En quelque lieu que se trouve un parricide, il y rencontre un accusateur, un juge et un bourreau, LEMAÎTRE Plaid. 28, dans RICHELET.
   Les envieux sont eux-mêmes leurs bourreaux, VAUGEL. Q. C. liv. VIII, ch. 12.
   Il est lui-même son impitoyable bourreau, PATRU. Plaid. 5.
   Familièrement. Être le bourreau de quelqu'un, le tourmenter, lui rendre la vie dure.
   Un amiral était sa bête [à Pontchartrain], et un amiral bâtard du roi, son bourreau, SAINT-SIMON 141, 63.
   Être le bourreau de soi-même, faire plus qu'on ne peut, s'excéder, ne pas ménager sa santé.
   Un homme cruel, inhumain. Voyez comme il maltraite son cheval ; c'est un vrai bourreau.
   Un bourreau d'argent, un dissipateur, un homme qui n'hésite devant aucune dépense.
   Terme de reproche, expression d'humeur, d'impatience.
   Te tairas-tu, bourreau ! Donne-le donc, bourreau, lui dis-je, HAMILT. Gramm. 7.
   Oh ! le double bourreau, qui me va tout gâter, MOL. l'Étour. III, 4.
   Mes bourreaux de symphonistes raclaient à percer le tympan d'un quinze-vingts, J. J. ROUSS. Confess. IV.
   Bourreau des arbres, nom donné à plusieurs plantes à tige volubile qui nuisent aux arbres, entre autres le célastre grimpant.
   Terme de salines. Sac garni de paille que met sur son épaule l'ouvrier qui porte un panier de sel.
   BOURREAU, EXÉCUTEUR DES HAUTES OEUVRES. Dans le langage légal d'aujourd'hui, on ne dit qu'exécuteur des hautes oeuvres. Bourreau est le terme général pour tous les temps et tous les pays.
   XIVe s.
   Le licteur, c'est le bourrel, se tenoit desjà à le lier d'un laz, BERCHEURE f° 14, verso..
   XVe s.
   Prenez un bourrel et lui faites trancher la teste, FROISS. II, II, 138.
   De la soif je nomme l'eau Le bourreau Qui la fait mourir martyre, BASSELIN XXIX..
   Bourguig. borea ; wallon, boie ; provenç. borel ; pays de Coire, bojer ; provenç. mod. boyou ; anc. espagn. borrero ; espagn. mod. boya, bourreau et boucher ; ital. boja. Ménage supposait que bourreau venait de boucher, par l'intermédiaire d'un diminutif bouchereau, contracté en bourreau ; mais la contraction de ch ne se suppose pas. Diez pense que, au moyen du double suffixe er-ell (qui se trouve en effet : mât-er-eau, de mât), bourreau peut venir de boie, qui est le nom du bourreau en wallon, en espagnol et en italien (boie-er-el, d'où bourrel) ; du latin boia ou boja,<< carcan ; d'où l'ancien français buie, chaîne. D'autre part, on a dit que bourreau venait de Borel, seigneur de Bellecombe, en 1261, à la charge de pendre les voleurs du canton.
   Il est certain que plusieurs fiefs ont été possédés à charge de fournir au suzerain un pend-larron ; il est certain aussi que Borel est un nom propre ou plutôt un surnom très ancien (on le trouve dès la fin du XIe siècle : Ernegisus filius Borel, ORDERIC VITAL édit. de la Société de l'Histoire de France, t. V, p. 188.
   Odo cognomento Borel, BOUQ. XI, 204 A.
Malheureusement, les annalistes ne nous disent pas ce que signifie ce surnom ; s'il signifiait bourreau, ce qui est vraisemblable (ce surnom a pu être donné à un seigneur rigoureux justicier), bourreau serait beaucoup plus ancien que ne l'indiquent nos textes, et la dérivation n'en pourrait pas être cherchée dans un nom propre ; au contraire, le nom propre en dériverait. On a aussi songé à l'ancien français bourrel, tas de bourre, d'où les sens de remplir de bourre, tasser, et battre pour tasser ; mais l'historique, ni dans bourreau, ni dans bourre, ni dans bourrel, ne fournit les transitions qui autoriseraient cette étymologie.
SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE
2. BOURREAU (bou-rô), s. m. Terme de salines. Sac garni de paille que met sur son épaule l'ouvrier qui porte un panier de sel.
   Bourre ; bourreau a ici le sens de bourrelet.
   Effacez le n° 8 de BOURREAU.

Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré. . 1872-1877.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • bourreau — [ buro ] n. m. • 1319; de bourrer « frapper » 1 ♦ Celui qui exécute les peines corporelles ordonnées par une cour de justice, et spécialement la peine de mort. ⇒ exécuteur. Bourreau qui appliquait autrefois la torture, les supplices. ⇒… …   Encyclopédie Universelle

  • bourreau — BOURREAU. s. m. Exécuteur de la haute Justice. Mourir par la main du Bourreau. Mettre ou livrer un criminel entre les mains du Bourreau. Le valet du Bourreau. f♛/b] On dit d Un homme qui se fait payer d avance, qu Il se fait payer enbourreau; et… …   Dictionnaire de l'Académie Française 1798

  • bourreau — BOURREAU. s. m. Executeur de la haute justice. Mourir par la main d un bourreau. mettre, ou livrer le criminel entre les mains du bourreau. valet du bourreau. On dit fig. que Le remords de la conscience est un cruel bourreau, pour dire, Que la… …   Dictionnaire de l'Académie française

  • Bourreau — Le nom est fréquent dans les Deux Sèvres et dans les départements du Centre et de la Loire (37, 41, 49). On peut certes y voir un bourreau, mais il faut plutôt en faire une variante de Bourrel (11, 81, 34), qui semble avoir été un nom de baptême… …   Noms de famille

  • bourreau — Bourreau, m. acut. disyllab. Est l executeur de haute justice, Percussor publica autoritate creatus, qui Iudicis damnatione indictas imperatasque facinorosorum hominum necem publico munere exequitur, Carnufex. Et quand il baille la gehenne,… …   Thresor de la langue françoyse

  • bourreau — BOURREAU: Toujours de père en fils …   Dictionnaire des idées reçues

  • Bourreau — Peine de mort Généralités Mort · Crime capital · Couloir de la mort · Exécution sommaire Détails Exécution : Méthodes d exécution · Ordre d exécution · Bourreau · Dernier repas Liste d œuvres traitant de la peine de mort …   Wikipédia en Français

  • BOURREAU — s. m. Exécuteur des hautes oeuvres, des arrêts rendus en matière criminelle. Ce terme n est pas employé dans la loi pénale actuelle. Mourir par la main du bourreau. Mettre quelqu un entre les mains du bourreau, le livrer au bourreau. Il fut… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • BOURREAU — n. m. Celui qui exécute les arrêts rendus par les Cours criminelles et qui condamnent à quelque peine corporelle. Mourir par la main du bourreau. Mettre quelqu’un entre les mains du bourreau, le livrer au bourreau. Il fut marqué par la main du… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • BOURREAU —     Il semble que ce mot n aurait point dû souiller un dictionnaire des arts et des sciences; cependant il tient à la jurisprudence et à l histoire. Nos grands poètes n ont pas dédaigné de se servir fort souvent de ce mot dans les tragédies;… …   Dictionnaire philosophique de Voltaire

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.