sujet

sujet, ette 1.
(su-jè, jè-t') adj.
   Qui est dans la dépendance, qui est obligé d'obéir. Nous sommes tous sujets aux lois et aux coutumes du pays où nous vivons.
   Volontés sujettes, CORN. Mél. II, 8.
   ....que le pape est maître de l'un et de l'autre glaive, tant spirituel que temporel, et que toute humaine créature lui est sujette, PASC. Prov. XIX..
   Celui-ci nomma pour général de son armée Cyrus, fils de Mandane sa soeur, et de Cambyse roi de Perse, sujet à l'empire des Mèdes, BOSSUET Hist. I, 7.
   Il n'y a point de religion qui ne reconnaisse que l'homme est pécheur, et qu'il est sujet à la colère du ciel, FLÉCH. Serm. 1er dim. de l'Avent..
   Vous êtes, comme nous, Sujette à ce pouvoir qu'il [Néron] a reçu de vous, RAC. Brit. IV, 1.
   C'est une fille simple à mes désirs sujette, REGNARD Distr. I, 1.
   Être sujet à l'heure, au coup de marteau, au coup de cloche, au coup de sonnette, se dit des gens qui sont obligés d'être quelque part à heure fixe, ou de faire quelque chose à une heure précise, d'ouvrir leur porte et de laisser entrer quand on frappe, de se rendre où la cloche les appelle, de venir au bruit de la sonnette.
   Terme de féodalité. Pays sujet, fief dépendant d'un état souverain.
   Soumis par conquête.
   Rome est sujette d'Albe, et vos fils sont défaits, CORN. Hor. III, 6.
   N'eût-il que d'un moment reculé sa défaite, Rome eût été du moins un peu plus tard sujette, CORN. ib. III, 6.
   L'Égypte, toute superbe qu'elle était, et de son antiquité, et de ses sages institutions, et des conquêtes de son Sésostris, devint sujette des Perses, BOSSUET Hist. III, 5.
   Absolument. Qui est tenu à un service fort assidu. Ce maître tient ses domestiques fort sujets.
   Les grands du monde tiennent leurs enfants sujets, parce qu'ils font consister leur gloire à les perfectionner selon le monde, BOURDAL. Dominic. I, Oisiveté, 279.
   Qui ne peut s'éloigner, s'écarter. Cette femme est fort sujette auprès de son mari.
   Il se dit d'un emploi, d'un métier qui exige une grande assiduité. On est fort sujet dans cet emploi.
   Terme de manége. Tenir un cheval sujet, le soutenir quand il se traverse.
   Assujetti à supporter quelque charge, à payer certains droits. Tout propriétaire est sujet à l'impôt foncier. Il est sujet à telle redevance, à telle servitude.
   Ils [les Athéniens] créèrent des gouverneurs ou présidents perpétuels, mais sujets à rendre compte de leur administration, BOSSUET Hist. I, 5.
   Astreint à quelque nécessité inévitable.
   Dieu, en punition, le rendit [l'homme] sujet à la mort, PASC. Prov. XI.
   En péril de.
   La vertu n'était pas sujette à l'ostracisme, BOILEAU Sat. XI.
   Porté à... par inclination ou par habitude. Il est sujet à s'enivrer.
   L'ouvrier sujet au vice ne deviendra jamais riche, SACI Bible, Ecclésiastiq. XIX, 1.
   Certains poëtes sont sujets, dans le dramatique, à de longues suites de vers pompeux, LA BRUY. I.
   Et ce roi [Henri III], trop souvent sujet au repentir, Regrettait le héros qu'il avait fait partir, VOLT. Henr. IV.
   On dit de même : sujet au vin ; sujet aux femmes ; sujet à ses goûts ; sujet à ses plaisirs, etc.
   Qui est exposé à éprouver fréquemment certains accidents, en parlant des personnes.
   J'ai toujours été sujette à suer, SÉV. 575.
   Je vous plains d'être sujette à des humeurs noires qui vous font assurément beaucoup de mal, SÉV. 4 mai 1672.
   Vous me contez trop plaisamment votre malhonnête sermon.... vous êtes sujets en Provence à d'étranges prédicateurs, SÉV. 9 février 1689.
   Le pauvre homme me fait grand'pitié ; c'est un mal bien dangereux que celui d'être sujet à se marier, j'aimerais mieux boire, SÉV. 18 déc. 1689.
   êtes-vous sujet à cette cruelle maladie ? lui dit-elle avec compassion, VOLT. Zadig, 2.
   Quoiqu'il fût sujet à des emportements très féroces, je ne lui en vis jamais un pareil, J. J. ROUSS. Confess. VII.
   Il est sujet à caution, se dit d'un homme à qui il ne faut pas trop se fier.
   Cela est sujet à caution, cela est exposé à ne pas durer.
   Nous avons vu des fils de marchands et des fils de commis, qui avaient un peu d'argent et qui n'étaient pas mal faits, avoir entrée dans une des éclatantes cours de l'Europe.... il est vrai que cela est sujet à caution, et qu'aussitôt que vous êtes découvert, vous passez d'une extrémité à l'autre, LESAGE Guzm. d'Alf. I, 3.
   Il se dit, en un sens analogue, des choses.
   Nous allons voguer sur la belle Loire ; elle est un peu sujette à se déborder...., SÉV. 11 sept. 1675.
   La gloire d'un refus sujet au repentir, RAC. Brit. II, 3.
   Combien nos jugements sur les apparences sont sujets à l'illusion ; ne fût-ce que dans la perspective !, J. J. ROUSS. Ém. III.
   Peut-être tu sauras, par l'exemple d'un père, Que parfois aux héros la feinte est nécessaire ; Qu'elle est vertu souvent, et qu'avec le danger La forme du courage est sujette à changer, P. LEBRUN Ulysse, III, 2.
   Cette démarche est sujette à bien des inconvénients, cette entreprise est sujette à bien des difficultés, il y a des inconvénients à faire cette démarche, des difficultés à exécuter cette entreprise.
   Ce passage est sujet à plusieurs interprétations différentes, on peut l'interpréter de plusieurs manières différentes.
   S. m. et f. Celui, celle qui est soumis à une autorité souveraine, soit qu'il s'agisse d'un roi, d'une république ou de tout autre souverain.
   Aussitôt qu'un sujet s'est rendu trop puissant, Encor qu'il soit sans crime, il n'est pas innocent, CORN. Nicom. II, 1.
   Le monarque prudent et sage De ses moindres sujets sait tirer quelque usage, LA FONT. Fabl. v, 19.
   Louis a brisé les fers dont tu [Alger] accablais ses sujets, qui sont nés pour être libres sous son glorieux empire, BOSSUET Mar.-Thér..
   Dans le dessein de Dieu les princes sont bien plus aux sujets, que les sujets ne sont aux princes, BOURDAL. 2e dim. après Pâques, Dominic. t. II, p. 10.
   Elle [Mme de Montausier] s'acquittait en même temps de tous les devoirs d'une fidèle épouse et d'une fidèle sujette, FLÉCH. Mme de Mont..
   Cyrus avait raison de dire qu'il ne reconnaissait pour bons serviteurs et fidèles sujets que ceux qui avaient de la religion, et qui respectaient la divinité, ROLLIN Hist. anc. Oeuv. t. II, p. 476.
   Il faut [dans un état despotique] commencer par faire un mauvais sujet pour faire un bon esclave, MONTESQ. Esp. IV, 3.
   Padoue, autrefois la souveraine de Venise, mais qui alors était sa sujette, ainsi que Vicence et Vérone, VOLT. Moeurs, 70.
   Les Flamands sont naturellement de bons sujets et de mauvais esclaves ; la seule crainte de l'inquisition fit plus de protestants que tous les livres de Calvin, VOLT. Moeurs, 164.
   À l'égard du malheureux Patkul [ambassadeur mis à mort par Charles XII], il n'y eut pas une puissance qui interposât ses bons offices en sa faveur, et qui ne fît voir combien peu un sujet doit compter sur des rois, VOLT. Charles XII, 3.
   Ce n'est que dans des temps de barbarie qu'on voit des sorciers, des possédés, des rois excommuniés, des sujets déliés de leur serment de fidélité par des docteurs, VOLT. Pol. et lég. Voix du sage..
   Un évêque de Worcester a depuis peu prêché à Londres l'inoculation ; il a démontré en citoyen combien cette pratique avait conservé de sujets à l'État, VOLT. Dict. phil. Inoculation..
   Il [Hobbes] fut honnête homme, sujet attaché à son roi, citoyen zélé, homme simple, droit, ouvert et bienfaisant, DIDER. Opin. des anc. phil. (hobbisme)..
   Corneille l'a dit d'une ville.
   Corinthe est bon sujet ; mais il veut voir son roi, Et d'un prince éloigné rejetterait la loi, CORN. Méd. II, 6.
   Fig. et familièrement. Il est bon prince, il ne foule pas ses sujets (voy. fouler, n° 5).
   XIIe s.
   E tute Ydumée lui fud subjecte e rendid chevage et treüd, Rois, p. 148.
   XIIIe s.
   À cui doi ge estre souzgiez se à Dieu non ?, Psautier, f° 72.
   Li sires et si subjit ont relation ensemble aussi comme uns artiens à son instrument, BRUN. LATINI Trésor, p. 314.
   Bestes i ot de grant maniere, Foibles et fors, granz et petites, Qui totes sont au roi sougites, Ren. 8262.
   Avez-vous guerre à lui emprise, Por ce que il vous aime et prise, Et que il est vostre subgiez ?, la Rose, 3287.
   Ce fu l'omme du monde [St Louis] qui plus se traveilla de paiz entre ses sousgiz, JOINV. 292.
   XVe s.
   Nous sommes subgietz à la couronne de France, FROISS. II, II, 170.
   Princes qui ont peuples à gouverner [St Louis] Ne se doivent pas trop humbles monstrer à leurs subgiez, E. DESCH. Comm. les roys et les princes..
   Pour rien ne voudriez deshonorer une simple sujette comme je suis, LOUIS XI Nouv. XXIV.
   XVIe s.
   Ils prononcent qu'ils ont la puissance de commander, et que tous sont sujets à leur obeir, CALV. Instit. 910.
   Ce jeune prince estoit fort sujet à son plaisir, MARG. Nouv. IV.
   ....Et n'entends pas que, pour un mot, soyons sujets [forcés] de vous croire, MARG. ib. LVII.
   Merveilleusement subject à la goutte, MONT. I, 20.
   Aucuns escrivent qu'il estoit grand mesnager et fort subject à son profit, AMYOT Thém. 8.
   Homme eloquent, mais lasche de cueur et subject à l'argent, AMYOT ib. 11.
   La ville de Potidée pour lors subjette aux Atheniens se rebella, AMYOT Péric. 57.
   Le vray cuir est dit derma, pource qu'il se peut separer des autres parties sujettes, PARÉ I, 3.
   Qui de ses subjects est haï n'est pas seigneur de son païs, COTGRAVE .
   Bourguig. seujai ; provenç. subjet, suget, sosget ; catal. subjecte ; espagn. sugeto ; portug. sujeito ; ital. soggetto ; du lat. subjectus, de sub, sous, et jacere, jeter.
————————
sujet 2.
(su-jè ; le t ne se lie pas ; au pluriel, l's se lie : des su-jè-z excellents ; sujets rime avec traits, succès, paix, etc.) s. m.
   Cause, raison, motif.
   Le monde a sujet de se plaindre, BALZ. liv. I, Lett. 6.
   Lorsqu'il est question d'une certitude métaphysique, on ne peut nier que ce ne soit assez de sujet pour n'en être pas entièrement assuré [de l'existence des corps], que d'avoir pris garde qu'on peut s'imaginer, étant endormi, qu'on a un autre corps, DESC. Méth. IV, 6.
   Maxime : Vous me semblez pensif. - Cinna : Ce n'est pas sans sujet, CORN. Cinna, III, 2.
   J'ignore à quel sujet vous m'en venez instruire, CORN. Nicom. III, 7.
   La Rappinière demanda à Destin pourquoi il se déguisait le visage d'un emplâtre : il lui dit qu'il en avait sujet, SCARR. Rom. com. I, 4.
   L'homme est ainsi bâti : quand un sujet l'enflamme, L'impossibilité disparaît de son âme, LA FONT. Fabl. VIII, 25.
   C'est une fille propre aux choses qu'elle fait, Et vous me la chassez pour un maigre sujet, MOL. Fem. sav. II, 7.
   C'est leur donner [aux incrédules] sujet de croire que les preuves de notre religion...., PASC. Pens. XXII, 1, éd. HAVET..
   Vous n'avez aucun sujet de les traiter d'hérétiques, PASC. Prov. XVII.
   Je n'ai pris sujet de rire que de ce qu'il y a de ridicule, PASC. ib. XI.
   Quoique la fièvre ne soit pas encore diminuée, il y a sujet de tout espérer, SÉV. 412.
   Nous avons tout sujet de croire que Philisbourg ne nous tiendra pas encore longtemps dans l'inquiétude où nous sommes, SÉV. 467.
   Les plus soupçonnés, soit avec sujet, soit sans sujet, de pencher vers le relâchement, BOURDAL. Sur la fausse consc. 1er avent, p. 155.
   La crainte de Dieu réglait toutes ses actions [de Marie-Thérèse], et la médisance n'eut jamais ni le sujet ni le courage d'en parler, FLÉCH. Mar.-Thér..
   Ils verront leurs péchés, non pas comme la matière de leurs plaisirs, mais comme le sujet de leur damnation, FLÉCH. Sermons, 1er dim. de l'Avent..
   Je plains avec sujet Des coeurs dont les bontés trop mal récompensées M'avaient pris pour objet de toutes leurs pensées, RAC. Bajaz. II, 3.
   D'autres me demandaient le sujet qui l'amène, RAC. Iphig. I, 4.
   Il ne fut jamais sous les cieux Un si juste sujet de larmes, RAC. Esth. I, 5.
   Les sujets de plaintes qu'il lui a donnés, HAMILT. Gramm. 5.
   Un premier ministre ne doit pas se mettre beaucoup en peine, si on crie, mais seulement si on a sujet de crier, BOISGUILLEBERT le Dét. de la Fr. III, 8.
   Oublions ces sujets de discorde et de haine, VOLT. Ad. du Guesclin. II, 2.
   La pompe du style, les idées exaltées, cette diction brillante et poétique, qui, après avoir fait la fortune de son ouvrage [de Buffon], sont devenues, pour beaucoup de lecteurs, un sujet de reproche, DELILLE Trois règ. Disc. prél..
   Matière sur laquelle on compose, on écrit, on parle.
   Le sujet [du Menteur] m'en a semblé si spirituel et si bien tourné, que j'ai dit souvent que je voudrais avoir donné les deux plus belles [pièces] que j'ai faites, et qu'il fût de mon invention, CORN. Ment. Examen..
   Vous n'avez point de sujets affectés pour le faire paraître [l'esprit], vous parlez, vous jugez de tout également bien, MÉRÉ De la justesse..
   Papillon du Parnasse, et semblable aux abeilles, Je suis chose légère et vole à tout sujet, LA FONT. Poésies mêlées, LXIX..
   Leur donner [à ceux qui doutent de l'existence de Dieu] pour toute preuve de ce grand et important sujet le cours de la lune et des planètes, PASC. Pens. XXII, 2, éd. HAVET..
   Voilà un beau sujet de roman ou de tragédie ; mais surtout un beau sujet de raisonner, et de parler éternellement, SÉV. 10.
   Mon goût s'est trouvé bien juste avec le vôtre au sujet d'Esther, SÉV. à Mme de Grignan, 10 juill. 1689.
   J'en fais souvent [de votre mérite] le sujet de mes admirations, et du bonheur que j'ai d'avoir quelque part à l'amitié.... d'une telle personne, SÉV. à Mlle de Scudéry, 11 sept. 1684.
   Si les paroles nous manquent, si les expressions ne répondent pas à un sujet si vaste et si relevé, les choses parleront assez d'elles-mêmes, BOSSUET Reine d'Anglet..
   Cette parole [de l'Évangile : Mon fils, vous êtes toujours avec moi] ne se traite guère dans les chaires, parce que cette inviolable fidélité ne se trouve guère dans les moeurs ; expliquons-la toutefois, puisque notre illustre sujet nous y conduit, BOSSUET Mar.-Thér..
   N'offrez point un sujet d'incidents trop chargé, BOILEAU Art p. III.
   Le premier sujet de délibération entre le roi et les Étoliens fut de savoir par quelle expédition il fallait commencer, ROLLIN Hist. anc. Oeuvr. t. VIII, p. 358.
   Le sujet doit marcher avec vitesse ; une scène qui n'est pas un nouveau pas vers la fin est vicieuse, FONTEN. Réfl. poétiques, Oeuvres, t. v, p. 145, dans POUGENS..
   Il ne faut pas toujours tellement épuiser un sujet, qu'on ne laisse rien à faire au lecteur, MONTESQ. Esp. XI, 20.
   C'est une faute du sujet, dit-on, et non de l'auteur ; comme si ce n'était pas à l'auteur à corriger son sujet lorsqu'il est défectueux, VOLT. Oedipe, 3e lett..
   L'art et le génie consistent à trouver tout dans son sujet, et non pas à chercher hors de son sujet, VOLT. Oreste, Ép..
   Brumoy s'imaginait qu'on ne pouvait traiter que des sujets historiques ; il cherchait les raisons pour lesquelles les sujets d'invention n'avaient pas réussi, VOLT. Scythes, Épît..
   Il [Racine] portait encore l'habit ecclésiastique, quand il fit la tragédie de Théagène qu'il présenta à Molière, et celle des Frères ennemis, dont Molière lui donna le sujet, VOLT. Louis XIV, Écrivains, Racine..
   C'est le sort de toutes les conversations de passer d'un sujet à un autre, VOLT. l'Hom. aux 40 écus, un Bon souper..
   Il y a des sujets inépuisables ; d'ailleurs il est utile que ceux qu'il nous importe de connaître soient envisagés sous différents aspects, et vus par différents yeux, DUCLOS Consid. moeurs, 3.
   On ne lirait point aujourd'hui sans étonnement la liste des sujets de dévotion ou de morale que l'Académie a proposés pour le prix d'éloquence depuis l'année 1671 jusqu'à l'année 1758, où ces sujets ont cessé, D'ALEMB. El. Mongin, note 1.
   Ce n'est pas, comme l'a entendu l'abbé Terrasson, la colère d'Achille en elle-même, mais la colère d'Achille fatale aux Grecs, qui fait le sujet de l'Iliade, MARMONTEL Oeuvres, t. VIII, p. 431.
   Être plein de son sujet, l'avoir bien médité, bien pénétré.
   Il se dit des personnes qui sont objet, sujet, motif de quelque chose.
   Ce doit vous être assez de m'avoir abusée, Sans faire encor de moi vos sujets de risée, CORN. la Suiv. v, 3.
   De maints tournois elle fut le sujet, LA FONT. Faucon..
   La beauté est partagée en mille différentes manières ; le sujet le plus propre pour la soutenir, c'est une femme, PASC. Pass. de l'amour..
   Elle, que j'avais vue si attentive pendant que je rendais le même devoir à sa mère, devait être sitôt après le sujet d'un discours semblable, BOSSUET Duch. d'Orl..
   Lorsque de notre Crète il [Thésée] traversa les flots, Digne sujet des voeux des filles de Minos, RAC. Phèdre, II, 5.
   Là tu verras d'Esther la pompe et les honneurs, Et sur le trône assis le sujet de tes pleurs, RAC. Esth. I, 1.
   Au sujet d'une personne, sur le sujet d'une personne, relativement à elle.
   Je vous dirai franchement qu'on se moque partout de vous.... qu'on nous jette de tous côtés cent brocards à votre sujet, MOL. Avare, III, 5.
   Ce n'est pas la mode de m'accuser de faiblesse pour mes amis.... j'ai fait ici mes preuves de générosité sur le sujet des disgraciés, SÉV. à Bussy, 26 juill. 1668.
   Vous voudriez donc que je visse votre coeur sur mon sujet ; je suis persuadée que j'en serais contente, SÉV. à Mme de Grignan, 19 janv. 1674.
   Vous dire que vous demeuriez en repos sur mon sujet, BOSSUET Lett. Corn. 22.
   M. Desmarets parle fort bien sur votre sujet, MAINTENON Lett. au duc de Noailles, 6 févr. 1711.
   Être sur le sujet de quelqu'un ou de quelque chose, en parler, en causer.
   Il se dit en parlant des arts. Sujet de tableau tiré de la Fable, de l'Écriture, de l'histoire.
   Terme de musique. Air sur lequel on fait les parties.
   Particulièrement. La phrase qui commence une fugue et qui lui sert de thème.
   Objet d'une science. Le sujet de la médecine est l'étude des maladies.
   En logique et en grammaire, terme essentiel de toute proposition, celui dont on affirme ou nie quelque chose.
   Il y a quatre sortes de sujets : 1° sujet simple, tant au singulier qu'au pluriel ; 2° sujet multiple ; 3° sujet complexe ; 4° sujet énoncé par plusieurs mots qui forment un sens total et qui sont équivalents à un nom, DUMARS. Oeuv. t. v, p. 44.
   Le sujet exprime, tantôt une idée universelle et qui convient à plusieurs individus, comme celle d'homme, d'animal ; tantôt une idée singulière, et qui ne convient qu'à un individu, comme celle de Callias, de Socrate, BARTHÉL. Anach. ch. 57.
   Sujet grammatical, le mot auquel le verbe se rapporte ; sujet logique, la réunion de tous les mots qui servent à exprimer le sujet. Dans : l'objet de vos moqueries va venir, le sujet grammatical est l'objet, par opposition au sujet logique, qui est l'objet de vos moqueries.
   Terme de philosophie. L'être qui a conscience de lui-même, par opposition à objet. Le sujet et l'objet.
   Personne par rapport à sa capacité, à sa conduite. C'est un grand sujet, un digne sujet, un plat sujet, un mince sujet, un pauvre sujet.
   Il y a encore quelques autres sujets de son âge dont nous devons espérer beaucoup, BALZ. liv. VIII, lett. 36.
   La bonté, qui est si aimable en tous les sujets où elle se trouve, VOIT. Lett. 22.
   Le cardinal Trivulce, le plus capable sujet de sa faction, et peut-être du sacré collége, RETZ Mém. t. IV, liv. v, p. 22, dans POUGENS.
   Ce qu'elle [l'Académie] sent le plus, c'est d'avoir perdu un sujet déjà distingué par ses talents, destiné naturellement à aller fort loin, et arrêté au milieu de sa course, FONTEN. Éloge du Fay..
   Il se dit, en ce sens, des femmes.
   La baronne : Mais, Frontin, vous me parlez-là d'un fort joli sujet. - Frontin : Je vous en réponds : aussi je la destine pour l'opéra, LESAGE Turcaret, II, 1.
   C'est une femme attentive, adroite, affectionnée, vertueuse ; c'est le meilleur sujet, le plus fidèle, MARIV. Marianne, 10e part..
   Un bon sujet, un homme qui se conduit bien.
   Bon sujet se dit aussi, dans les colléges, d'un écolier qui étudie et travaille bien.
   Mauvais sujet, homme livré au désordre, à l'inconduite.
   Quoique je ne fusse pas un mauvais sujet, je vivais avec des gens qui l'étaient passablement, et c'était un moyen de le devenir, DUCLOS Oeuv. t. x, p. 50.
   Toutes les femmes aiment naturellement les mauvais sujets, GENLIS Mères riv. t. I, p. 74, dans POUGENS.
   Je me souviens qu'à mon service tu étais un assez mauvais sujet, BEAUMARCH. Barb. de Sév. I, 2.
   Mauvais sujet se prend quelquefois en un sens moins défavorable, pour étourdi, folâtre, qui fait des sottises, mais dont le coeur reste bon et les manières aimables.
   Nous autres, mauvais sujets, nous inspirons parfois des passions à des douairières, à des héritières, et nous finissons par être d'excellents maris, PICARD Deux Philiberts, II, 12.
   On dit de bons, de mauvais sujets, quand on considère les deux mots comme séparés dans la locution ; et des bons, des mauvais sujets, quand on les considère comme unis.
10°   Terme de jardinage. L'arbre qu'on destine à être greffé, ou que l'on soumet à cette opération.
   L'observation des phénomènes que présente l'union de la greffe au sujet, CONDORCET Duhamel..
11°   Terme d'anatomie. Cadavre que l'on dissèque. La difficulté de se procurer des sujets.
   En termes d'histoire naturelle, un être qu'on examine.
   On avait fait l'honneur au sujet décrit et dessiné par M. Edwards, de lui arracher les pieds et les jambes comme à un véritable oiseau de paradis, BUFF. Ois. t. v, p. 205.
12°   Être vivant qui est l'objet des soins de la médecine ou de l'hygiène. Les animaux domestiques sont les sujets de l'hygiène vétérinaire.
   On trouve quelquefois des sujets de l'un ou de l'autre sexe, auxquels on ne peut mettre sans danger des vésicatoires avec les cantharides, PORTAL Instit. Mém. scienc. t. IX, p. 402.
   Ce malade est un bon sujet, un mauvais sujet, il est d'une bonne ou d'une mauvaise constitution.
   Fagon, sujet aux atteintes du haut mal, était un méchant sujet en termes de chirurgie, SAINT-SIMON 99, 57.
   XIVe s.
   Et delettacion parfait operacion, non pas comme un habit parfait son subjet en quoy il est, ORESME Éth. 305.
   XVIe s.
   Si on n'occupe les esprits à certain subject qui les bride, MONT. I, 34.
   C'est un subject continuel de torment, MONT. I, 71.
   Certes c'est un subject merveilleusement vain, divers et ondoyant, que l'homme : il est malaysé d'y fonder jugement constant et uniforme, MONT. I, 1.
   À peine trouveras-tu jamais la veine porte semblable en deux sujets, pour la varieté de l'individu, PARÉ I, 21.
   Sujet 1.

Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré. . 1872-1877.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • SUJET — Il n’est point de sujet sans dépendance affirmée à l’égard d’une puissance dont ce sujet relève, de par les hasards de sa constitution anatomique, de son caractère et de sa situation au sein d’une classe sociale et d’une constellation familiale… …   Encyclopédie Universelle

  • Sujet — (französisch für „Thema“) bezeichnet den Inhalt oder Gegenstand einer Beschreibung. Der Begriff kann als Synonym für den Stoff einer Geschichte oder das Thema eines Vortrags verwendet werden. Das gilt auch für die Bildende Kunst, wobei der… …   Deutsch Wikipedia

  • sujet — SUJÉT, sujeturi, s.n. (înv.) Temă (literară), subiect. ♦ Prilej, motiv. – Din fr. sujet. Trimis de IoanSoleriu, 29.07.2004. Sursa: DEX 98  sujét s. n., pl. sujéturi Trimis de siveco, 10.08.2004. Sursa: Dicţionar ortografic …   Dicționar Român

  • Sujet — Sn Thema per. Wortschatz fach. (18. Jh.) Entlehnung. Entlehnt aus frz. sujet, der Entsprechung von Subjekt.    Ebenso nschw. sujett, nnorw. sujett. ✎ DF 4 (1978), 593. französisch frz …   Etymologisches Wörterbuch der deutschen sprache

  • Sujet — (fr., spr. Süschäh), 1) so v.w. Subject; 2) Gegenstand, bes. 3) Gegenstand, Stoff, Vorwurf einer Rede, eines Gedichts, Dramas, einer Oper etc.; 4) (Mus.), der Hauptsatz, das Thema …   Pierer's Universal-Lexikon

  • Sujet — (franz., spr. ßǖsché), soviel wie Subjekt; Gegenstand, besonders der Gegenstand oder Vorwurf, die Fabel (s. d.) einer Erzählung, eines Gedichtes, eines Dramas, Stoff einer Rede etc …   Meyers Großes Konversations-Lexikon

  • Sujet — (frz., spr. ßüscheh), Gegenstand, Stoff, Vorwurf einer Rede etc …   Kleines Konversations-Lexikon

  • Sujet — (süschä), frz., was Subject …   Herders Conversations-Lexikon

  • sujet — DEFINICIJA v. siže …   Hrvatski jezični portal

  • SUJET — s. m. Cause, raison, motif. Il vous a querellé sans sujet, pour un sujet fort léger. Vous ne lui en avez point donné sujet. J ai sujet de me plaindre. À quel sujet avez vous fait telle chose ? Il n en use pas de cette sorte sans sujet. Il lui a… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.