besogne

(be-zo-gn') s. f.
   Ce qui est de besoin, affaire, apprêt.
   Le galant [le renard] pour toute besogne Avait un brouet clair ; il vivait chichement, LA FONT. Fabl. I, 18.
   Ce qu'il est nécessaire de faire, travail, ouvrage. Celui qui ne serait propre à aucune autre besogne. Achever sa besogne. Se partager la besogne.
   Elle fait la grosse besogne, SÉV. 221.
   S'endormir sur la besogne, ne pas avancer dans un travail.
   Familièrement. Aimer besogne faite, ne pas aimer le travail.
   N'avoir pas besogne faite, avoir beaucoup d'embarras.
   Qui vit céans, ma foy, n'a pas besogne faite, RÉGNIER Sat. XI.
   MM. les gens du roi, entre la chancellerie et la grande aumônerie, n'ont pas besogne faite, P. L. COUR. II, 291.
   Abattre de la besogne, faire beaucoup de travail.
   Aller vite en besogne, être expéditif ; agir avec précipitation ; dissiper promptement ses ressources.
   Faire plus de bruit que de besogne, parler beaucoup et ne pas agir ; se donner beaucoup de mouvement et ne pas faire grand'chose.
   Donner, tailler de la besogne à quelqu'un, lui préparer sa tâche, et fig. lui donner de la peine, lui susciter des embarras.
   Faire de la bonne besogne, de la belle besogne, travailler d'une façon utile ; et ironiquement, vous avez fait là de la belle besogne, vous avez fait une maladresse, une sottise, etc.
   Dépêcher besogne, dégrossir une besogne.
   Ils [ceux qui sont chargés des recherches de noblesse] dépêchent besogne et leurs secrétaires la défrichent, SAINT-SIMON 143, 82.
PROVERBE Selon l'argent la besogne, c'est-à-dire ce n'est qu'en payant bien qu'on obtient un ouvrage, un travail bien fait.
   XIIe s.
   Et Gilemers l'Escot dit outrage et folie, Quant de ceste besoigne devant tous vous desfie, Sax. XX.
   [Trois messagers] qui fassent vo [votre] besoigne bien et hardiement, ib. XXI.
   Seigneur, fait-il à els, tut senz [sans] en plait entrer, Ne me deit pas mis sires acuinte demander ; Car tut cest grant aveir que ci vus oi numer, En ses busoignes l'oi fait metre e aluer, Th. le mart. 43.
   XIIIe s.
   D'aprocher [avancer] la besoigne plus ne detrierai, Berte, VII.
   Bien [je] ferai la besoigne, de ce n'esteut douter, ib. XVII.
   Et eslurent li prison deux d'eaus [deux d'entre eux] pour porter ceste besoigne, Chron. de Rains, p. 97.
   Du païs gaires ne t'esloigne ; Et se tu as si grant besoigne Que esloigner il te conviengne, Garde bien que tes cuers remaigne, la Rose, 2584.
   Cil qui est tuteres por enfans sous aagiés, n'est pas tenus à fere les besongnes des enfans à son coust, BEAUMANOIR XVII, 8.
   Homs de religion ne doit pas estre receus en office d'avocat en ceste cort laie, se ce n'est por la besogne de s'eglise, BEAUMANOIR V, 18.
   Sa besoigne atira [disposa] en tel maniere que toute sa gent qui estoient mal armée, il les envoia par une valée mal couverte, JOINV. 271.
   Je ne weil pas oublier aucunes besoignes qui avindrent en Egypte, tandis que nous y estions, JOINV. 251.
   Si dit au roi : Sire, je venrai demain parler à vous de mes besoignes [affaires], JOINV. 288.
   XVe s.
   Renvoyerent leurs harnois, sommes, malles et habits par mer ; si arriverent ces besognes à l'Escluse en Flandre, FROISS. I, I, 44.
   Mets-y donc une chançonnette ; S'en voudra mieuls ta besongnette, FROISS. Espinette amour..
   Lors congneut le dit duc que ses besongnes alloient mal, car il n'avoit ame avec lui, COMM. III, 2.
   Il m'a autreffois dit qu'il congnoissoit ses subjectz et qu'il les trouveroit bien si les besongnes se portoient mal [si les affaires devenaient mauvaises], COMM. IV, I.
   Or vous en allez à l'heure que vous devez faire vos besongnes ou jamais, veu les grandes choses qui tombent entre les mains du roy dont il peult agrandir ceulx qu'il ayme, COMM. V, 13.
   XVIe s.
   Faire ses besongnes [ses affaires, un profit], AMYOT Cam. 19.
   Ceste desfaitte donna matiere de parler de son excellente et admirable vertu à ceulx qui l'avoient veu en besogne, AMYOT Pyrrhus, 15.
   Autre forme de besoin ; bourguig. besongne ; provenç. besonha ; ital. bisogna. Chifflet, Gramm. p. 200, remarque, au XVIIe s. qu'on écrit besoigne, et qu'on prononce besogne.
SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE
BESOGNE.
   Sorte de grand bateau, dit aussi bateau normand, ou chaland besogne.

Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré. . 1872-1877.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • besogne — [ bəzɔɲ ] n. f. • besoigne 1165; forme fém. de besoin → besoin 1 ♦ Vx Besoin, ce qui est nécessaire (⇒ besogneux). Acte sexuel. 2 ♦ Mod. Travail imposé par la profession ou par toute autre cause. ⇒ occupation, ouvrage, tâche, 1. travail. Abattre… …   Encyclopédie Universelle

  • besogne — BESOGNE. s. fém. Terme du style familier. Travail, ouvrage, l action par laquelle on fait une oeuvre. Un artisan attentif à sa besogne. Mettre la main à la besogne. Aller à sa besogne. Être à sa besogne. Une longue besogne. Faire sa besogne.… …   Dictionnaire de l'Académie Française 1798

  • besogne — BESOGNE. s. f. Travail, ouvrage, l action par laquelle, ou avec laquelle on fait une oeuvre, un travail. Le laboureur, ou l artisan est attentif à sa besogne. mettre la main à la besogne. aller à sa besogne. une longue besogne. faire sa besogne.… …   Dictionnaire de l'Académie française

  • Besogne — Be*sogne , n. [F. bisogne.] A worthless fellow; a bezonian. [Obs.] [1913 Webster] …   The Collaborative International Dictionary of English

  • Besogne — (frz. Besonnj), Geschäft, Auftrag …   Herders Conversations-Lexikon

  • BESOGNE — s. f. Travail, ouvrage ; action par laquelle on fait une oeuvre. Avoir de la besogne. Mettre la main à la besogne. Aller à sa besogne. Être à sa besogne. Une longue besogne. Se mettre en besogne, à la besogne. Faire sa besogne. Quitter sa besogne …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • BESOGNE — n. f. Travail qu’exige de chacun sa profession, action par laquelle on fait une oeuvre. Avoir de la besogne. Mettre la main à la besogne. Aller à sa besogne. être à sa besogne. Une longue, une rude besogne. Faire sa besogne. Quitter sa besogne.… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • besogné — (be zo gné) part. passé. Uniquement employé dans des locutions de ce genre : c est à lui mal besogné, il a mal fait. •   Ce ne serait à vous bien besogné, LA FONT. Faiseur …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • besogne —    L’acte vénérien, que nous accomplissons sans douleur mais non sans fatigue. C’est ce que Fourier appelle le travail attrayant .        Quand ils ont bien travaillé et qu’ils sont saouls de la besogne.    TABARIN.         De le faire cent coups …   Dictionnaire Érotique moderne

  • Besogne — Be|so|gne* [bə zɔnjə] die; , n <aus gleichbed. fr. besogne, weitere Herkunft unsicher> (veraltet) Besorgung, Geschäft, Arbeit …   Das große Fremdwörterbuch


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.