attendrir

(a-tan-drir) v. a.
   Rendre tendre, non dur. La gelée attendrit les choux.
   Par extension.
   Avant d'avoir attendri sa vue en se tenant en un lieu obscur, DESC. Diopt. 9.
   Fig. Émouvoir, rendre sensible.
   Heureuse, si mes pleurs peuvent vous attendrir, RAC. Iphig. III, 5.
   La vue du fils m'attendrit le coeur pour le père, FÉN. Tél. XV.
   Après donc s'être bien attendri le coeur l'un à l'autre, l'Étoile fit savoir à Destin tous les bons offices qu'elle avoit rendus à la Caverne, SCARR. Rom. com. II, 13.
   Pour ces deux étrangers laissez-vous attendrir, VOLT. Oreste, IV, 8.
   Le monologue de Mme Denis attendrit tout le monde, parce que Mme Denis a la voix tendre, VOLT. Lettr. d'Argental, 23 sept. 1760.
   Par extension.
   Sans qu'une fois au moins votre muse en extase Du mot de tolérance attendrisse une phrase, GILB. Apologie..
   Ah ! dites bien qu'amoureux et sensible, D'un luth joyeux il attendrit les sons, BÉRANG. Bonne vieille..
   Un roi qui, non content d'effrayer les mortels, Laisse aux pleurs d'une épouse attendrir sa victoire, RAC. Iph. III, 4.
   S'attendrir, v. réfl. Devenir tendre, non dur. Les choux s'attendrissent à la gelée.
   Fig.
   Je m'attendris sur elle, VOLT. Sémir. II, 1.
   C'est vous seul pour qui mon coeur s'attendrit, FÉN. Tél. III.
   Elle feignit de s'attendrir pour Ulysse, FÉN. ib. I.
   S'ATTENDRIR SUR, S'ATTENDRIR POUR. S'attendrir sur quelqu'un, c'est être sensible à son malheur, en avoir compassion. S'attendrir pour quelqu'un, c'est s'attendrir en faveur de quelqu'un, être disposé à le secourir, à le défendre.
   XIIe s.
   Rolant l'entent, li cuers li atenrie, Ronc. p. 58.
   XIIIe s.
   Durs fu li pains et crouste et mie : Li dui n'en menjaissent demie, Se il atendri ne l'eüssent, RUTEB. II, 174.
   Je ne voz [voulus] onques retourner les yex vers Joinville, pource que le cuer ne me attendrisist du biau chastel que je lessoie, JOINV. 209.
   XVIe s.
   Il n'eut onques le cueur de ce faire, tant il estoit lasche, ains attendry par je ne sçay quelle esperance, aima mieux estre luymesme partie de ses propres despouilles, AMYOT P. Aem. 56.
   La perte de celuy-là seul luy attendrit le cueur, AMYOT Péric. 69.
   Il trouva Antonius preschant les soudarts, et eulx tout esblouis et attendris par la doulceur de son eloquence, AMYOT Marius, 81.
   Ceulx qui trempent le fer, après qu'ils l'ont amolly et attendry par le feu...., AMYOT Comm. discerner le flatteur, 61.
   Ce qu'on fait premierement en attendrissant le fruit par bouillir dans l'eau claire, O. DE SERRES 849.
   La laisser [la poulaille] mortifier et attendrir d'elle-mesme, H. EST. Apol. pour Hér. p. 365.
   À et tendre, adjectif ; provenç. atendrir, atenrezir ; espagn. aternecer. à côté d'attendrir, il y avait atendrier, dans l'ancien français.

Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré. . 1872-1877.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • attendrir — [ atɑ̃drir ] v. tr. <conjug. : 2> • 1778; atenroier v. 1180; de 1. a et tendre 1 ♦ Rendre plus tendre, moins dur. Attendrir une viande (⇒ attendrisseur) . 2 ♦ (XVIe) Rendre sensible aux autres, faire naître l émotion chez. ⇒ émouvoir, 1.… …   Encyclopédie Universelle

  • attendrir — Attendrir, Emollire. S attendrir, Tenerescere …   Thresor de la langue françoyse

  • attendrir — ATTENDRIR. v. a. Rendre tendre et facile à manger. La gelée attendrit les choux. Cela attendrit la viande. f♛/b] Il signifie figurément, Rendre sens sible à la compassion, à l amitié, etc. Ses larmes m ont attendri le coeur. Il m a attendri par… …   Dictionnaire de l'Académie Française 1798

  • attendrir — Attendrir. v. act. Rendre tendre & facile à manger. La gelée attendrit les choux. cela attendrit la viande. Il signifie fig. Rendre sensible à la compassion, à l amitié &c. Ses larmes m ont attendri le coeur. il m a attendri par ses larmes. Il… …   Dictionnaire de l'Académie française

  • ATTENDRIR — v. a. Rendre tendre et facile à manger. La gelée attendrit les choux. Il faut battre ce gigot pour l attendrir.   Il signifie figurément, Émouvoir de compassion, de tendresse, toucher. Il m avait attendri par ses larmes. Ses larmes m ont attendri …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • ATTENDRIR — v. tr. Rendre tendre et facile à manger. Il faut battre ce gigot pour l’attendrir. Les choux s’attendrissent à la gelée. Il signifie figurément émouvoir de compassion, de tendresse. Il m’avait attendri par ses larmes. Ses larmes m’ont attendri le …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • attendrir — vt. ; calmer : atandri (Saxel.002, Taninges.027), atêdri (Albanais.001b, Table), atindri (001a, Annecy, Arvillard.228, Gruffy, Thônes, Villards Thônes) ; amolyé (228). E. : Adoucir. A1) s attendrir ; se calmer ; s émouvoir, s apitoyer, fléchir :… …   Dictionnaire Français-Savoyard

  • attendrir — (v. 2) Présent : attendris, attendris, attendrit, attendrissons, attendrissez, attendrissent ; Futur : attendrirai, attendriras, attendrira, attendrirons, attendrirez, attendriront ; Passé : attendris, attendris, attendrit, attendrîmes,… …   French Morphology and Phonetics

  • s'attendrir — ● s attendrir verbe pronominal être attendri verbe passif Éprouver ou témoigner de l émotion, de la tendresse : S attendrir en pensant au passé. Poser un regard attendri sur ses enfants. ● s attendrir verbe pronominal Avoir à l égard de quelque… …   Encyclopédie Universelle

  • S'attendrir sur soi-même — ● S attendrir sur soi même gémir avec complaisance sur son propre sort, sur ses malheurs …   Encyclopédie Universelle

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.