dévotion

(dé-vo-sion ; en vers, de quatre syllabes) s. f.
   Attachement aux pratiques religieuses. Personne pleine de dévotion. Il a beaucoup de dévotion.
   Et qui, jeune, n'a pas grande dévotion, RÉGNIER Sat. XIII.
   Faire de son devoir son mérite par rapport à Dieu, son plaisir par rapport à soi-même, et son honneur par rapport au monde ; voilà en quoi consiste la vraie vertu de l'homme et la solide dévotion du chrétien, BOURDAL. Pensées, t. I, p. 397.
   C'est dans le grand monde qu'on trouve ces dévotions aisées et commodes, ces dévotions que l'on veut accorder avec les maximes du siècle, BOURDAL. Exhort. Ste Thér. t. I, p. 304.
   Certain air de dévotion, Lorsque l'on n'est plus jeune, a toujours bonne grâce, DESHOULIÈRES au P. de la Chaise..
   Je sais combien crédule en sa dévotion Le peuple suit le frein de la religion, RAC. Baj. I, 2.
   Mme de Montespan s'est jetée dans la plus grande dévotion ; il est bien temps qu'elle nous édifie, MAINTENON Lettre à Mme de St-Géran, 10 sept. 1683.
   Je ne suis point dévote, mon cher frère ; mais je veux l'être ; je suis persuadée que la dévotion est la source de tout bien, MAINTENON Lettre à d'Aubigné, 11 juillet 1684.
   La dévotion d'Italie prend assez souvent une forme qui n'est guère de notre goût d'aujourd'hui, FONTEN. Marsigli..
   Je ne connais pas de meilleure école de logique et de dévotion philosophique que les polypes et les animalcules des infusions, BONNET Lett. div. Oeuvres, t. XII, p. 133, dans POUGENS.
   Avoir dévotion à, adresser particulièrement ses pratiques religieuses à un saint, à une église, à une image, etc.
   Sainte Barbe à qui son frère Jetser avait une grande dévotion, VOLT. Moeurs, 129.
   Ce portrait était une petite miniature représentant l'ermite Paul ; Marguerite y avait une grande dévotion, BERN. DE S.-P. Paul et Virg. p. 124.
   Dans le courant du XVIIe siècle, dévotion se prend en mauvaise part pour fausse dévotion, hypocrisie.
   On peut impunément, pour l'intérêt du ciel, être dur, se venger, faire des injustices ; De la dévotion c'est là l'essentiel, DESHOULIÈRES au P. de la Chaise..
   Celui qui a pénétré la cour connaît ce que c'est que vertu et ce que c'est que dévotion, et il ne peut plus s'y tromper, LA BRUY. XIII.
   Faire servir la piété à son ambition, aller à son salut par le chemin de la fortune et des dignités, c'est du moins jusqu'à ce jour le plus bel effort de la dévotion du temps, LA BRUY. ib..
   Pratiques de dévotion.
   En ces jours consacrés à la dévotion, Il faut mieux épurer l'oeuvre et l'intention, CORN. Imit. I, 19.
   Pratiquant la dévotion de saluer les images de la Vierge, PASC. Prov. 9.
   Vous étiez en dévotion, SÉV. 37.
   Nous fîmes hier de grandes dévotions, SÉV. 76.
   On dit que vous [Commines] n'avez pas oublié mes petites dévotions [de Louis XI], surtout à la fin de mes jours, FÉN. t. XIX, p. 368.
   Lorsque nous eûmes fait nos dévotions sur le tombeau de la vierge qui a mis au monde douze prophètes, MONTESQ. Lett. pers. 1.
   Faire ses dévotions, remplir ses devoirs religieux à certaines époques de l'année.
   On m'a défendu de faire mes dévotions à la Pentecôte, SÉV. 188.
   Je ne fis point mes dévotions, SÉV. 232.
   Il avait fait ses dévotions à la paroisse, BOSSUET Lett. quiét. 413.
   Livres, tableaux de dévotion, livres, tableaux sur un sujet de piété.
   Je lis des livres de dévotion, SÉV. 432.
   Fête, jeûne de dévotion, fête, jeûne qui n'est pas d'obligation.
   Beauvau, évêque de Tournay, publia des dévotions pour implorer la bénédiction de Dieu sur nos armes, SAINT-SIMON 208, 46.
   L'offrande est à dévotion, on donne ce qu'on veut à l'offrande.
   À l'offrande, qui a dévotion, c'est-à-dire que celui qui a dévotion aille à l'offrande, en d'autres termes, va qui veut à l'offrande.
   Attachement comparé en quelque sorte à celui qu'on a pour les choses de piété. Ma dévotion pour vous est sans bornes.
   On peut aussi avoir de la dévotion pour son prince, DESC. Pass. 83.
   J'aurai toujours pour vous, ô suave merveille, Une dévotion à nulle autre pareille, MOL. Tart. III, 3.
   Être à la dévotion de quelqu'un, lui être entièrement dévoué. (Cette locution serait inintelligible si l'on ne remarquait que, tandis que ma dévotion pour vous signifie la dévotion que j'ai pour vous et a un sens actif, il est à ma dévotion a un sens passif et doit se comprendre de la dévotion qui est pour moi dans le coeur de la personne dont il s'agit).
   En la place de tous tant qu'ils sont, le courtisan ambitieux met des personnes à sa dévotion, BALZ. 7e disc. s. la cour..
   On lui manda que la ville était à sa dévotion, D'ABLANCOURT Arrien, liv. I, ch. 6, dans RICHELET.
   Il avait gens à sa dévotion, LA FONT. Fér..
   Le portier est personne Entièrement à ma dévotion, LA FONT. Comm. l'espr..
   Le peuple se flattait, ayant un consul à sa dévotion, de faire nommer les commissaires et de procurer enfin le partage des terres, VERTOT Révol. rom. III, p. 243.
PROVERBE Il n'est dévotion que de jeune prêtre, c'est-à-dire on fait les choses avec un grand zèle quand on est nouveau en quelque charge, en quelque profession.
   XIIe s.
   En grant devotiun cele messe ad chantée, E à Deu sun seignur ad sa cause mustrée, E pria qu'il le guard de male destinée, Th. le mart. 35.
   XIIIe s.
   Ensi le firent moult volentiers par tout l'ost, et par moult grant devocion le firent, VILLEH. LXX..
   Parquoy cil qui venront à son autel, que il y eussent plus grant devotion, JOINV. 304.
   XIVe s.
   Sachent touz que nous à nostre amé et feal Jehan conte de Bretaigne et à ses hoirs, en nostre feauté et en nostre devotion demourans à tous jours mais.... octroions, Ordonn. des rois de France, t. I, p. 329.
   Du sepoucre [ils] venoient acquerre le pardon, Ainsi qu'à pluseurs gens en prent devocion, Guesclin. 15429.
   Là prist à Bauduin grande devotion D'aller outre la mer, sans nulle arrestison, Baud. de Seb. VIII, 707.
   XVe s.
   Le jour de la feste N. D. en mi aoust.... allerent en pelerinage à N. D. de Vregny.... Leur devotion faite, ils vinrent en une taverne au dit Vregny, DU CANGE devotiones..
   Et fit là en droit le roi dire grand foison de messes pour accommunier ceux qui devotion en auroient, FROISS. I, I, 41.
   Maint homme [les femmes] ont fait briser s'entencion, Que l'en tenoit de très ferme couraige, Et delaissier toute devocion, L'un par amours, l'autre par mariage, E. DESCH. Empire des femmes..
   Ainsi traversa le chevalier la riviere, et vint aborder à l'isle où il devoit combattre, et là sailli hors de son batteau, vestu d'une longue robe de drap d'or gris fourrée de martres ; il avoit sa bannerolle en sa main figurée de ses devotions [images auxquelles il avait dévotion], dont il se signoit, OL. DE LA MARCHE Mém. liv. I, p. 297, dans LACURNE.
   XVIe s.
   Comme il estoit en devotion sur certain poinct de la messe, MONT. I, 254.
   Combien d'hommes, et en Turquie surtout, vont nuds par devotion ?, MONT. I, 259.
   Les rivieres, les passages, à sa devotion, luy conduiroient et vivres et deniers, MONT. I, 356.
   Les tyrans ont ils jamais failli de trouver assez d'hommes vouez à leur devotion ?, MONT. II, 168.
   À Rome tout estoit quasi à sa devotion [de Pompée], LANOUE 551.
   Quand toute leur puissance, qui se trouva très grande, et en bonne devotion de bien faire, fut assemblée en un camp, AMYOT Cor. 43.
   Estant tousjours prest à faire de bien en mieulx pour ceulx qui luy estoient redevables, à fin de les entretenir et garder tousjours en sa devotion, AMYOT Flamin. 1.
   L'orateur Callistratus devoit plaider en jugement la cause d'Oropus, et attendoit un chascun en grande devotion le jour de ce plaidoyer, AMYOT Démosth. 7.
   [Une chapelle] où mesme Soliman vint faire ses devotions, D'AUB. Hist. I, 31.
   Provenç. devotio ; catal. devoció ; espagn. devocion ; ital. devozione ; du latin devotionem (voy. <

Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré. . 1872-1877.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • dévotion — [ devosjɔ̃ ] n. f. • 1160; lat. ecclés. devotio → dévot 1 ♦ Attachement sincère et fervent à la religion et à ses pratiques. ⇒ ferveur, piété. Être plein de dévotion. État de dévotion mystique (⇒ unitif) . Lieu de dévotion (⇒ pèlerinage) . Objets …   Encyclopédie Universelle

  • dévotion — DÉVOTION. s. f. Piété, attachement au service de Dieu. Vraie dévotion S adonner à la dévotion. Se mettre dans la dévotion. Être dans la dévotion, dans une grande dévotion. Exciter à la dévotion. Donner de la dévotion. Inspirer de la dévotion.… …   Dictionnaire de l'Académie Française 1798

  • devotion — Devotion. s. f. Pieté, attachement au service de Dieu. Vraye devotion. tiede, fausse devotion. devotion refroidie. s adonner à la devotion. se mettre à la devotion, dans la devotion. estre dans la devotion, exciter à la devotion, à devotion.… …   Dictionnaire de l'Académie française

  • Devotion — Devotion, devotional, or devotee may refer to: Religion: devotional song Devotional literature Anglican devotions Catholic devotions Devotional medal Bible study called devotion or devotional by some Christian denominations Hindu devotional… …   Wikipedia

  • Devotion — Dévotion Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom. En religion, la dévotion est une manifestation de la piété privée qui se présente notamment, dans la religion catholique romaine, dans les… …   Wikipédia en Français

  • Devotion — De*vo tion, n. [F. d[ e]votion, L. devotio.] 1. The act of devoting; consecration. [1913 Webster] 2. The state of being devoted; addiction; eager inclination; strong attachment love or affection; zeal; especially, feelings toward God… …   The Collaborative International Dictionary of English

  • devotion — early 13c., from O.Fr. devocion devotion, piety, from L. devotionem (nom. devotio), noun of action from pp. stem of devovere dedicate by a vow, sacrifice oneself, promise solemnly, from de down, away (see DE (Cf. de )) + vovere to vow, from votum …   Etymology dictionary

  • devotion — [di vō′shən] n. [ME devociun < OFr devotion < L devotio] 1. the fact, quality, or state of being devoted 2. piety; devoutness 3. religious worship 4. [often pl.] one or more prayers or other religious practices, specif. of a private or… …   English World dictionary

  • Devotion — (v. lat. Devotĭo), 1) (röm. Ant.), heiliger Gebrauch, kraft dessen Jemand zum Wohl des Staates od. einzelner Personen durch einen freiwilligen Versöhnungstod, nach vorhergegangenen Feierlichkeiten, in prächtiger Kleidung (vgl. Cinctus gabinus), z …   Pierer's Universal-Lexikon

  • Devotion — (lat.), bei den Römern jede Weihung an die unterirdischen Götter, denen besonders der Feldherr in der Bedrängnis als Sühnopfer des göttlichen Zorns Heer, Stadt und Land des Feindes oder einen beliebigen Mann seines Heeres oder sich selbst (wie… …   Meyers Großes Konversations-Lexikon

  • Devotion — Devotion. Weihe, Ergebung, Beugung, Verehrung, Selbstverläugnung. Der Franzose versteht indessen unter devot sehr oft einen Frömmler, Heuchler, Scheinheiligen. B.–l …   Damen Conversations Lexikon

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.