déposer

(dé-pô-zé) v. a.
   Poser une chose que l'on portait. Il déposa son fardeau.
   Du tonnerre vengeur s'en va tout embraser, Et, tranquille, à ses pieds revient le déposer, RAC. Esth. prol..
   Déposer son fardeau, se dit quelquefois d'une femme qui accouche.
   Déposer le masque, ôter le masque qui couvre le visage ; et fig. se montrer tel qu'on est, ne plus rien dissimuler.
   Fig. Déposer sa fierté, quitter la fierté qu'on avait.
   Je dépose à vos pieds l'éclat de leur faux lustre, CORN. Poly. V, 6.
   Celui qui se propose de trouver la vérité déposera ses préjugés, DIDEROT Opin. des anc. phil. (Thomasius)..
   Comme un poids importun, déposez votre haine, DELAV. Paria, V, 2.
   Déposer le fardeau des misères humaines, Est-ce donc là mourir ?, LAMART. Médit. I, 27.
   Mettre (sans idée accessoire). Il est défendu de déposer des ordures le long de ce mur.
   Déposer son fardeau, se dit trivialement de quelqu'un qui va à la selle.
   Laisser aller au fond les parties épaisses, en parlant d'un liquide. Le Nil dépose chaque année un limon fécond.
   Absolument. Cette liqueur dépose. Ce vin a beaucoup déposé.
   Mettre pour quelque temps une chose dans un lieu. Déposer sa canne à la porte d'un spectacle. Déposer des marchandises en lieu sûr.
   Mettre en dépôt. Déposer un testament chez le notaire. Déposer de l'argent à la caisse d'épargne.
   Le cultivateur s'est vu forcé de déposer ses récoltes dans les magasins du gouvernement, RAYNAL Hist. philos. V, 14.
   Déposer une plainte, remettre une plainte à l'autorité judiciaire.
   Par extension, remettre.
   Le coeur me battait de joie durant la route, et le moment où je déposai cet argent dans ses mains, me fut mille fois plus doux que celui où il entra dans les miennes, J. J. ROUSS. Confess. VI.
   Fig. Il dépose ses secrets dans le sein de son ami.
   Voulez-vous sauver quelque chose de ce débris si universel, si inévitable ? donnez à Dieu vos affections ; nulle force ne vous ravira ce que vous aurez déposé en ses mains divines, BOSSUET Duch. d'Orl..
   Donner en garantie. Déposer un cautionnement.
   Se démettre, abdiquer. Sylla déposa la dictature.
   Il me semble surtout incessamment le voir Déposer en nos mains son absolu pouvoir, CORN. Cinna, III, 2.
   Dépouiller une personne d'une magistrature, d'une dignité élevée.
   Patrobe, Polyclète, et Narcisse et Pallas Ont déposé des rois, ont donné des États, CORN. Othon, II, 2.
   Les évêques que l'Église veut déposer, PASC. Prov. 16.
   On ordonna que tous ceux qui refuseraient de souscrire à ces deux nouveaux articles de foi, seraient exclus et déposés du ministère et de toute fonction ecclésiastique, BOSSUET Var. XIV, § 121.
   Je puis faire les rois, je puis les déposer, RAC. Bérén. III, 1.
   Terme de construction. Démonter un objet posé à demeure, faire la dépose.
   On dit dans le même sens, déposer des rideaux de lit ou autres.
10°   V. n. Faire sa déposition comme témoin, rendre témoignage. Déposer en faveur de quelqu'un. Il déposa qu'il avait vu l'accusé. Il déposa avoir entendu dire que.
   Des témoins qui déposent de la même vérité, BOSSUET Hist. II, 13.
   Il déposa d'un fait qu'il ne pouvait ignorer, BOSSUET Messe..
   Pourquoi contre vous-même allez-vous déposer ?, RAC. Phèd. III, 3.
   C'est l'ennemi de Jésus-Christ qui dépose en faveur de son innocence, MASS. Car. Pass..
   Les mondains déposent tous contre le monde, MASS. Car. Mélange..
   Fig.
   Ce monument [un Mémoire écrit par Louis XIV à propos de la guerre de la succession] dépose à la postérité en faveur de la droiture de son âme [de Louis XIV], VOLT. Louis XIV, 28.
   .... Sont autant de témoins dont le cri glorieux A déposé pour vous au tribunal des dieux, VOLT. Sémiram. I, 5.
   Ton génie dépose contre tes principes, J. J. ROUSS. Ém. IV.
11°   Se déposer, v. réfl. Être mis en dépôt. Les sommes qui se déposent à la caisse d'épargne.
   Abdiquer, quitter le pouvoir, une dignité.
   Les empereurs qui se déposaient, BOSSUET Hist. I, 10.
   Aller au fond, en parlant des impuretés d'un liquide. Le limon se dépose quand l'eau est tranquille.
   L'Académie, en parlant de déposer, faire une déposition, dit qu'il est ordinairement neutre ; et elle ne donne aucun exemple de l'emploi à l'actif. Mais au mot déposition elle dit que ce mot signifie ce qu'un témoin dépose et affirme par devant le juge qui l'entend ; dans ce qu'un témoin dépose elle le fait actif. Déposer est naturellement actif ; et l'on peut dire déposer un témoignage et puis, elliptiquement ou intransitivement, déposer en justice, déposer contre quelqu'un. Cela remarqué, il semble que déposer ne peut être actif en ce sens qu'avec témoignage ou un mot analogue ; et que, partout ailleurs, le plus sûr et le plus clair paraît être d'en faire un verbe neutre, et de dire non déposer un fait, mais déposer d'un fait.
   XIIe s.
   Il deposat les puissanz del siege, eshalçat les humles, Liber psalm. p. 253.
   Le roi de France cui je [pensé-je] tost desposer, Et de son chief fors la corone oster, Bat. d'Aleschans, V. 2808.
   Que s'il le vunt devant l'apostolie apeler, K'ensi le purrunt bien de sun sié deposer, Th. le mart. 42.
   Et se nul ad tenu seculiers poestez, E par celes purchast [acquière] divines dignitez, Ostez seit de comune e del tut deposez, ib. 127.
   Kar li reis nel fait pas pur nului deposer, Mais pur ço qu'il voldreit l'arcevesque mater, Se à sa volenté ne le peust aturner, ib. 25.
   XIIIe s.
   Roi, je t'ai servi dès t'enfance ; Mais cil qui tiennent ta balance M'ont deposé, Un dit de verité.
   Des murs de Douai l'ost [ils] esgardent, Qui les biens d'environ despose [garde], G. GUIART Ms. f° 294, dans LACURNE.
   XVe s.
   Quand il sut comment le roi [Édouard II] avoit esté pris et deposé de sa couronne, FROISS. I, I, 28.
   Pour un il en trouvera dix, Qui contre moi deposeront [témoigneront], Patelin.
   XVIe s.
   Il feut deposé de l'estat de capitaine general, MONT. III, 196.
   Un gendre entre les mains de qui je deposasse en toute souveraineté la conduite de mes biens, MONT. IV, 75.
   Cela mesme qu'un tesmoing deposoit pour l'avoir veu de ses yeulx, MONT. IV, 183.
   Collatinus se deposa luy mesme voluntairement du consulat, AMYOT Publ. 12.
   Il voulut que le temple de Saturne fust le tresor publique, auquel on deposeroit tout l'argent qui se leveroit sur le peuple, AMYOT Publ. 22.
   Il produisit au conseil quelques esclaves, lesquelz deposerent qu'Alcibiades et autres siens familiers avoient ainsi mutilé quelques autres images, AMYOT Alc. 33.
   Qu'il falloit que la promesse de la vie ou autre chose lui eussent faict deposer contre la verité, D'AUB. Hist. I, 180.
   Dé.... préfixe, et poser ; provenç. depausar ; espagn. deposar. Voy. poser pour la confusion des radicaux entre poser (pauser), et le latin positum.
SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE
DÉPOSER. Ajoutez :
12°   Fig. Déposer son coeur, confier tous ses sentiments.
   Enfin j'ai déposé mon coeur à M. d'Uzès, SÉV. 6 avr. 1672.
   Ajoutez : En résultat de la discussion qui établit qu'on dit déposer un témoignage, mais qu'on ne peut pas dire déposer un fait (il faut déposer d'un fait), ce vers de Florian est incorrect : Mille témoins pour un déposent l'attentat, Fabl. V, 19.

Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré. . 1872-1877.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • déposer — DÉPOSER. v. actif. Destituer, ôter d une dignité, d un emploi. On le déposa de sa Charge, de son Emploi. Il mérite qu on le depose. Déposer un Pape, un Empereur, un Évêque.Déposer, signifie aussi, Confier à quelqu un, lui remettre. Déposer une… …   Dictionnaire de l'Académie Française 1798

  • deposer — Deposer. v. a. Destituer, oster d une dignité, d un employ. On le deposa de sa Charge, de son Employ. il merite qu on le depose. Deposer, signifie aussi, Mettre en depost. Je luy deposay entre les mains une telle somme. je luy ay deposé mon… …   Dictionnaire de l'Académie française

  • deposer — Deposer, et porter tesmoignage pardevant un juge et examinateur, Dicere pro testimonio, Dicere testimonium. Deposer contre quelqu un, Obiicere, Dicere testimonium in aliquem, vel contra aliquem. Tesmoigner ou deposer en tourbe, Vniuersim, vel… …   Thresor de la langue françoyse

  • Deposer — De*pos er, n. 1. One who deposes or degrades from office. [1913 Webster] 2. One who testifies or deposes; a deponent. [1913 Webster] …   The Collaborative International Dictionary of English

  • déposer — 1. déposer [ depoze ] v. tr. <conjug. : 1> • XIIe; lat. deponere, d apr. poser I ♦ Dépouiller (qqn) de l autorité souveraine. ⇒ destituer. Déposer un roi, un empereur (⇒ détrôner) , un pape. II ♦ 1 ♦ Poser (une chose que l on portait).… …   Encyclopédie Universelle

  • DÉPOSER — v. a. Poser une chose que l on portait. Il déposa son fardeau.   Il signifie figurément, Se dépouiller, se défaire de. Quand ce prince visitait ses amis, il semblait déposer sa grandeur en entrant. Déposer sa fierté. Ils paraissaient avoir déposé …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • DÉPOSER — v. tr. Poser une chose que l’on portait. Il déposa son fardeau. Il se dit, par extension, de Celui qui se débarrasse d’une couronne, d’une dignité, d’une charge, etc. Sylla déposa la dictature. Déposer son pouvoir. Fig., Déposer sa fierté. Ils… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • déposer — vt. dépozâ (Albanais.001, Saxel.002) / eu (Compôte), dépweuzâ (Montagny Bozel), C. => Poser ; pozâ (001) ; ptâ ba <mettre bas (les armes...)> (001), betâ ba (Giettaz). E. : Déteindre. A1) former un dépôt, (ep. d un liquide) =>… …   Dictionnaire Français-Savoyard

  • deposer — n. one who removes another from a position of power, dethroner; one who testifies under oath …   English contemporary dictionary

  • deposer — de·pos·er …   English syllables


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.