amour

(a-mour) s. m.
   Sentiment d'affection d'un sexe pour l'autre. Épris d'amour. Brûler d'amour. Un secret amour. Un amour partagé. L'amour des femmes. Lettre d'amour.
   Un amour violent aux raisons ne s'amuse, RÉGNIER Élég. II.
   En amour l'innocence est un savant mystère, RÉGNIER Sat. XIII.
   Chloris et moi nous nous aimions d'amour, LA FONT. Quipr..
   En un habit à donner de l'amour, LA FONT. Or..
   Le duc de Richemont mourait d'amour pour elle, HAMILT. Gramm. 9.
   Seigneur, l'amour toujours n'attend pas la raison, RAC. Brit. II, 2.
   L'amour n'est pas un feu qu'on renferme en son âme ; Tout nous trahit, RAC. Andr. II, 2.
   À peine cependant Bajazet m'a parlé ; L'amour fit le serment, l'amour l'a violé, RAC. Baj. III, 5.
   L'amour le plus discret Laisse par quelque marque échapper son secret, RAC. ib. III, 8.
   Un véritable amour brave la main des Parques, CORN. Hor. IV, 4.
   L'amour entre les rois ne fait pas l'hyménée, CORN. Nicom. II, 4.
   L'amour au désespoir fait gloire encor d'aimer, CORN. Agésil. IV, 7.
   L'amour est un tyran qui n'épargne personne, CORN. Cid, V, 4.
   Il n'y a point, dans le coeur d'une jeune personne, un si violent amour auquel l'intérêt ou l'ambition n'ajoute quelque chose, LA BRUY. 3.
   Au féminin.
   Mais j'ai grand' peur, enfin, que l'amour soit plus forte, RÉGNIER Élég. II.
   Il disait qu'il m'aimait d'une amour sans seconde, MOL. Éc. des F. II, 6.
   Vous ne pouvez aimer que d'une amour grossière, MOL. Femmes sav. IV, 2.
   J'ignore le destin de mon amour ardente, MOL. le Dép. IV, 3.
   L'aimes-tu d'une amour qui soit si violente ?, MOL. Mélic. I, 2.
   C'est l'amour, jointe à la tristesse, qui cause la plupart des larmes, DESC. Pass. 117.
   Qu'une première amour est belle ! Qu'on a peine à s'en dégager ! Et qu'on doit plaindre un coeur fidèle, Lorsqu'il est forcé de changer !, QUIN. Atys, IV, 1.
   Outre que tant d'amour vous serait importune, LA FONT. Joconde..
   Votre amour de la mienne eût dû se défier, RAC. Baj. V, 6.
   Amour ignorée, RAC. Brit. I, 1.
   De l'amour la plus tendre et la plus malheureuse, RAC. Bérén. V, 7.
   Avant que dans son coeur cette amour fût formée, RAC. Baj. I, 4.
   Ne l'a point averti de votre amour nouvelle, RAC. ib. IV, 5.
   Possédant une amour qui me fut déniée, RAC. Mithr. III, 5.
   Sur la foi d'une amour si saintement jurée, RAC. Andr. II, 1.
   Tant d'amour n'en peut être effacée, RAC. Bér. IV, 5.
   Si d'une égale amour votre coeur est épris, VOLT. Zaïre, I, 2.
   Que vos destins.... Coulent toujours trempés d'ambroisie et de miel, Et non sans quelque amour paisible et mutuelle, A. CHÉN. 92.
   Au plur. f. De mutuelles amours.
   Je redoutai du roi les cruelles amours, RAC. Mithr. I, 1.
   Il déshonora son règne par ses amours monstrueuses, BOSSUET Hist. I, 10.
   Commerce amoureux.
   Mais ce n'est pas assez expier vos amours, RAC. Bérén. V, 5.
   N'allez point par vos pleurs déclarer vos amours, RAC. Baj. I, 4.
   L'hymen va succéder à vos longues amours, RAC. Bér. I, 4.
   Pâris n'ignorait aucune de ses amours [d'Hélène] quand il lui sacrifia les siennes, P. L. COURIER I, 41.
   Continuez vos amours avec eux tant qu'il vous plaira, MOL. les Préc. ridic. 16.
   Il se dit aussi dans ce sens au plur. m.
   Et mes premiers amours, et mes premiers serments, VOLT. Oedipe, II, 2.
   Ces dieux justes vengeurs des malheureux amours, DEL. Énéide, IV.
   Et l'on revient toujours à ses premiers amours, ÉTIENNE Joconde..
   Vient un danseur, nouveaux amours, BÉRANG. Les cinq étages..
   Locutions diverses. Faire l'amour, courtiser, être en commerce amoureux.
   Ah ! lâche, fais l'amour et renonce à l'empire, RAC. Bérén. IV, 4.
   Non, non, faites l'amour, et vendez aux amants Vos accueils...., RÉGNIER Sat. XIII.
   Comme en faisant l'amour on se doit maintenir, RÉGNIER Epît. I.
   Qui fussent retournés un jour à Mycènes faire l'amour, MALH. VI, 17.
   Qu'ils viennent vous faire l'amour, MOL. Préc. 16.
   Du temps qu'il faisait l'amour à Mme sa femme, HAMILT. Gramm. 11.
   Il faisait l'amour avec Mlle de N...., SÉV. 534.
   Il est peu à craindre qu'ils ne sachent pas faire l'amour sans lui, J. J. ROUSS. Ém. v..
   Est-ce que vous croyez qu'on puisse faire l'amour sans proférer une parole ?, VOLT. Microm. 6.
   Raimond fit publiquement l'amour à cette princesse [Éléonore, femme de Louis le Jeune], VOLT. Moeurs, 55.
   Familièrement. Filer le parfait amour, s'aimer longtemps et constamment.
   La maison de Mme de Mortagne tomba fort ; ils [M. et Mme de Mortagne] s'en consolèrent par l'abondance et par filer le parfait amour, SAINT-SIMON 53, 139.
   C'est un vrai remède d'amour, se dit d'une femme fort laide.
   En termes de culture, la terre est en amour, elle est dans un état propre à la végétation.
   Être en amour, se dit des femelles des animaux, et signifie être en chaleur.
   Maison d'amour, maison de filles.
   On trouve dans Paris d'autres maisons d'amour, RÉGN. Sat. XI.
   En général, affection profonde. L'amour des parents pour leurs enfants.
   Pour un fils jusqu'où va notre amour, RAC. Andr. III, 4.
   Ne vous assurez point sur l'amour qu'il vous porte, RAC. Mithr. I, 5.
   Même de mon amour craignant la violence, Autant que je le puis, j'évite sa présence, RAC. Athal. I, 2.
   Pour le sang de nos rois vous savez son amour, RAC. ib. II, 6.
   Son amour [de la fortune pour certaines femmes] est fragile et se rompt comme verre, Et fait aux plus matois donner du nez en terre, RÉGNIER Sat. XIV.
   J'assigne l'envieux cent ans après la vie, Où l'on dit qu'en amour se convertit l'envie, RÉGNIER ib. XV.
   Au féminin.
   L'empereur qui lui montre une amour infinie [à Sévère], RÉGNIER Poly. I, 4.
   Excusez l'ardeur d'une amour fraternelle, RÉGNIER Hor. I, 5.
   Le baiser d'amour fraternelle, LA FONT. Fab. II, 15.
   C'est à bon droit Que, seul entre les tiens, par amour singulière, Je t'ai toujours choyé...., LA FONT. ib. VIII, 22.
   Cette amour est extrêmement bonne, PASC. Pass. 139.
   Pour l'amour de quelqu'un, par affection, par considération pour lui. Il le fit pour l'amour de moi.
   Je me purgerai pour l'amour de vous, SÉV. 382.
   Amour de Dieu, amour que la créature doit porter à son créateur.
   L'âme est faite pour Dieu, et c'est à lui qu'elle devait se tenir attachée et comme suspendue par sa connaissance et par son amour, BOSSUET La Vallière, Profession..
   Pour l'amour de Dieu, dans la seule vue de plaire à Dieu, sans aucune vue d'intérêt ; et aussi, ironiquement, sans soin, mal. Cela est fait pour l'amour de Dieu, cela est mal fait.
   Ironiquement. Comme pour l'amour de Dieu, se dit pour exprimer une chose faite à contre-coeur, avec lésinerie.
   En parlant des choses, sentiment vif, attachement qu'on éprouve pour une chose. Amour du plaisir, du jeu.
   Si l'amour des grandeurs, la soif de commander...., RAC. Athal. III, 3.
   C'est l'amour des grandeurs qui vous rend importune, CORN. Cinna, IV, 4.
   Tout ce que j'ai d'amour pour la vertu, FÉN. Tél. IV.
   Elle a mis son amour à la dévotion, RÉGNIER Sat. XIII.
   .... quelque excès d'amour qu'il porte à notre bien, MALH. II, 1.
   Au féminin.
   Une certaine amour naturelle qu'on a pour ses sentiments, VAUGEL. Q. C. VII, 4.
   L'amour du bien lui était assez naturelle, STÉVREM. II, 183.
   Absolument.
   Nos peines ne deviennent si douloureuses que par les attachements outrés qui nous liaient aux objets perdus.... l'excès de nos afflictions est toujours la peine de nos amours injustes, MASS. Avent, Afflict..
   La nature a mis en nous des haines et des amours, MASS. Car. Offenses..
   Telle est la première source de nos amours et de nos haines : l'injustice et la bizarrerie de notre goût, MASS. ib..
   Pour que deux hommes soient parfaits amis, il faut qu'ils aient des opinions opposées, des principes semblables, des haines et des amours diverses, CHATEAUB. Génie, II, III, 1.
   Il semblait que toutes les amours du peuple romain fussent courtes et malheureuses, PERROT D'ABL. Tacite, 97.
   Dans le langage des arts. Cet ouvrage est fait avec amour, l'artiste s'est complu à le faire.
   Objet aimé.
   J'ai vu mon amour ; mais son visage était pâle, CHATEAUB. Dargo, chant I.
   De quel ennui secret ton âme est-elle atteinte ? Me dis-tu : cher amour, épanche ta douleur, LAMART. Méd. II, 10.
   S'il parle à de certaines filles Dont il fit longtemps ses amours, BÉRANG. Av. de Bagn..
   Enfant, rêve encore ! Dors, ô mes amours !, V. HUGO F. d'aut. 20.
   Les rois qui avaient été l'amour de leurs peuples, FÉN. Tél. XIII.
   Et fussiez-vous du monde et l'amour et l'effroi...., CORN. Nicom. I, 1.
   Cette Esther, l'innocence et la sagesse même, Que je croyais du ciel les plus chères amours, RAC. Esth. III, 4.
   Un jeune lis, l'amour de la nature, RAC. Athal. II, 9.
   M'amour pour ma amour, au féminin. Terme caressant dont on se sert envers son mari, sa femme, sa fille, sa maîtresse.
   Allez, m'amour, et passez chez votre notaire, afin qu'il expédie ce que vous savez, MOL. Mal. imag. II, 8.
   L'Amour, les Amours, divinités de la Fable.
   L'Amour n'enfante que des larmes ; Les Amours sont frères des ris, V. HUGO Odes, IV, 2.
   Fuyez, fuyez, oiseaux d'un noir présage ; Cette nacelle appartient aux Amours, BÉRANG. Comm. du Voyage..
   Je vous revois ; et le temps, trop rapide, Ternit ces yeux où riaient les Amours, BÉRANG. Déesse..
   Dans une taille contrefaite, mais qui s'apercevait peu, sa figure [de Mme la Duchesse] était formée par les plus tendres Amours, SAINT-SIMON 206, 22.
   Fig. et familièrement. C'est un amour, se dit d'une jeune femme très jolie, d'un enfant très joli, et aussi de quelque objet très joli.
   Amour de soi, sentiment naturel qui attache chaque homme à ce qui lui est personnel. L'amour de soi est irrépréhensible, utile, et content quand nos vrais besoins sont satisfaits.
   Ce sont deux sortes d'amours qui sont ici toutes choses : l'un est l'amour de soi-même poussé jusqu'au mépris de Dieu, c'est ce qui fait la vie ancienne et la vie du monde ; l'autre, c'est l'amour de Dieu poussé jusqu'au mépris de soi-même, c'est ce qui fait la vie nouvelle du christianisme, et c'est ce qui, étant porté à la perfection, fait la vie religieuse, BOSSUET La Vallière, Profession..
   Amour-propre, amour de soi, considéré comme un sentiment excessif pour soi et de préférence sur les autres ; opinion avantageuse de soi-même. Cet homme est pétri d'amour-propre.
   C'est [l'amour de la patrie] un véritable amour-propre, ST-ÉVREM. II, 399.
   Depuis, le péché étant arrivé, l'homme a perdu le premier de ses amours [l'amour pour Dieu] ; et l'amour pour soi-même étant resté seul dans cette grande âme capable d'un amour infini, cet amour-propre s'est étendu et débordé dans le vide que l'amour de Dieu a laissé ; et ainsi il s'est aimé tout seul, et toutes choses pour soi, c'est-à-dire infiniment : <, PASC. Pensées, part. II, art. 18.
   Faut-il que l'amour-propre aveugle les esprits !, LA FONT. Fab. IV, 2.
   L'amour-propre est le plus grand de tous les flatteurs, LA ROCHEF. Réflex. 2.
   Notre amour-propre souffre plus impatiemment la condamnation de nos goûts que de nos opinions, LA ROCHEF. ib. 13.
   Si l'amour-propre était un peu plus délicat, on ne compterait pour louanges que celles qui auraient de pareils assaisonnements, FONTEN. Dodart..
   L'homme que vous voyez si attaché à lui-même par son amour-propre, n'a pas été créé avec ce défaut, BOSSUET la Vall..
   En peinture, amour, un certain duvet qui rend la toile très propre à recevoir la colle.
10°   En maçonnerie, espèce d'onctuosité que le plâtre laisse dans les doigts.
11°   Jeu de l'amour, sorte de jeu qui ressemble au jeu de l'oie, et qui se joue avec des tableaux et des dés.
12°   En termes de fauconnerie, voler d'amour se dit des oiseaux qu'on laisse voler en liberté, afin qu'ils soutiennent les chiens.
13°   Amour en cage, s. m. Terme de botanique. Nom, dans certaines localités, de l'alkékenge et de son fruit.
   Pomme d'amour, tomate.
PROVERBES
   Il n'y a pas de belles prisons ni de laides amours.
   Froides mains, chaudes amours ; la fraîcheur des mains passe pour annoncer un tempérament ardent.
   1. Amour, suivi d'un complément de personne, se dit de celui qui éprouve l'affection et de celui qui l'inspire : Une mère entourée de l'amour de ses enfants ; ce sont les enfants qui aiment. Cette mère inspirée par un amour aveugle de ses enfants ; ce sont les enfants qui sont aimés.
   2. Amour a été masculin et féminin dans les deux siècles derniers. Aujourd'hui il n'est susceptible de recevoir les deux genres que quand il signifie la passion d'un sexe pour l'autre ; ailleurs il est masculin. L'Amour, dieu de la Fable, est toujours masculin. Amour au singulier n'est féminin qu'en poésie. Au pluriel, il est féminin non-seulement en poésie, mais dans le parler ordinaire et dans certaines locutions. Des grammairiens ont réclamé contre la conservation de ces deux genres, disant qu'il est temps de ramener partout le singulier et le pluriel au même genre. L'Académie ne prendra pas un tel parti, et il serait fâcheux qu'elle le prît ; car cela ferait aussitôt considérer par le gros des lecteurs comme des fautes les passages de nos auteurs où amour est du féminin, grave dommage pour leur mémoire et pour notre plaisir, comme on le voit en plus d'un cas où le rigorisme mal entendu des grammairiens l'a emporté. Amour au féminin est un archaïsme ; amour, venant de amor, était féminin dans l'ancienne langue, comme tous les noms ainsi dérivés l'étaient et le sont encore : douleur, peur, etc. L'ancien français avait un excellent substantif, amorie, substantif féminin, pour exprimer le règne d'amour, les choses d'amour. Ce mot est regrettable.
   1° AMOUR DE SOI, AMOUR-PROPRE. Aucune distinction entre ces deux termes n'existait au XVIIe siècle, qui confondait dans une commune réprobation l'amour de soi et l'amour-propre. Mais depuis on a distingué entre ces deux expressions : l'une n'implique aucun blâme et indique simplement l'intérêt légitime qu'un homme prend à soi-même ; l'autre indique que l'amour de soi tend à passer les bornes et à s'approcher de l'égoïsme.
   2° AMOUR, AMOURETTE., La différence qu'il y a du sérieux au badin, à l'égard d'un même objet, fait celle de l'amour et de l'amourette. Celle-ci amuse simplement, et celui-là occupe, GUIZOT.
   IXe s.
   Pro Deo amur, Serment.
   XIe s.
   Serai ses hom par amur et par feid, Ch. de Rol. VI.
   La tue amurz me seit hui en present, ib. CCXXIV.
   XIIe s.
   Rolant respont, si le dit por amor, Ronc. p. 44.
   Por itex cops [il] vous a s'amor donée, ib. p. 66.
   Pour amor Deu, pourquoi me rampoinez ?, ib. p. 81.
   Tout par amor [de bonne volonté] [elle] prendra la loi saintie, ib. p. 148.
   Las ! quel amor à duel est departie [séparée], ib. p. 163.
   Nule chançon ne m'agrée S'el ne vient de fine amor, Couci, I.
   Tant s'est amours affermée En mon cuer à long sejor, ib. I.
   Bien [je] cuidai vivre sans amour Dès or en pais tout mon aé [âge], ib. III.
   Et vous, seigneur, qui par amours amez, Faites ainsi, se jouir en voulez, ib. XIV.
   N'est pas amors dont on se peut mouvoir, ib. XVIII.
   Ainçois me dout [je crains] qu'en trestout mon aage [je] Ne puisse assez lui et s'amour servir, ib. XIX.
   Lors recommencent leur premieres amors, Romancero, p. 51.
   Fait li dunc sainz Thomas : tuz nus estuet murir ; Ne pur mant de justise ne me verrez flechir ; E pur l'amur de Deu voil la mort sustenir, Th. le Mart. 143.
   XIIIe s.
   [Dieu] Veuillez que vostre mere m'ame de s'amour doue [doue mon âme de son amour], Berte, XXXIII.
   L'amour [amitié] que m'avez faite vous soit de Dieu rendue, ib. LII.
   De mauvaise marastre est l'amour mout petite, ib. LIV.
   D'amour et de desir tout li cuers lui esprent, ib. CX.
   Que fine amors a pris au las, Chanson dans Berte aux grans piés.
   Et fit semonre ses amis et ses fievés et par homage et par amours, et assembla si grant ost que ce fu mervelles, Chr. de Rains, 175.
   Ci est le Rommant de la Rose Où l'art d'Amors est tote enclose, la Rose, titre.
   Car chascun qui de ses amors Oit parler, moult s'en esbaudist, ib. 2686.
   Mais de la fole amor se gardent, Dont li cuer esprennent et ardent, Et soit l'amor sans convoitise Qui les faus cuers de prendre atise, ib. 4609.
   Se li lais [legs] li avoit esté fes por aumosne ou por amor carnele, li lais seroit de nule valeur, BEAUMANOIR XII, 45.
   Ci vous pri, que vous metés votre cuer à ce pour l'amour de Dieu et de moi, JOINV. 194.
   XIVe s.
   Et à ceste maniere d'amisté attraient aucuns la fole amour de deux persones, des queles une est bele et l'autre est laide, ORESME Eth. 244.
   Amour n'obeist pas à crainte ; Ne nullui n'aime par contrainte, BRUYANT dans Ménagier, t. II, p. 22.
   XVe s.
   Si le ferit tantost une estincelle de fine amour au coeur, FROISS. I, I, 165.
   [Le roi d'Angleterre annonce aux barons son intention de fonder un ordre de chevalerie.] Si lui accorderent liement, pour ce que leur sembloit une chose honorable, et où toute amour se nourriroit, FROISS. I, I, 213.
   Il laissa au pays de Flandres deux comtes, sages chevaliers et vaillans, pour tenir à amour les Flamands, et pour mieux montrer que leurs besognes estoient siennes, FROISS. I, I, 97.
   Et lui avoit fait ledit roi plus d'amour et de courtoisie en prison qu'il ne fit au dit messire Hervey, FROISS. I, I, 212.
   Et pour ceste cause n'y avoit nulle amour entre les deux [le duc de Bourgogne et le comte de Saint-Pol], COMM. II, 5.
   Qui à la fois dit de bons mots Et chante bien : ma douce amour, VILLON dans MÉNAGE.
   XVIe s.
   Amour est fin, et sa parole farde Pour mieux tromper : donnez-vous en donc garde, MAROT I, 337.
   Ceux qui font tant de clamours, Ne taschent qu'à eux complaire Plus qu'à leurs belles amours, MAROT II, 350.
   La chanson fut bien ordonnée Qui dit : m'amour vous est donnée, MAROT dans MÉNAGE.
   Je ne veux plus, sous couleur apparente D'un feint amour, vivre si mal contente ; Trop est l'amour chere, honneste et gentille ; Je veux aimer, ST-GEL. 241.
   L'amour de la vie doit estre oubliée pour la bonne renommée, MARG. Lett. 55.
   Amour ne peult estre receu que de son semblable, MARG. ib. 137.
   Les desnaturées et preposteres amours de son temps, MONT. I, 117.
   Cette amour naturelle [des parents] les attendrit trop et relasche, MONT. I, 164.
   Tumber en amour de soy indiscrete, MONT. II, 62.
   L'amour d'un muletier plus que celle d'un gallant homme, MONT. II, 213.
   Le jeune homme desesperant de pouvoir jouir de ses amours, en fut si desplaisant, qu'il se noya, AMYOT Thés. 32.
   Minos le renvoya franc et quitte, remettant, pour amour de luy, à la ville d'Athenes ce tribut qu'elle luy devoit payer, AMYOT ib. 22.
   Cessez le combat pour l'amour de nous, AMYOT Rom. 29.
   La vraye amour et bienvueillance qu'ilz luy portoient, AMYOT Timol. 52.
   S'estans tous deux enamourez d'une amour, affection et charité divine, qui estoit de servir leur païs, AMYOT Pélop. 8.
   Il faut s'aimer d'une amour mutuelle, RONS. 820.
   Car comme un clou par l'autre est repoussé, L'amour par l'autre est soudain effacé, RONS. 821.
   L'amour de la femme et l'amour du chien, il ne vaut rien qui ne dit : tien, GÉNIN Récréat. t. II, p. 241.
   Bourguig. aimor ; provenç. et espagn. amor ; ital. amore ; de amorem (voy. aimer).
SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE
AMOUR. Ajoutez :
14°   Arbre d'amour, le cercis siliquastrum, BAILLON, Dict. de botanique, p. 247.
   Dans l'Ecole des maris, III, 9, Léonor, pour exprimer qu'elle a quitté le bal à cause de l'ennui qu'elle ressentait des assiduités des jeunes gens à la mode, dit : Je me suis dérobée au bal pour l'amour d'eux. Pour l'amour de signifie ici simplement : à cause d'eux. De même Malherbe : Un homme m'ayant fait un plaisir et depuis une injure.... je dois être quitte du bienfait pour l'amour de l'injure, et lui de l'injure pour l'amour du bienfait, Oeuvres, éd. Ad. Regnier, t. II, p. 173. M. A. Espagne (Rev. des langues romanes, 2e série, t. II, p. 80), qui cite ces exemples, dit que ce sont des provençalismes, le provençal disant per amor et, par contraction, parmor, pramo, à cause de : il cite aussi le patois messin où l'on trouve pr' amou que, vu que, attendu que.

Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré. . 1872-1877.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • AMOUR — «Dieu aimeras et ton prochain comme toi même.» Toute la civilisation judéo chrétienne est fondée sur ce double commandement énigmatique, dont la théorie freudienne semble fournir la version moderne lorsqu’elle montre l’injonction de jouir comme… …   Encyclopédie Universelle

  • amour — AMOUR. s. m. Sentiment par lequel le coeur se porte vers ce qui lui paroît aimable, et en désire la possession. Amour extrême. Amour ardent. Amour violent. Amour honnête. Amour légitime. Amour naissant. Amour divin. Amour céleste. Amour terrestre …   Dictionnaire de l'Académie Française 1798

  • amour — Amour. s. m. & f. Sentimens de celuy qui aime. Affection qu on a pour un objet que l on considere comme un bien. Un bel amour. une amour folle. Amour, Se dit dans plusieurs phrases fort usitées, dont voicy les plus communes. Amour divin, celeste …   Dictionnaire de l'Académie française

  • amour — Amour, m. acut. Est l affection passionnée qu on porte à quelque femme, si qu il signifie chose de plus vehemente impression d esprit que ce mot Amitié le plus souvent. Selon ce on dit, Il fait l amour à une telle, Illam cupide amat, Il se prend… …   Thresor de la langue françoyse

  • Amour — is the French word for love, an intense feeling of affection. It may also refer to:* Amour , a stage musical written by Michel Legrand * Amour , a cycle of clarinet pieces by Karlheinz Stockhausen * Amour (Saint), a catholic saint * Amour… …   Wikipedia

  • Amour — ist der Name oder Namensteil folgender Personen: François Claude Amour de Bouillé (1739–1800), französischer General Paul d’Amour (* 1968), US amerikanischer Musiker, Bassist der Alternative/Heavy Metal Band Tool Rod Brind Amour (* 1970),… …   Deutsch Wikipedia

  • Amour — 〈[amu:r] f. 20〉 Liebe, Liebschaft [frz.] * * * Amour   [a muːr], Djebel Amour [dʒe bɛl ], Gebirgszug in Algerien, Teil des Saharaatlas. Die Gebirgsketten (überwiegend Kreidekalke mit einzelnen Jurarücken) haben in ihrem höchsten Teil (1 977 m… …   Universal-Lexikon

  • Amour — Dans la France de l Est (10, 51, 71), il s agit d un ancien prénom (latin Amor ou Amator), popularisé par saint Amour, compagnon de saint Maurice, martyrisé avec lui en 286. Mais le patronyme peut aussi venir d Afrique du Nord, où c est une… …   Noms de famille

  • amour — (n.) c.1300, love, from O.Fr. amour, from L. amorem (nom. amor) love, affection, strong friendly feeling (it could be used of sons or brothers, but especially of sexual love), from amare to love (see AMY (Cf. Amy)). The accent shifted 15c. 17c.… …   Etymology dictionary

  • amour — amour, liaison, intrigue, affair denote an instance of illicit sexual relationship. Amour is particularly applied to the illicit attachment of prominent persons; it stresses passion as the motivating force and often connotes transience. Liaison… …   New Dictionary of Synonyms

  • amour — amour; par·amour; …   English syllables

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.