défendre

(dé-fan-dr'), je défends, tu défends, il défend, nous défendons, vous défendez, ils défendent ; je défendais ; je défendis ; défends, qu'il défende ; que je défende ; que je défendisse ; défendant ; défendu, v. a.
   Venir au secours, en aide de ce qui est attaqué, personnes ou choses.
   Je défendrai ta mémoire Du trépas injurieux, MALH. II, 2.
   Enfin, chevalier, tu crois défendre ta comédie, en faisant la satire de ceux qui la condamnent, MOL. Critique, 7.
   Il n'y a qu'à détourner son intention du désir de vengeance qui est criminel, pour la porter au désir de défendre son honneur qui est permis selon nos pères, PASC. Prov. 7.
   Je vous défendrais de l'orage, LA FONT. Fabl. I, 22.
   Défendez-moi des fureurs de Pharnace, RAC. Mithr. I, 2.
   Et songeons bien plutôt, quelque amour qui nous flatte, à défendre du joug et nous et nos États, RAC. ib. I, 3.
   Et subisse des lois Dont il a quarante ans défendu tous les rois, RAC. ib. III, 1.
   Prince aimable, dis-nous si quelque ange au berceau, Contre tes assassins prit soin de te défendre, RAC. Ath. IV, 6.
   Pour défendre vos jours de leurs mains meurtrières, RAC. Iphig. IV, 4.
   Je défendrai mes droits fondés sur vos serments, RAC. ib. IV, 6.
   Ciel ! qui nous défendra si tu ne nous défends ?, RAC. Esth. I, 3.
   La gloire les défend [les grands du monde] de quelques faiblesses ; mais la gloire les défend-elle de la gloire même ?, BOSSUET Duchesse d'Orl..
   À quoi la force doit-elle servir qu'à défendre la raison ?, BOSSUET Reine d'Anglet..
   Aussi nul chevalier ne cherche à la défendre, VOLT. Tancr. III, 1.
   Le fameux Arnauld défendait le jansénisme avec l'impétuosité de son éloquence, VOLT. Louis XIV, 37.
   Il se dit aussi des animaux. La poule défend ses poussins.
   Absolument.
   Et qu'au lieu d'attaquer il a peine à défendre, CORN. Sertor. I, 1.
   La peur régnait partout : plus de coeurs, plus d'ami ; Le Français du Français paraissait l'ennemi, Chacun savait mourir, nul ne savait défendre, LEGOUVÉ Mérite des f..
Peu usité de cette façon.
   À son corps défendant, loc. adv. En se défendant contre une attaque. Il a tué l'agresseur à son corps défendant.
   Fig. et familièrement, à contre-coeur, avec répugnance. J'ai fait cela à mon corps défendant.
   Je vous jure, encor est-ce à mon corps défendant, RÉGNIER Sat. XV.
   Et l'on sait qu'elle est prude à son corps défendant, MOL. Tart. I, 1.
   En parlant d'un accusé, exposer ses moyens de défense. Qui défend le prévenu ? Cet avocat nous a très bien défendus.
   Défendre son pain, soutenir un procès dans lequel tous les moyens d'existence sont engagés.
   Dans un sens assez analogue, intercéder pour quelqu'un.
   Empêcher que l'ennemi ne puisse entrer dans un lieu ou en approcher. Horatius Coclès défendit un pont contre les Étrusques, pendant qu'on le coupait derrière lui. L'officier qui défendit cette place à toute extrémité.
   L'ennemi retranché dans son camp comme dans un fort, mille foudres, qui portent la mort partout, en défendent l'approche, MASS. Or. funèbre du prince de Conty.
   Que si Barclay l'a prévenu dans cette capitale [Vitepsk], sans doute il voudra la défendre ; là peut-être l'attendait cette victoire tant désirée, qui vient de lui échapper sur la Vilia, SÉGUR Hist. de Napol. IV, 7.
   Protéger, garantir. La montagne défend cette maison des vents du nord.
   Terme de marine. Défendre un canot, éviter de la faire choquer contre un bâtiment ou un quai.
   Interdire, prohiber. Défendre le vin à un malade.
   Ah ! monsieur, qu'est ceci ? je défends la surprise !, MOL. Dép. am. III, 7.
   Vos règles vous défendent de rien imprimer sans l'aveu de vos supérieurs qui sont rendus responsables des erreurs de tous les particuliers, PASC. Prov. 17.
   C'est des ministres saints la demeure sacrée ; Les lois à tout profane en défendent l'entrée, RAC. Ath. III, 2.
   .... Puisqu'un sort jaloux Lui défend de jouir d'un spectacle si doux, RAC. Alex. IV, 3.
   Le ciel protége Troie ; et par trop de présages Son courroux nous défend d'en chercher les passages, RAC. Iphig. I, 2.
   Défendre avec un régime direct, puis avec de et un verbe à l'infinitif.
   Je vous défends tout retour et toute inquiétude sur cela, et de vous en confesser de nouveau Li à moi ni à d'autres, BOSSUET Lett. abb. 50.
   Défendre sa porte à quelqu'un, faire défendre sa porte à quelqu'un, dire au portier, aux domestiques de ne pas le laisser entrer s'il se présente.
   J'étais si affligée de cette perte, de la mort de mon mari, du départ précipité de mon fils, que j'avais fait défendre ma porte, VOLT. Princesse de Babyl. 4.
   Se défendre, défendre à soi-même, s'interdire, s'empêcher de.
   Ils se sont défendu les excès, MASS. P. carême, Malh. des grands..
   Enjoindre de ne pas faire.
   Mais il me semble, Agnès, si ma mémoire est bonne, Que j'avais défendu que vous vissiez personne, MOL. Éc. des f. II, 6.
   Le désolé vieillard, qui hait la raillerie, Lui défend de parler, sort du lit en furie, BOILEAU Lutr. IV.
   Mais mon père défend que le roi se hasarde, RAC. Ath. V, 1.
   Pour plus de sûreté, il fit mettre des gardes aux portes de tous les prélats, et défendit qu'aucun étranger entrât dans la ville, VOLT. Charles XII, liv. III.
   V. n. Terme de procédure. Fournir des défenses aux demandes de la partie adverse. Condamné faute de défendre.
   Avoir le rôle de défendeur dans un procès. Défendre à une action en payement.
   Se défendre, v. réfl. Repousser la force par la force.
   J'eus beau crier et me défendre : la couverture fut apportée [où l'on me berna], VOIT. Lett. 9.
   .... Gardez-vous de prétendre Que de tant d'ennemis vous puissiez vous défendre, RAC. Mithr. V, 5.
   Les nations s'appellent les unes les autres, se liguent ensemble pour se défendre et pour l'arrêter, LA BRUY. X..
   .... Avec ce fer tu m'as fait chevalier, Tiens, prends, prends, défends-toi ; meurs du moins en guerrier, C. DELAV. Vêp. Sicil. IV, 6.
   On s'y défendit comme des vainqueurs se défendent, en attaquant, SÉGUR Hist. de Napol. IV, 7.
   Terme de manége. Un cheval se défend quand il refuse d'obéir, soit en sautant, soit en reculant ; il se défend des lèvres, quand il résiste au mors. On dit encore qu'il se défend, quand il se sert de ses pieds et de ses dents contre les personnes qui l'entourent et veulent le contenir.
   Cette place se défend d'elle-même, elle est facile à défendre ; elle n'est pas en état de se défendre, elle ne peut résister à une attaque sérieuse.
   Terme de marine. Se défendre bien à la mer, recevoir peu d'eau à bord par un gros temps.
   Se justifier, repousser les accusations, les reproches, les critiques.
   J'ai voulu me défendre avec civilité, CORN. Héracl. I, 2.
   Qu'on rappelle mon fils, qu'il vienne se défendre, RAC. Phèd. V, 5.
   Défendez-vous, madame, et ne l'accusez pas, RAC. Brit. IV, 1.
   Ils ne se défendent pas contre cette accusation, MASS. Av. Circ..
   Si mes livres ne savent pas se défendre, je ne les défendrais pas mieux, BONNET Lett. div. Oeuvres, t. XII, p. 128.
   Se garantir, se préserver.
   Leur nombre était assez grand pour se défendre d'une surprise, PATRU Plaidoy. 1. dans RICHELET.
   Je cherche à te rejoindre et non à m'en défendre [de la mort], CORN. Rodog. V, 4.
   De cette opinion j'aime mieux me défendre, Pour mettre en votre choix celle que je dois prendre, La régler par votre ordre, et croire avec respect Tout ce qu'il vous plaira d'un entretien suspect, CORN. Perthar. I, 2.
   Défendez-vous [de la mort] par la grandeur, Alléguez la beauté, la vertu, la jeunesse, LA FONT. Fabl. VIII, 1.
   Vous n'aurez plus qu'à vous défendre de la vanité, SÉV. Lettres, 6 janv. 1672.
   Contre tant de soupirs peut-on bien se défendre ?, RAC. Alex. II, 5.
   Contre tous les poisons soigneux de me défendre, RAC. Mithr. V, 4.
   Quel philosophe pourrait se défendre de la flatterie ?, FÉN. Tél. XII.
   On a besoin de force pour se défendre des exemples qu'on a devant les yeux, MASS. Car. Mélange.
   Vous dites que, rompre tout d'un coup, ce serait un éclat.... qui donnerait lieu à des soupçons dont jusqu'ici vous avez su vous défendre, MASS. ib. Pâques..
   La vertu même des saints ne suffit pas pour se défendre des occasions qui nous cherchent, MASS. ib. Dang. des prospér..
   Les Scythes ne connaissent point l'usage de la laine et des étoffes, et, pour se défendre des froids violents et continuels de leur climat, ils n'emploient que des peaux de bêtes, ROLLIN Hist. anc. Oeuvres, t. III, p. 79, dans POUGENS.
   D'un noir pressentiment je ne puis me défendre, VOLT. Fanat. III, 2.
   On meurt ainsi par degrés, jusqu'à ce que, n'aimant enfin que soi-même, on ait cessé de sentir et de vivre avant de cesser d'exister ; mais un coeur sensible se défend de toute sa force contre cette mort anticipée, J. J. ROUSS. Hél. IV, 1.
   Cette étoffe est bonne, il n'y a qu'à se défendre du prix, c'est-à-dire on peut l'acheter, il ne s'agit plus que de ne pas la payer trop cher.
10°   Repousser, refuser, se dispenser de.
   S'il n'en eût aimé l'offre, il eût su s'en défendre, CORN. Pomp. III, 2.
   Il s'est de mes bontés jusqu'au bout défendu, CORN. ib. V, 5.
   Elle se défend du nom, mais non pas de la chose, MOL. Critique, 2.
   Jusques ici je me suis défendu de m'expliquer, MOL. Am. magn. II, 4.
   Il se défend fort de se mêler de l'affaire, BOSSUET Lett. quiét. 171.
   Il s'en défendit comme d'un crime, BOSSUET Hist. II, 5.
   Prince, de ce devoir je ne puis me défendre, RAC. Bérén. IV, 8.
   Il s'en défendit [d'être élu roi] sans s'émouvoir, FÉN. Tél. VI.
   Et nous, mes frères, nous nous défendons de la réputation d'homme juste et craignant Dieu, comme d'un titre de honte et d'infamie, MASS. Car. Injust. du monde..
   Les deux consuls.... se défendirent d'abord de prendre connaissance d'une affaire qui s'était passée longtemps avant leur consulat, VERTOT Révol. rom. liv. III, p. 253.
   Elle est femme samaritaine, et par là elle se défend d'accorder au Sauveur ce que sa bonté demande d'elle, MASS. Car. Samaritaine.
11°   Se cacher d'une chose, la nier.
   Vous ne vous rendez pas encore, et vous vous défendez d'être médecin, MOL. Méd. m. lui, I, 6.
   Elle se défend fort d'apprendre la philosophie, SÉV. 438.
   Quelques-uns se défendent de faire des vers, LA BRUY. IV.
   Je ne m'en défends point : mes pleurs, belle Ériphile, Ne tiendraient pas longtemps contre les soins d'Achille, RAC. Iphig. II, 3.
   Un homme, se trouvant là sans fonctions apparentes, m'aborda familièrement, me demanda confidemment si je n'étais point auteur de certaines brochures, je m'en défendis fort, P. L. COUR. Pamphl. des pamphl..
12°   S'excuser.
   Je m'en suis défendu le moins brutalement qu'il m'a été possible, HAMILT. Gramm. 7.
13°   S'empêcher de.
   J'ai cru honteux d'aimer quand on n'est plus aimable ; J'ai voulu m'en défendre, à voir mes cheveux gris, CORN. Sertor. IV, 2.
   Il ne peut se défendre d'aimer cette vertu douce, FÉN. Tél. XV.
   1. Défendre, au sens de prohiber, veut de devant un infinitif ou que et le subjonctif : Il défend d'aller, il défend qu'on aille.
   2. Défendre, dans le sens de prohiber, suivi d'un verbe, ne veut pas que ce verbe prenne la particule ne : Je défends que vous fassiez cela, et non je défends que vous ne fassiez cela ; cette dernière tournure, c'est-à-dire l'emploi de ne explétif avec défendre, était très usuelle au XVIe siècle et auparavant.
   3. Si le verbe est à l'infinitif, la particule ne ne se met jamais : Je vous défends d'y aller (au contraire, le XVIe siècle mettait volontiers la négation : Je vous défends de n'y pas aller).
   Pourtant, si le verbe est à l'infinitif et construit avec plus, jamais, quelques écrivains ont employé le ne : Il leur déclara qu'il leur défendait de ne plus songer à ce mariage, SÉV. Lett. 19 déc. 1670 (l'édition de M. Régnier, qui doit faire autorité, n'a pas ce ne).
   Il lui défendit avec dureté de ne jamais se présenter devant lui, VERTOT. .
On sait combien, avec les verbes exprimant doute, crainte, empêchement, etc. le ne explétif est fréquent. On ne peut donc dire que ici ce soit une vraie faute ; seulement on doit savoir que l'usage s'est prononcé contre cet emploi, et l'on dira : Il leur défendait de songer davantage à ce mariage ; il lui défendit de se présenter jamais devant lui.
   DÉFENDRE, SOUTENIR, PROTÉGER. Mettre quelqu'un ou quelque chose à couvert du mal qui lui arrive ou qui peut lui arriver. On défend ce qui est attaqué ; on soutient ce qui ne se tient pas debout par soi-même ; on protége ce qui a besoin d'être couvert et garanti. On défend une cause ; on soutient une entreprise ; on protége les sciences. Défendre les sciences, ce serait prendre en main leur cause, si on leur attribuait, comme Rousseau par exemple, des influences funestes ; protéger les sciences, c'est en favoriser la culture et le progrès. On défend un homme contre ses ennemis, on le soutient dans les démarches qu'il fait, et, si on occupe une position supérieure à la sienne, on le protége, c'est-à-dire on le sert auprès des personnes de qui son succès dépend : la principale différence entre protéger et les deux autres verbes étant que protéger entraîne en général l'idée de la supériorité de celui qui protége, ce que ne font pas défendre et soutenir.
   XIe s.
   Et si aveir nés pot [s'il ne peut les avoir], si se defende par juise [jugement], L. de Guillaume, 16.
   Et nous defendun que l'om christien fors de la terre ne vende, ib. 41.
   Fierent li un, li autre se defendent, Ch. de Rol. CVII.
   Je vous defend que n'i adeist [approche] nus hom, ib. CLXXIV.
   Puis [qu'il] la defende [l'Espagne] encontre li Franceis, ib. CXCIII.
   XIIe s.
   Deffendez moi de honte, Ronc. p. 2.
   Se li ert [était] defendus, ib. p. 22.
   Bien se defendent à cest estroit passage, ib. p. 65.
   Par tantes fois [j']ai esté assailliz Que je n'ai mais pooir de moi deffendre, Couci, V.
   Douce dame, d'orgueil vous deffendez, ib. XIV.
   Mais je ne puis moi ne mon cuer deffendre De plus aimer...., ib. XXI.
   Fins cuers qui bée à haute honor Ne se porroit de tel chose desfendre, ib. XXIV.
   François se deffandirent com nobile guerrier, Sax. IV.
   Fous, fait-il, tuz dis fustes, e estes e serez ; Quant vus l'espée traite de sur le rei venez ; S'il trait sur vus la sue, coment vus defendrez ?, Th. le mart. 39.
   XIIIe s.
   Tel chose [le comte Thibaut] a faite en sa vie Dont [il] deüst estre apelés [en champ clos] ; Il ne se deffendist mie ; Car il se sent encoupés [inculpé, criminel], HUES DE LA FERTÉ Romancero, p. 187.
   Quel cose que le hom fache sur sen corps deffendant, nul fourfait il ne fait, TAILLIAR Recueil, p. 39.
   [Je] vous defens qu'envers moi n'aiez pensée amere, Berte, CXIII.
   Vez cum fortune le servi, Qu'il ne se pot onques deffendre Qu'el nel feïst au gibet pendre, la Rose, 6645.
   Por ce se ge deffens ivrece, Ne voil ge pas deffendre à boivre, ib. 1789.
   Sire, tel née [nie] et desfent le murtre que tel li met sus, Ass. de J. 140.
   Comment il se deffendront de cix [ceux], qui, à tort et par malvese cause, les assaudront de plet, BEAUMANOIR XI.
   Ou se je me deffent par longue tenure et paisible, ID. VII, 4.
   Or disons donc que grant grace nous fist Dieu le tout puissant, quant il nous deffendi de mort et de peril, JOINV. 216.
   Et toute la puissance du soudan se logerent sur le fleuve de Rexi d'autre part devant nostre ost, pour nous deffendre [interdire] le passage, JOINV. 220.
   Et un vieus baüs Ocist quatre dus [ducs], Son cors defendant, JUBINAL Fatrasies, t. II, p. 216.
   XIVe s.
   Sur ton corps defendant, met lui jour de bataille Par droite defiance, Girart de Ross. V. 3425.
   XVe s.
   Par lequel trait il y en eut moult de blessés des assaillans et des defendans, FROISS. I, I, 102.
   .... Devoient demeurer au pont et garder le passage, pour le defendre aux aventures des survenans, FROISS. I, I, 139.
   Comment se peut ung povre cueur deffendre Quand deux beaulx yeux le viennent assaillir ?, CH. D'ORL. Ball. IV.
   Et à luy fut deffendu ne partir de son hostellerie, COMM. IV, 12.
   XVIe s.
   Dieu a defendu en la Loy qu'on n'adorast point autre que lui, CALV. Instit. 94.
   Jesus Christ se defend de ne vouloir point destruire ne dissiper la Loy, CALV. ib. 267.
   Je vous defen de ne jurer du tout, CALV. ib. 291.
   Les canons defendent estroitement aux chanoines de n'abuser point de leur puissance au detriment de l'Eglise, CALV. ib. 870.
   Jesus Christ en defendant de jurer du tout, CALV. ib. 292.
   Il ne defend point qu'il [le péché] n'y soit, mais qu'il n'y regne point, CALV. ib. 469.
   Pour autant il [le vin] m'est defendu, Dont tous les jours m'en croist envie, MAROT VI, 261.
   Et pour cette raison, defendoient les Hebreux, que, l'année que l'homme seroit marié, n'allast point à la guerre, MARG. Nouv. LXX..
   Elle lui defendit de ne s'y trouver plus, MARG. ib. XXI.
   Lepidus deffendit à ses heritiers de...., MONT. I, 17.
   Deffendre une place contre l'ennemi, MONT. I, 25.
   La prouesse des habitans à se bien deffendre, MONT. I, 27.
   Je me suis deffendu d'oser alterer jusques aux plus legieres et inutiles circonstances, MONT. I, 103.
   Ils deffendoient, sur peine de la hart, que nul eust à dire que...., MONT. II, 251.
   Ces dernieres villes se sont mieux defendues, encores qu'elles ayent esté assaillies avecques plus d'art, LANOUE 336.
   Deffendus de leur simplicité et à l'ombre de leur pauvreté, ils vesquirent sans persecution, D'AUB. Hist. I, 68.
   Le comte Ludovic avoit deffendu à Janlis qu'il ne vint point droit à Monts, et qu'il allast cercher les troupes du prince d'Oranges, D'AUB. ib. II, 68.
   Numa leur defendit entierement le vin, AMYOT Lyc. et Num. 7.
   Les devins leur promettoient la victoire, pourveu qu'ilz ne feissent que se defendre seulement, AMYOT Arist. 35.
   Il alloit souvent plaider des causes, et defendre en jugement ceulx qui l'en requeroient, AMYOT Caton, 2.
   Il defendit que l'on n'allast plus devers Lucullus, et que l'on n'obeïst point à chose qu'il manderoit, AMYOT Lucull. 71.
   Nicias alloit blasmant la temerité de Demosthenes ; et luy s'en defendant comme il pouvoit...., AMYOT Nicias, 40.
   Provenç. defendre ; espagn. defender ; ital. difendere ; du latin defendere, de de, et fendere, exciter, pousser.
SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE
DÉFENDRE. - REM. Ajoutez :
   4. On a dû. dire d'abord : en son corps défendant. Cette forme se trouve dans le Portrait de Mme Cornuel par Mme de Vineuil, ancienne édit. des Oeuv. de Mlle de Montpensier, t. VIII, p. 257.

Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré. . 1872-1877.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • défendre — [ defɑ̃dr ] v. tr. <conjug. : 41> • 1080; lat. defendere I ♦ 1 ♦ Aider, protéger (qqn, qqch.) contre une attaque en se battant. ⇒ secourir, soutenir. Défendre la patrie en danger. Défendre un allié contre l envahisseur. Don Quichotte «… …   Encyclopédie Universelle

  • defendre — Defendre, Defendere, Tueri, Protegere, Patrocinari, Adesse alicui. Defendre le fait d aucun, Praestare tuerique factum alicuius. Defendre et excuser un cas, Crimen sustinere. Garder et defendre diligemment, Tutari. Defendre et garder, Obumbrare.… …   Thresor de la langue françoyse

  • défendre — DÉFENDRE. v. a. Protéger, soutenir quelqu un, en s opposant à ce qu on fait ou à ce qu on dit contre lui. Défendre son ami, ses concitoyens, son Prince. Il s est bien défendu. Il l a tué en se défendant, à son corps défendant. Défendre sa patrie …   Dictionnaire de l'Académie Française 1798

  • defendre — DEFENDRE. v. a. Soustenir quelqu un en s opposant aux attaques qu on luy fait. Defendre son ami. defendre ses concitoyens, son Prince. il s est bien defendu. Il se dit aussi des choses. Defendre une place. cette place se defend d elle mesme.… …   Dictionnaire de l'Académie française

  • defendre — defèndre défendre ; prohiber ; interdire. voir aparar, proïbir …   Diccionari Personau e Evolutiu

  • DÉFENDRE — v. a. Protéger, soutenir une personne ou une chose attaquée. Il se dit en parlant De toute espèce d attaque ou d agression. Défendre quelqu un au péril de sa vie. Il le défendit contre plusieurs assassins qui s étaient jetés sur lui. Défendre son …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • DÉFENDRE — v. tr. Protéger une personne contre une attaque. Défendre quelqu’un au péril de sa vie. Défendre ses concitoyens, sa patrie. Par extension, Défendre sa vie, son honneur, les intérêts de son ami. Prov. et fig., Bien attaqué, bien défendu. Voyez… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • défendre — vt. , protéger ; interdire, prohiber ; défier : défandre (Saxel), défêdre vt. (Aix, Albanais 001, Annecy 003, Balme Sillingy, Beaufort 065, Doucy Bauges), défindre (003, Arvillard 228, Thônes, Villards Thônes), défindri (Côte Aime), C. =>… …   Dictionnaire Français-Savoyard

  • Défendre — Défense Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom …   Wikipédia en Français

  • défendre — (v. 3) Présent : défends, défends, défend, défendons, défendez, défendent; Futur : défendrai, défendras, défendra, défendrons, défendrez, défendront; Passé : défendis, défendis, défendit, défendîmes, défendîtes, défendirent; Imparfait : défendais …   French Morphology and Phonetics

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.