changer

(chan-jé ; le g prend un e après lui devant a ou o : nous changeons, je changeais) v. a.
   Céder une chose pour une autre, prendre en échange. Changer son habit pour celui d'un autre. Changer du vin contre de l'huile.
   Il y a des maladies qui viennent de ce qu'on change un bon air contre un mauvais, MONTESQ. Lett. pers. 131.
   Fig. Changer son cheval borgne contre un aveugle, changer une mauvaise chose pour une pire.
   Donner un billet, une pièce, pour avoir de la monnaie. Je n'ai qu'un billet, que de l'or ; il faut que je le change pour vous payer. Changer une pièce de cinq francs en petites pièces, en sous.
   Absolument. Il faut que je change, j'ai besoin de petite monnaie.
   Remplacer un objet par un autre, prendre un autre, quitter pour un autre ; placer ailleurs. Changer le certain pour l'incertain. Dans sa vieillesse il changea certaines choses à sa doctrine. Il changea sa résidence. L'os est changé de place. Il faut changer les aiguilles de main.
   Modifier une personne, une chose, la rendre différente de ce qu'elle était. Changer ses habitudes. Il n'y a rien à changer à cette disposition. Cela change bien les affaires.
   Mais nous pouvons changer un destin si funeste, CORN. Cinna, I, 3.
   Puisqu'il change mon coeur, il veut changer l'État, ID. ib. V, 3.
   Alexandre allait à Jérusalem, résolu de se venger ; mais il fut changé à la vue du souverain pontife qui vint au-devant de lui avec les sacrificateurs, BOSSUET Hist. I, 59.
   Vois ces sphères de feu, ces globes de lumière, Rien n'interrompt leur course ou change leur carrière, BRÉBEUF Phars. II.
   La résolution qu'avait prise M. le cardinal d'aller sur le Rhône a été changée sur ce qu'il vit avant-hier un bateau chargé de soldats qui courut très grand hasard de se perdre, VOIT. Lett. 127.
   Un moment a changé ce courage inflexible, RAC. Esth. II, 9.
   Mais croyez qu'en mourant mon coeur n'est point changé, VOLT. Catil. V, 7.
   Il agit secrètement dans les coeurs par son Saint-Esprit, il les change, il les renouvelle, BOSSUET la Vallière..
   Un de ces esprits remuants et audacieux qui semblent être nés pour changer le monde, BOSSUET Reine d'Anglet..
   Tienne qui voudra pour sentence Que les honneurs changent les moeurs ; Je crois pour moi que les honneurs Mettent les moeurs en évidence, PONS (de Verdun), Poésies..
   Convertir en. Circé changea en bêtes les compagnons d'Ulysse. Changer le reproche en éloge, la discussion en dispute.
   .... Et vous allez au temple Y changer l'allégresse en un deuil sans pareil, CORN. Rodog. V, 5.
   Une condition meilleure Change en des noces ces transports, LA FONT. Fabl. VI, 21.
   L'intempérance des hommes change en poisons mortels les aliments destinés à conserver leur vie, FÉN. Tél. XVII.
   Qui changera mes yeux en deux sources de larmes Pour pleurer ton malheur ?, RAC. Athal. III, 7.
   L'audace d'une femme arrêtant ce concours En des jours ténébreux a changé ces beaux jours, RAC. ib. I, 1.
   L'adulation change en source de vices des penchants qui étaient en eux [les grands] des espérances de vertu, MASS. Petit carême, Tentations..
   Changer à est dans cette phrase consacrée : Dans le sacrement de l'eucharistie le pain est changé au corps de Notre-Seigneur. Cette tournure se trouve aussi dans la poésie et dans la prose élevée.
   Et qu'il ait, sans espoir d'être mieux à la cour, à son long balandran changé son manteau court, RÉGNIER Sat. XIV.
   Cependant l'humble toit devient temple, et ses murs Changent leur frêle enduit aux marbres les plus durs, LA FONT. Phil. et Bau..
   Peut-être avant la nuit, l'heureuse Bérénice Change le nom de reine au nom d'impératrice, RAC. Bér. I, 3.
   Et des rois les plus grands m'offrît-on le pouvoir, Je n'y changerais pas le bien de vous avoir, MOL. Mélic. II, 3.
   Je changerais mon sort au sort d'un braconnier, V. HUGO M. Delorme, IV, 6.
Bossuet, dans la même phrase, après avoir employé en, a employé à :
   Leur félicité [des anges] fut changée en la triste consolation de se faire des compagnons dans leur misère, et leurs bienheureux exercices au misérable emploi de tenter les hommes, BOSSUET dans GIRAULT-DUVIVIER.
   Changez ce malade, cet enfant, changez les draps, la chemise, les vêtements de ce malade, de cet enfant.
   Terme de manége. Changer un cheval, tourner ou porter sa tête d'une main à l'autre.
   Terme de marine. Changer la barre du gouvernail, la faire passer de tribord à bâbord, et réciproquement.
   V. n. Avec la préposition de, au propre et au figuré, quitter une chose pour une autre. Changez d'habits avec moi. Il changea de ton, de résolution.
   Est-il donc vrai, madame ? et changeons-nous de sort ?, CORN. Héracl. V, 8.
   On peut changer d'amant, mais non changer d'époux, CORN. Hor. I, 3.
   On change avec le temps d'âme, d'yeux et de coeur, CORN. Agés. V, 8.
   J'ai changé de couleur, je me suis écriée, CORN. Nicom. I, 5.
   Plusieurs se sont trouvés qui, d'écharpe changeant, Aux dangers, ainsi qu'elle, ont souvent fait la figue, LA FONT. Fab. II, 5.
   Vous vous troublez, madame, et changez de visage, RAC. Brit. II, 3.
   Pyrrhus m'a reconnu, mais sans changer de face, RAC. Andr. V, 3.
   Il changera de moeurs en changeant de fortune, VOLT. M. de César, I, 1.
   Fig. et familièrement. Changer de batterie, recourir à de nouveaux moyens.
   Fig. Changer de note, changer de façon d'agir ou de parler.
   Je te ferai changer de note, chien de philosophe enragé !, MOL. Mar. f. sc. 8.
   Leur ennemi changea de note, Sur la robe du dieu fit tomber une crotte : Le dieu, la secouant, jeta les oeufs à bas, LA FONT. Fab. II, 8.
   Absolument, faire un troc.
   Oh ! je ne saurais plus, dit-elle, y résister ; Changeons, ma soeur l'aragne, LA FONT. Fabl. III, 8.
   Terme de manége. Changer de main, porter la tête du cheval d'une main à l'autre, pour le faire aller à droite ou à gauche.
   Terme de marine. Changer d'amures, les prendre à l'autre bord lorsqu'on louvoie. Changer devant, changer derrière, virer vent devant, en faisant tourner toutes les voiles d'un mât ensemble.
10°   Elliptiquement, changer se dit pour changer de lieu.
   Point de coup de balai qui l'oblige [l'araignée] à changer, LA FONT. Fabl. III, 8.
   Changer de linge, d'habits. Je suis trempé, il faut que je change. Il n'a pas de quoi changer.
   Le roi changeait devant le très peu de gens distingués qu'il plaisait au premier gentilhomme de la chambre de laisser entrer, SAINT-SIMON 417, 10.
   Changer, v. n. dans les sens des nos 9 et 10, se conjugue avec l'auxiliaire avoir.
11°   Devenir autre, éprouver un changement. Combien les moeurs ont changé. Tout change. Voyez comme les choses ont changé. Le vent venant à changer.
   Mais il n'est pas moins vrai que cet ordre des cieux Change selon les temps comme selon les lieux, CORN. Cinna, II, 1.
   Nous ferons bien changer ce courage indompté, CORN. Nicom. III, 1.
   L'Angleterre a tant changé, qu'elle ne sait plus elle-même à quoi s'en tenir, BOSSUET Reine d'Anglet..
   Elle avait appris par ses malheurs à ne changer pas dans un si grand changement de son état, BOSSUET Reine d'Anglet..
   À Raguse, le chef de la république change tous les mois, MONTESQ. Espr. II, 3.
   La fortune est changée, RAC. Baj. IV, 3.
   Mais les temps sont changés aussi bien que les lieux, RAC. Iph. II, 2.
   Tandis que vous vivez, le sort qui toujours change Ne vous a pas promis un bonheur sans mélange, RAC. ib. I, 1.
   Fig. Changer du blanc au noir, devenir tout autre. On dit dans le même sens, changer du tout au tout.
   Le raisin change, il prend une autre couleur.
   Se corriger, et quelquefois se gâter, prendre une mauvaise conduite. Ce jeune homme a bien changé, c'est-à-dire sa conduite est devenue régulière, ou il est devenu bien mauvais sujet, si ce qui précède le représente comme ayant auparavant satisfait tout le monde.
   Prendre une autre apparence, en parlant des personnes.
   Comme ce jeune homme a grandi ; comme il est changé ! Il n'était point du tout changé [défiguré], SÉV. 483.
   Vous n'êtes presque point changé [vieilli] depuis tant d'années, FÉN. Tél. IX..
   Être inconstant. Tâchez de ne pas changer. Je n'ai nullement changé. Cet homme aime à changer. Un amant jure de ne jamais changer.
   Et qui change une fois peut changer tous les jours, CORN. Tois. d'or, IV., 3.
   Leurs alliés qui avaient changé avec la fortune, VERTOT Rév. rom. II, 199.
   Changer, v. n. dans les sens du n° 11, se conjugue avec l'auxiliaire avoir, quand il s'agit d'une action, d'un fait : La fortune a changé en cette journée ; Cet homme a beaucoup changé par sa dernière maladie. Il se conjugue avec l'auxiliaire être, quand il s'agit d'un état : La fortune est changée depuis cette journée ; Cet homme est bien changé depuis sa maladie.
12°   Se changer, v. réfl. Être remplacé par, faire place à. Comme toute cette joie s'est promptement changée en deuil !
13°   Être converti en. Par le feu l'eau se change en vapeur.
   Comment en un plomb vil l'or pur s'est-il changé ?, RAC. Ath. III, 7.
14°   Être modifié, devenir différent. Je ne puis me changer. Se changer en mal. Se changer en bien.
   Il faut se changer, se corriger.
   On croit se convertir quand on se change, et quelquefois on ne fait que changer de vice, BOSSUET Pensées chrét. 7.
15°   Changer de vêtements. Vous êtes bien mouillé, changez-vous.
PROVERBE Il faut qu'on l'ait changé en nourrice, se dit d'un enfant qui ne ressemble en rien à ses parents, et aussi d'une personne qui est dépourvue d'intelligence.
   XIIe s.
   Au deuil qu'il ot, [il] a la color changée, Roncisv. 91.
   Or quidout [cuidoit] qu'il fust tels cum il l'out ainz veü : Trestut esteit changiez ; Sainz Espris en lui fu, Th. le mart. 39.
   XIIIe s.
   De la paeur qu'ele a, [elle] cuide le sens changier, Berte, XI.
   Bien [il] s'aperçoit coment Berte lui fut changie, ib. XC.
   Mais il n'a pas tant de difference ès pois comme il a ès mesures, car il ne se changent pas en tant de liex, BEAUMANOIR XXVI, 16.
   XVIe s.
   La peur change des roseaux en gentsdarmes, MONT. I, 61.
   Changer d'advis, MONT. I, 298.
   Changeray-je pas pour vous cette belle contexture des choses ?, MONT. I, 85.
   L. Cossitius, de femme changé en homme, MONT. I, 92.
   Changer de visage, MONT. I, 115.
   Il ne change, pour hyver et temps qu'il face, le mesme bonnet qu'il porte au couvert, MONT. I, 260.
   Le premier article, ce feut que chascun changeroit plustost la mort à la vie, que les loix persiennes aux leurs, MONT. I, 297.
   Si la cour ne changeoit point, elle auroit changé, nous n'en avons jamais veu ni leu autre chose, D'AUB. Faen. I, 13.
   Ilz furent très contens de changer de place aux [avec les] Lacedaemoniens, AMYOT Arist. 37.
   Ainsi donques estoient les Grecs occupez à changer en diligence l'ordonnance de leur bataille, AMYOT ib. 38.
   La fortune ne dure pas toujours une, ains va se changeant, AMYOT Flamin. 44.
   Il feit aussi changer de maniere de vivre aux Arabes, AMYOT Lucull. 38.
   Et leur ayans osté leurs bastons et leurs armes de soudards, furent bien aises de les changer à ceulx de gladiateurs, AMYOT Crassus, 14.
   Bourguig. cheingeai ; picard, canger ; wallon, cangî ; anc. wallon, cambgier, chambger ; Berry et génev. sanger ; provenç. cambiar, camjar ; espagn. cambiar ; ital. cambiare ; bas-latin, cambiare, dérivé du latin cambire, formé du grec, courber, <
SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE
   CHANGER. - ÉTYM. Ajoutez : M. d'Arbois de Jubainville (Revue celtique, t. II, p. 128) remarque qu'il pourrait être à propos de dire que, suivant le glossaire gaulois publié par Endlicher, cambiare est gaulois, et que cette assertion du glossateur inconnu paraît justifiée par le verbe breton armoricain kemma, qui équivaut à cambiam.

Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré. . 1872-1877.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • changer — [ ʃɑ̃ʒe ] v. <conjug. : 3> • changier fin XIIe; bas lat. cambiare, lat. imp. cambire, probablt d orig. celtique I ♦ V. tr. 1 ♦ Céder (une chose) contre une autre. ⇒ échanger, troquer. Changer une chose pour, contre une autre. Changer sa… …   Encyclopédie Universelle

  • changer — CHANGER. v. a. Quitter une chose, s en défaire pour en prendre une autre à la place. Il a changé sa vieille vaisselle pour de la neuve. Il a changé ses tableaux contre des meubles. Changer un louis pour de l argent blanc, pour de la monnoie. Je… …   Dictionnaire de l'Académie Française 1798

  • changer — Changer, Commutare, Demutare, Immutare. Changer quelque chose avec aucun, Mutare aliquid cum aliquo. Changer et innover, Nouare, Innouare. Changer et muer, Emutare. Changer et tourner en autre nature ou couleur, Mutare. Changer les clefs,… …   Thresor de la langue françoyse

  • changer — Changer. v. act. Quitter une chose, s en defaire pour en prendre une autre en la place. Il a changé sa tapisserie pour des livres. il a changé sa vieille vaisselle pour de la neuve. je ne veux pas changer avec luy. elle vous a donc changé pour un …   Dictionnaire de l'Académie française

  • Changer — Chan ger, n. 1. One who changes or alters the form of anything. [1913 Webster] 2. One who deals in or changes money. John ii. 14. [1913 Webster] 3. One apt to change; an inconstant person. [1913 Webster] 4. an electronic device which changes one… …   The Collaborative International Dictionary of English

  • changer — [chānj′ər] n. 1. a person or thing that changes something 2. short for RECORD CHANGER 3. a device that automatically sets compact discs in position for playing in succession, as from a carousel tray or slotted magazine cartridge …   English World dictionary

  • changer — index dealer Burton s Legal Thesaurus. William C. Burton. 2006 …   Law dictionary

  • CHANGER — v. a. Céder une chose pour une autre. Il a changé sa vieille vaisselle pour de la neuve. Il a changé ses tableaux contre des meubles. Changer une pièce d or pour de l argent blanc, pour de la monnaie. Je ne veux pas changer avec lui. Prov. et fig …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • CHANGER — v. tr. Céder une chose contre une autre. Il a changé ses tableaux contre des meubles. Absolument, Je ne veux pas changer avec lui. Prov. et fig., Changer son cheval borgne contre un aveugle. Voyez AVEUGLE. Il signifie particulièrement Convertir… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • changer — vt. (un bébé...) ; transformer, modifier, infléchir, métamorphoser ; donner changer l apparence // l aspect changer de ; varier, moduler ; changer de couleur (ep. du raisin) : sanzhî (Cordon 083b, Saxel 002), shandjé (Doucy Bauges), shandyé (Aix… …   Dictionnaire Français-Savoyard

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.