calomnier
(ka-lo-mni-é) v. a.
   Employer la calomnie. On l'a indignement calomnié. On calomniera vos intentions.
   .... Justifiez-vous sans le calomnier, CORN. Mort de P. III, 2.
   Si l'on calomniait sa mémoire innocente, Que feriez-vous ?, BRIFFAULT Ninus II, I, 1.
   La reine de Suède disait que la gloire d'un souverain consiste à être calomnié pour avoir fait du bien, VOLT. Lettr. Rochefort, décembre 1771.
   Absolument. Il ne parle que pour calomnier.
   Familièrement. Calomnier à dire d'experts, calomnier sans retenue.
   Se calomnier, v. réfl. Dire du mal de soi, se faire plus mauvais qu'on n'est.
   Corneille a dit calomnier de :
   Et Sévère aussitôt courant à la vengeance M'irait calomnier de quelque intelligence...., CORN. Poly. V, 1.
; Et Molière, calomnier à :
   Vous osez sur Célie attacher vos morsures Et lui calomnier la plus rare vertu Qui...., MOL. l'Étour. III, 4.
   XVe s.
   Or sçavoit il leur capsieuseté estre telle qu'ils calompnisoient ses dits, Histoire de la toison d'or, t. II, f° 129, dans LACURNE.
   XVIe s.
   Servet nous calomnie que nous faisons deux fils de Dieu, en disant que...., CALVIN Inst. 372.
   Il alloit mesdisant d'eux, et calumniant tout ce qu'ilz faisoient, envers Tissaphernes, AMYOT Alc. 48.
   Ceux que l'on s'efforce de calonnier, CONDÉ Mémoires, p. 640.
   Calumniari, de calumnia (voy. calomnie) ; bourguig. calainge, cailinge, réprimande ; wallon, calengî, adresser un défi ; rouchi, calenger ; provenç. calonjar, disputer, calumpniar, réclamer, accuser ; anc. catal. calognar ; anc. espagn. calonjar ; espagn. mod. calumniar ; ital. calognare, calonniare. Calomnier a été refait sur le latin ; l'ancienne forme était chalenger, calenger, accuser, provoquer, <

Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré. . 1872-1877.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • calomnier — [ kalɔmnje ] v. tr. <conjug. : 7> • 1377; lat. calumniari ♦ Attaquer, tenter de discréditer (qqn) par des calomnies. ⇒ décrier, diffamer, noircir. On a indignement calomnié cet homme d État. « Se laisser calomnier est une des forces de l… …   Encyclopédie Universelle

  • calomnier — CALOMNIER.v. actif. Attaquer, blesser l honneur de quelqu un par des imputations fausses et inventées. Les méchans sont sujets à calomnier les gens de bien. Calomnié, ée. participe …   Dictionnaire de l'Académie Française 1798

  • calomnier — Calomnier. v. a. Attaquer ou blesser l honneur de quelqu un par des choses controuvées. Les gens de bien sont sujets à estre calomniez. calomnier meschamment une personne …   Dictionnaire de l'Académie française

  • calomnier — aucun, Calumniari aliquem …   Thresor de la langue françoyse

  • CALOMNIER — v. a. Attaquer, blesser l honneur de quelqu un par de fausses imputations. Les méchants sont sujets à calomnier les gens de bien. On l a indignement calomnié.   Il se dit aussi en parlant Des actions, des intentions, etc. On a calomnié ses… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • CALOMNIER — v. tr. Attaquer, blesser quelqu’un par des calomnies. Les méchants sont enclins à calomnier les gens de bien. On l’a indignement calomnié. Il se dit aussi en parlant des Actions, des intentions, etc. On a calomnié ses intentions, sa conduite. Il… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • calomnier — vt. kofêyî <salir> (Saxel.002), ablyî <habiller> (Albanais.001) ; KALOMNYÎ (001,002) …   Dictionnaire Français-Savoyard

  • flatrañ — calomnier …   Dictionnaire Breton-Français

  • gwall-vrudañ — calomnier …   Dictionnaire Breton-Français

  • MAL — Le propre du mal tient en ceci qu’il ne peut être nommé, pensé, vécu qu’en relation avec une certaine idée du bien. Qu’il n’y ait pas de bien en soi, que ce que les hommes appellent le bien soit relatif aux situations et aux cultures, et le mal… …   Encyclopédie Universelle

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”