adversaire
(a-dvèr-sê-r') s. m.
Celui qui s'oppose à, qui lutte contre. Être l'adversaire de quelqu'un. Il a été l'adversaire de cette loi. Cette femme a été un adversaire persévérant.
   Ils auront toujours en eux de puissants adversaires, PASC. Prov. 1.
   Qui se hasarderait contre un tel adversaire ?, CORN. Cid. IV, 5.
   Mais comme il s'est vu seul contre trois adversaires...., CORN. Hor. III, 6.
   .... mes plus dangereux et plus grands adversaires, Si tôt qu'ils sont vaincus, ne sont plus que mes frères, CORN. Pomp. III, 2.
   Je vous ai de la paix immolé l'adversaire, CORN. Sert. V, 3.
   J'ai tué justement un injuste adversaire, VOLT. Mér. IV, 2.
   Le détail de l'exactitude que les experts apportèrent à cette affaire est imprimé ; ils se convainquirent parfaitement que l'adversaire de M. Delisle était un plagiaire, FONTEN. Éloges, Delisle..
   XIe s.
   L'ame de lui emportent averser [les diables], Rol. 116.
   Serpenz et guivres, dragon et averser, ib. 181.
   XIIe s.
   Verrunt lur adversarie el temple, Rois, 4.
   L'ame de lui emporte l'averser, Ronc. p. 62.
   Par mi la porte s'en ist tos eslaissiés ; Diex ! com l'esgardent li paien adversier, R. de Cambr. 270.
   [Il] a veü et trové moult mortel aversaire, Saxons, 31.
   XIIIe s.
   Il avoient, entre grans et petis vaissiaus, dix set, et lor aversaire en avoient bien soixante, VILLEH. 170.
   La seconde esciele [escadron] les secouru vighereusement, et moult chargierent lor aviersaires, Chr. de Rains, p. 76.
   Jà [elle] avoit en son cuer le conseil l'aversier [du diable], Berte, 11.
   Nostre mort fu presque acordée, dont il avint ainsi que un amirant qui estoit nostre adversaire, cuida que en [on] nous deust touz occire, JOINV. 248.
   XIVe s.
   Se un grant segneur estoit prins et se il se humilioit devant son adversaire par paour de mort...., ORESME Eth. 49.
   Paix entre nous et nos adversaires, le Menagier, I, 3.
   XVe s.
   Guerroyer contre les ennemis de N. S. J. C. et les adversaires de la foi chrestienne, FROISS. I, I, 47.
   Nous en aurons le cueur plus chaud, Et vaincrons mieux nostre adversaire, BASSEL 47.
   XVIe s.
   Ce n'est que la violence des tyrans et la lascheté des peuples qui lui soit adversaire [opposée], MONT. I, 212.
   Soubtenir hardiement l'effort des adversaires, ID. III, 169.
   Pour aller veoir un peu noz adversaires, J. MAROT V, 131.
   Provenç. adversari, aversari ; espagn. adversario ; ital. avversario ; de adversarius, de adversus(voy. adverse). L'ancien français disait aversier et aversaire, tous deux réguliers, ayant l'accent sur la syllabe qui répond à la syllabe accentuée du latin, adversérius. Aversier signifiait souvent le diable, c'est-à-dire le grand ennemi.

Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré. . 1872-1877.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • adversaire — [ advɛrsɛr ] n. • XIIe; fém. XIXe; lat. adversarius ♦ Personne qui est opposée à une autre dans un combat, un conflit, une compétition, un litige, un procès. ⇒ antagoniste, concurrent, contradicteur, ennemi, rival. « un adversaire à sa mesure »… …   Encyclopédie Universelle

  • adversaire — ADVERSAIRE. sub. Celui qui est opposé, et sur lequel on veut remporter l avantage. Il se dit en parlant De combat, soit avec les armes, soit par la parole. Vaincre son adversaire, ses adversaires. Désarmer son adversaire, le ménager, l écraser.… …   Dictionnaire de l'Académie Française 1798

  • adversaire — Adversaire, Iniquus, Aduersarius, Antagonista. Estre adversaire à aucun et l empescher, Aduersari. Adversaire, et qui est à l opposite et contraire à quelque chose, Aduersarius. Se constituer adversaire, Intendere se aduersarium in alium.… …   Thresor de la langue françoyse

  • adversaire — ADVERSAIRE. s. m. Celuy qui est de party, d interest ou d opinion contraire. Il a un fort, un puissant adversaire. repousser, vaincre son adversaire, ses adversaires. Il se dit aussi de la femme. C est elle qui est vostre adversaire …   Dictionnaire de l'Académie française

  • ADVERSAIRE — s. m. Celui qui est opposé, et sur lequel on veut remporter l avantage. Il se dit en parlant De combats réels ou simulés, de disputes, de procès, de contestations. Vaincre son adversaire, ses adversaires. Désarmer son adversaire. Ménager, écraser …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • Adversaire — Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom. Sur les autres projets Wikimedia : « Adversaire », sur le Wiktionnaire (dictionnaire universel) En cryptologie et en sécurité informatique …   Wikipédia en Français

  • ADVERSAIRE — n. m. Celui qui est opposé, qui lutte contre quelqu’un. Vaincre son adversaire, ses adversaires. Désarmer son adversaire. Ménager, écraser son adversaire. J’ai pour adversaire un homme fort habile. Il se dit quelquefois d’une Femme, sans prendre… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • Adversaire —          CICÉRON     Bio express : Homme politique et orateur latin ( 106/ 43)     «Que ta campagne soit magnifique, brillante, éclatante, populaire et que pèse sur tes concurrents s il est possible de trouver quelque chose un soupçon d infamie… …   Dictionnaire des citations politiques

  • Adversaire — Ad|ver|saire [... zɛ:ɐ̯] der; s, s <aus gleichbed. fr. adversaire> svw. ↑Adversarius …   Das große Fremdwörterbuch

  • adversaire — nm., concurrent, (au jeu, aux élections) : ADVARSÉRO, A, E (Albanais) …   Dictionnaire Français-Savoyard

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”