bienséance
(biin-sé-an-s') s. f.
   Ce qui sied bien.
   On peut rire des erreurs sans blesser la bienséance, PASC. Prov. 11.
   Nous sommes prêts d'offenser la bienséance, SÉV. 141.
   Il n'y a rien qui choque tant la bienséance que ces sortes de conduites, SÉV. 8.
   Il était de la bienséance qu'il liât société avec ses semblables, BOSSUET Serm. Sept..
   Les belles choses le sont moins hors de leur place ; les bienséances mettent la perfection, et la raison met les bienséances, LA BRUY. 14.
   Ulysse préférait l'intérêt commun de la Grèce et la victoire à toutes les raisons d'amitié et de bienséance particulière, FÉN. Tél. XV.
   Un homme qui remplisse toutes les bienséances, FÉN. Tél. XXII.
   Il y a des règles de bienséance et d'honneur qui doivent être gardées inviolablement, même à l'égard des ennemis, ROLLIN Hist. anc. XVI, 8.
   Vous regarderez son ministère comme une bienséance de maladie, MASS. Impén..
   Vous êtes d'un sexe et d'un rang qui vous met dans les bienséances du monde, MASS. Élus..
   Joug qu'on ne porte plus que par bienséance, MASS. Tiéd. 2.
   Pour remplir les bienséances de leur rang, MASS. Pass..
   La charité n'est pas une simple bienséance, MASS. Pardon..
   Un prince qui a conservé la bienséance des moeurs publiques, MASS. Pet. Car. Incarn..
   Ses amis, ses proches, ses esclaves même le fuient [un mourant], s'écartent, se retirent, n'osent l'approcher qu'avec précaution, et ne lui rendent plus que des offices de bienséance et de contrainte, MASS. Mort du pécheur..
   Et même à notre sexe il est de bienséance De ne pas trop vous en presser, CORN. Agésilas, I, 2.
   Que, sensible aux goûts des plaisirs, Éloigné de l'intempérance, je forme encor quelques désirs, Sans offenser la bienséance, CHAULIEU Ode à M. le duc..
   Terme de littérature. Ce qui convient. Les bienséances oratoires.
   .... La scène demande une exacte raison ; L'étroite bienséance y veut être gardée, BOILEAU Art p. II.
   Il semble que la bienséance y soit un peu forcée, CORN. Ex. de Poly..
   Le Tasse ne garde pas aussi exactement que Virgile les bienséances des moeurs, mais il ne s'égare pas comme l'Arioste, BOUHOURS Nouv. rem..
   Être à la bienséance de quelqu'un, en parlant de choses, lui convenir.
   Prends donc en récompense Tout ce qui peut chez nous être à ta bienséance, LA FONT. Fabl. IX, 15.
   Ce beau morceau qui était si fort à votre bienséance, SÉV. 592.
   Les nobles et les patriciens s'approprièrent sous différents prétextes la meilleure partie de ces terres conquises qui étaient dans leur voisinage et à leur bienséance, VERTOT Rév. rom. liv. I, p. 66.
   La Marche Trevisane, le Frioul étaient à la bienséance de l'empereur, VOLT. Moeurs, 113.
   Par droit de bienséance, sans avoir d'autre droit que celui de sa propre convenance.
   Molière a dit en au lieu de à : Cette maison meublée est en ma bienséance, l'Étourd. V, 2. Cette tournure est hors d'usage.
   XVIe s.
   La grace et bienseance des vestements, MONT. I, 119.
   Je veulx que la bienseance exterieure, et l'entregent, et la disposition de la personne, se façonne quand et quand l'ame, MONT. I, 182.
   Henri VIII sur cette bien-seance [conjoncture favorable] traita amitie avec lui [Charles Quint], D'AUB. Hist. I, 16.
   Le conseil debattit longtemps si le roi devoit garder la bienseance à Meaux ou se sauver dans Paris, D'AUB. ib. I, 210.
   Bienséant.

Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré. . 1872-1877.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • bienséance — [ bjɛ̃seɑ̃s ] n. f. • 1534; de bienséant 1 ♦ Vx Caractère de ce qui convient, va bien. ⇒ convenance. 2 ♦ Par ext. (Mod.) Conduite sociale en accord avec les usages, respect de certaines formes. ⇒ correction, décence, politesse, savoir vivre.… …   Encyclopédie Universelle

  • bienséance — BIENSÉANCE. s. f. Convenance, rapport de ce qui se dit, de ce qui se fait, avec ce qui est dû aux personnes, à l âge, au séxe, et avec ce qui convient aux usages reçus et aux moeurs publiques, etc. Cela choque la bienséance. Il sait ce qui est de …   Dictionnaire de l'Académie Française 1798

  • bienseance — Bienseance. s. f. Convenance de ce qui se dit, de ce qui se fait par rapport aux personnes, à l âge, au sexe, aux temps, aux lieux, &c. Cela choque la bienseance, n est pas dans la bien seance, est contre la bienseance. il sçait ce qui est de la… …   Dictionnaire de l'Académie française

  • bienseance — Bienseance, La bienseance et rapport des parties l une à l autre, Conuenientia rerum, Decentia …   Thresor de la langue françoyse

  • Bienséance — (frz., spr. bĭängßeángß), Wohlanständigkeit; bienséant (spr. bĭängßeáng), wohlanständig …   Kleines Konversations-Lexikon

  • Bienséance — (franz. Biängseangß), Wohlstand, Wohlanständigkeit; bienséant (biengseang), wohlanständig …   Herders Conversations-Lexikon

  • bienséance — index decorum Burton s Legal Thesaurus. William C. Burton. 2006 …   Law dictionary

  • bienséance — / sā ãs/ noun 1. Propriety 2. (in pl) the proprieties • • • Main Entry: ↑bien …   Useful english dictionary

  • BIENSÉANCE — s. f. Convenance, rapport de ce qui se dit ou se fait, avec ce qui est dû aux personnes, à l âge, au sexe, à la condition, et avec les usages reçus, les moeurs publiques, le temps, le lieu, etc. Cela choque la bienséance, blesse les bienséances.… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • BIENSÉANCE — n. f. Convenance de ce qui se dit ou se fait avec ce qui est dû aux personnes, à l’âge, au sexe, à la condition, et avec les usages reçus, les moeurs publiques, le temps, le lieu, etc. Cela choque la bienséance, blesse les bienséances. Il sait ce …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”