bien-faire
(biin-fê-r') v. n.
Faire plaisir, faire du bien à quelqu'un. Il se plaît à bien-faire à tout le monde.
   Sa première inclination est de nous bien-faire, BOSSUET Bonté, I.
   Il reçoit comme un bienfait, quand nous lui donnons le moyen de nous bien-faire, BOSSUET I, Visit. 2.
   L'homme en bien-faisant ne dépend que de lui-même, J. J. ROUSS. Ém. V.
   Ce mot a vieilli ; mais il pourrait encore être employé, surtout aux modes et temps où Bossuet et J. J. Rousseau s'en sont servis.
   XIIIe s.
   Et bien li porterent tesmoignage cil qui là furent, qui par son bienfere furent rescous, et bien furent tout près d'estre perdus, VILLEH. CXXXV.
   Ses bien-faire ne li pot riens valoir, Chron. de Reims, 141.
   XIVe s.
   Ceulz qui ont bienfait veulent que ceulz vivent à qui il ont bienfait, pour gaigner et recevoir d'eulz graces et retributions, ORESME Eth. 273.
   XVe s.
   Quant Dieu fut las de leur bien-faire, COMM. I, 3.
   XVIe s.
   Cette sienne liberalité consiste à leur mettre en main les moyens de luy bien-faire, MONT. I, 217.
   Qu'il ayt besoin de moi, je lui bienferay volontiers, MONT. I, 270.
   Chacun est obligé de bien faire aux plus inconnus, LANOUE 73.
   Bien, faire.
SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE
1. BIEN-FAIRE. - REM. Ajoutez :
   2. Aux exemples cités ajoutez ceux-ci de Malherbe :
   Celui-là sait très mal comme la libéralité doit être exercée, qui choisit un méchant pour lui bien-faire, MALH. Lexique, éd. L. Lalanne.
   Puisque je suis si curieux de savoir à qui j'aurai bien-fait..., ID. ib..
————————
bien-faire 2.
(entrée créée par le supplément)
(biin-fê-r') s. m.
L'action de bien-faire, de faire du bien.
   Vous ôtez ce qu'il y a de plus beau et de plus spécieux au bien-faire, qui est de donner, MALH. Lexique, éd. L. Lalanne.
   Le bien-faire est, de soi-même, une chose désirable, MALH. ib..

Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré. . 1872-1877.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • bien-faire — ⇒BIEN FAIRE, subst. masc. Rare, vieilli A. Art de faire bien : • 1. Leur influence n est abrutissante que pour celles qui les dédaignent et qui ne savent pas chercher ce qui se trouve dans tout : le bien faire. L homme qui bêche ne fait il pas… …   Encyclopédie Universelle

  • Qu'est-ce que ça peut bien faire à une abeille ? — Does a Bee Care? Does a Bee Care? est une nouvelle d Isaac Asimov (1957) publié dans plusieurs recueils de nouvelles, notamment Cher Jupiter (ISBN 2207302334) et Le Robot qui rêvait ((en) Robots Dreams, ISBN 2290023884). Il est traduit en… …   Wikipédia en Français

  • Ça commence à bien faire — ● Ça commence à bien faire indique la lassitude, l exaspération …   Encyclopédie Universelle

  • Un auteur gâte tout quand il veut trop bien faire. — См. Пересолить …   Большой толково-фразеологический словарь Михельсона (оригинальная орфография)

  • faire — 1. (fê r) Au XVIe Siècle, d après Bèze, les Parisiens prononçaient à tort fesant au lieu de faisant ; c est cette prononciation des Parisiens, condamnée alors, qui a prévalu ; on prononce aujourd hui fe zan, fe zon, fe zê, fe zié), je fais, tu… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • faire — FAIRE. v.a. Ce Verbe est d une si grande estenduë, que pour en marquer tous les sens, & tous les emplois, il faudroit faire presqu autant d articles, qu il y a de termes dans la Langue, avec lesquels il se joint. On ne s est proposé icy, que de… …   Dictionnaire de l'Académie française

  • faire — Faire, act. acut. Vient de l infinitif Latin Facere, ostant la lettre c. Facere, agere. L Italien syncope, et dit Fare. Faire de l argent à son creancier, Pecunias conquirere ad nomen eradendum ex tabulis creditoris. Faire argent, Conficere… …   Thresor de la langue françoyse

  • bien — 1. (biin ; l n ne se lie jamais : ce bien est à moi, dites : ce biin est à moi, en donnant à biin la nasalité qui est dans in digne, et non ce biin n est à moi) s. m. 1°   Ce qui est juste, honnête. Le bien et le beau. Le bien et la justice… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • bien — Bien, Monosyllabe, tantost est nom masculin, et signifie ores, ce que chacun possede à luy appartenant, Bona. Comme c est mon bien, Meum est patrimonium, Et se divise en meuble et immeuble, qu on dit plus usitéement au pluriel, biens meubles, et… …   Thresor de la langue françoyse

  • bien-dire — [ bjɛ̃dir ] n. m. inv. • 1593; de 1. bien et 1. dire ♦ Littér. Art de bien parler, de s exprimer avec facilité dans un langage agréable. ⇒ éloquence, rhétorique. ● bien dire nom masculin invariable Littéraire. Art de s exprimer d une façon… …   Encyclopédie Universelle

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”