rudement
(ru-de-man) adj.
   D'une manière rude, violente.
   Certainement, rien ne nous heurte plus rudement que cette doctrine [le péché originel], et cependant, sans ce mystère, le plus incompréhensible de tous, nous sommes incompréhensibles à nous-mêmes, PASC. Pens. VIII, éd. HAVET..
   Elle [la cavalerie des Thébains] chargea rudement les Athéniens, ROLLIN Hist. anc. Oeuv. t. V, p. 442, dans POUGENS.
   Hier matin, comme j'étais au lit, j'entendis frapper rudement à ma porte, MONTESQ. Lett. pers. 45.
   Fig. Aller rudement en besogne, travailler vigoureusement.
   Familièrement. Il y va rudement, se dit d'un homme qui fait quelque chose avec un excès d'ardeur, avec violence.
   Avec dureté, sans ménagement.
   Je lui demandai s'ils ne décideraient pas formellement que la grâce est donnée à tous ; mais il me rebuta rudement, et me dit que ce n'était pas là le point, PASC. Prov. I.
   Je parlai bien rudement à Mme d'Aubigné sur ses mauvaises habitudes, MAINTENON Lett. à M. d'Aubigné, t. I, p. 163, dans POUGENS.
   Leclerc ayant soutenu l'opinion de Huet et n'étant point évêque, [l'abbé] Boileau tomba plus rudement encore sur Leclerc, qui lui répondit de même, VOLT. Pol. et lég. Fragm. hist. sur l'Inde, 23.
   Je m'exposais à me faire demander rudement, mais sans injustice, de quoi je me mêlais, J. J. ROUSS. Confess. IX..
   Sans ménagement.
   Il [le chevalier de Grignan] a été rudement saigné ; il résista à la dernière fois, qui fut la onzième, mais les médecins l'emportèrent, SÉV. 10 févr. 1672.
   Populairement. Il mange, il boit rudement, beaucoup.
   XIIIe s.
   Se Rustebues rudement rime Et se rudece en sa rime a, Prenez garde qui la rima, RUTEB. II, 225.
   XIVe s.
   Et ne scet l'en ceste chose geter si rudement ne si souef, qu'elle ne chiece [tombe] tousjours en une meisme maniere, ORESME Eth. 24.
   XVe s.
   Les Allemands.... sont rudes et vivent rudement, COMM. VI, 3.
   XVIe s.
   Ilz le chargerent si rudement, qu'ilz le tournerent en fuitte, AMYOT Philop. 31.
   Moyse donc parlant rudement comme le simple populaire, CALV. Instit. 103.
   Ainsi comme un vieux chesne agité rudement Par deux vents ennemis, DESPORTES Angélique, I.
   Rude, et le suffixe ment ; prov. rudament.

Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré. . 1872-1877.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • rudement — [ rydmɑ̃ ] adv. • XIIIe; de rude 1 ♦ De façon brutale. ⇒ brutalement, durement. Frapper, heurter rudement. ⇒ dur. « Il tombe de sa patinette; il tombe assez rudement » (Duhamel). 2 ♦ Avec dureté, sans ménagement. ⇒ cruellement, sévèrement. Je l… …   Encyclopédie Universelle

  • rudement — Rudement. adv. D une maniere rude. Il luy a parlé bien rudement. vous l avez traité trop rudement. ne le menez pas si rudement. il l a mené rudement dans la dispute. il a esté rudement attaqué. vous y allez bien rudement. ce cheval va rudement,… …   Dictionnaire de l'Académie française

  • rudement — Rudement, Austere, Dure, Grauiter, Seuere, Seueriter, Inclementer, Aspere …   Thresor de la langue françoyse

  • RUDEMENT — adv. D une manière rude. Il lui a parlé bien rudement. Vous l avez traité trop rudement. Dans la discussion, il l a mené rudement. Il a été rudement attaqué. Vous y allez bien rudement. Ce cheval trotte rudement. Ce cocher mène rudement. Fam.,… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • RUDEMENT — adv. D’une manière rude. Il lui a parlé très rudement. Vous l’avez traité trop rudement. Dans la discussion, il l’a mené rudement. Vous allez bien rudement. Ce cheval trotte rudement. Fam., Aller rudement en besogne, Travailler vigoureusement et… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • rudement — adv., avec rudesse ; très, beaucoup, vachement, drôlement, bougrement : rudamê (Albanais.001), rudjaminh (Lanslevillard), rudman (Morzine). A1) ne me parlez pas rudement si rudement // sur un ton si rude : mzhî me / bdyî mè rudement pâ to kru… …   Dictionnaire Français-Savoyard

  • rudement — ru|de|ment Mot Agut Adverbi …   Diccionari Català-Català

  • heurter — [ ɶrte ] v. <conjug. : 1> • hurter 1160; p. ê. du frq. °hurt (cf. a. scand. hrütr « bélier ») ou d un gallo roman °uritare « frapper comme un taureau sauvage », du lat. urus I ♦ V. tr. 1 ♦ Toucher en entrant brusquement en contact avec… …   Encyclopédie Universelle

  • racler — [ rakle ] v. tr. <conjug. : 1> • XIVe; a. provenç. rasclar, lat. pop. °ras(i)culare, class. rasus, p. p. pass. de radere « racler, raser » 1 ♦ Frotter rudement (une surface) avec qqch. de dur ou de tranchant, de manière à égaliser ou à… …   Encyclopédie Universelle

  • drôlement — [ drolmɑ̃ ] adv. • 1625; de drôle(II) 1 ♦ Rare D une manière amusante. ⇒ comiquement, plaisamment. Gautier « a drôlement raconté comment son père, pour l obliger à écrire, l enfermait sous clef » (Henriot). 2 ♦ (1845) Cour. D une manière bizarre …   Encyclopédie Universelle

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”