rude
(ru-d') adj.
   Qui n'est pas dégrossi, qui est brut, inculte (sens propre et étymologique).
   Vous avez ouï parler de cet amas rude et indigeste [le chaos] qui précéda la disposition et la beauté des choses que nous voyons, BALZ. le Barbon..
   S'ils [les vers] n'étaient remplis d'une certaine beauté qui se fait sentir aux personnes même les plus rudes et les plus grossières, PELLISSON Hist. Acad. IV, l'Estoile..
   D'esprit, j'en ai fort peu ; mais on l'aurait bien rude Si l'on ne profitait d'une longue habitude, HAUTEROCHE Bourg. de qual. III, 8.
   Les chiens du Kamtschatka sont grossiers, rudes et demi-sauvages, comme leurs maîtres, BUFF. Quadrup. t. VIII, p. 173.
   Des moeurs rudes, des moeurs d'une simplicité grossière.
   Par extension du sens de non dégrossi. âpre au toucher. Avoir la barbe rude. Une brosse fort rude.
   Qu'était-ce donc que son vêtement ? un rude cilice, BOURDAL. Exhort. sur sainte Thérèse, t. I, p. 300.
   Couvert de petites saillies ou aspérités nombreuses et sensibles au toucher. Avoir la peau rude.
   Se dit des plantes qui présentent au tact une aspérité insensible à l'oeil.
   âpre au goût. Vin rude.
   âpre et difficile, en parlant des chemins. Chemin rude.
   Fig. Le rude sentier de la vertu.
   Le juste, sévère à lui-même.... ne peut pas même obtenir que le monde le laisse en repos dans ce sentier solitaire et rude, où il grimpe plutôt qu'il ne marche, BOSSUET Reine d'Anglet..
   Qui cause de la fatigue, de la peine. Un rude métier. Il a entrepris une rude tâche.
   Notre sort est beaucoup plus rude Chez les grands que chez les petits, MOL. Amph. I, 1.
   Brontin.... Sort à l'instant, chargé d'une triple bouteille.... L'odeur d'un jus si doux lui rend le faix moins rude, BOILEAU Lutr. II.
   Mais je ne trouve point de fatigue si rude Que l'ennuyeux loisir d'un mortel sans étude, BOILEAU Ép. XI.
   Ce travail [le Siècle de Louis XIV] est rude ; il y a trois ans qu'il m'occupe et qu'il me tue, sans presque aucune diversion, VOLT. Lett. Caperonnier, 1er juin 1768.
   Qu'il y ait parmi nous un homme [Damiens] qui ait osé attenter à la vie de son souverain.... qu'on l'ait condamné à être déchiré avec des ongles de fer.... démembré par des chevaux ; qu'on lui ait lu cette sentence terrible, et qu'après l'avoir entendue, il ait dit froidement : la journée sera rude, DIDER. Lett. à Mlle Voland, 15 oct. 1760.
   Ma chaise [voiture] était rude, et j'étais trop incommodé pour pouvoir marcher à grandes journées, J. J. ROUSS. Conf. XI.
   Presque en toutes choses les commencements sont rudes, J. J. ROUSS. ib. III.
   Ce cheval est rude, il a le train rude, fatigant.
   Ce barbier a la main rude, il ne rase pas légèrement.
   Ce cavalier a la main bien rude, il mène durement son cheval.
   Par extension, désagréable à voir, à entendre, à prononcer, etc. Avoir le visage, l'air, le regard, la voix rude.
   ....Sollicitude à mon oreille est rude, MOL. F. sav. II, 7.
   La colère et la tristesse les rendent [les traits du visage] plus rudes, et leur donnent un air ou plus farouche ou plus sombre, BOSSUET Connaiss. II, 12.
   Par ce sage écrivain [Malherbe] la langue réparée N'offrit plus rien de rude à l'oreille épurée, BOILEAU Art p. I.
   La raison quittant son ton rude Prendra le ton du sentiment, GRESSET Chartr..
   Ce peintre a le pinceau rude, il peint d'une manière dure et sans grâce.
   Il se dit de la rigueur des saisons. Un froid rude.
   Le rude hiver des années dernières acheva de la dépouiller de ce qui lui restait de superflu, BOSSUET Ann. de Gonz..
   La Haie est un séjour délicieux l'été, et la liberté y rend les hivers moins rudes, VOLT. Lett. d'Argenson, 8 août 1743.
   Fig. Temps rudes, temps où le travail manque, et où la misère est grande.
   Où il y a effort violent, lutte violente.
   Après avoir achevé le rude siége de Besançon, BOSSUET Louis de Bourbon..
   Vous avez soutenu de rudes guerres, je l'avoue, FÉN. Dial. des morts anc. Dial. 29.
   Des richesses capables de fournir à toutes les dépenses d'une rude et longue guerre, ROLLIN Hist. anc. Oeuv. t. I, p. 343, dans POUGENS.
   La mêlée fut rude d'abord, chaque parti faisant des efforts extraordinaires de bravoure pour soutenir l'honneur de sa nation, ROLLIN ib. t. VI, p. 413.
   Le combat fut rude et très opiniâtre, VERTOT Rev. rom. XII, 215.
   Impétueux, intense. Une rude secousse. Essuyer une rude tempête.
   Vous soutenez en paix une si rude attaque, RAC. Andr. IV, 2.
   Nous lui donnons quelquefois de rudes coups [au gouvernement anglais], mais nous ne le cassons pas, VOLT. Dial. XXIV, 15.
   Fig. Un coup rude, une chose qui cause beaucoup de peine.
   Ce coup sera sans doute assez rude pour elle, CORN. Hor. IV, 3.
   Il se forme parmi les grandeurs une nouvelle sensibilité pour les déplaisirs, dont le coup est d'autant plus rude, qu'on est moins préparé à le soutenir, BOSSUET Mar.-Thér..
   Fig. C'est un rude coup pour lui, cet événement est très fâcheux pour lui.
10°   Fig. Qui cause du mal, de la souffrance.
   Deux choses dont la privation m'est bien rude, SÉV. 297.
   Il y a des endroits dans la vie qui sont bien amers et bien rudes à passer, SÉV. à Bussy, 14 mai 1675.
   Qu'on ne dise donc plus que l'obéissance est rude ; au contraire, ce qui est rude, c'est d'être livré à soi-même et à ses désirs, BOSSUET Sermons, Oblig. de l'état relig. 2.
   Chrétiens, ne murmurez pas si Madame a été choisie pour nous donner une telle instruction ; il n'y a rien ici de rude pour elle, puisque Dieu la sauve par le même coup qui vous instruit, BOSSUET Duch. d'Orl..
   À la journée de Senef, le jeune duc.... vient dans les plus rudes épreuves apprendre la guerre aux côtés du prince son père, BOSSUET Louis de Bourbon..
   Quand on a assez d'élévation de génie et d'éloquence pour gouverner, il est bien rude de passer sa vie dans la dépendance d'un peuple capricieux, FÉN. Dial. des morts (Solon, Pisistrate)..
   Je travaille depuis vingt ans à recouvrer cette estampe, et je désespère enfin d'y réussir ; cela est bien rude !, LA BRUY. XIII.
   Un écrit trop long est un impôt très rude qu'on met sur la patience du lecteur, VOLT. Pol. et lég. Lett à M. T***..
   Le doute en mon malheur est un tourment trop rude, VOLT. Oedipe, V, 2.
   Fig. Une rude épreuve, une situation difficile et délicate, ou dangereuse pour le maintien de l'amitié.
   Vous mettez notre amitié à une épreuve trop rude, LESAGE Diab. boit. 13.
11°   Familièrement. Il se dit de ce qui se fait vivement sentir.
   J'arrivai, sur le soir, au village d'Ataquinès, avec un très rude appétit, LESAGE Gil Bl. II, 7.
   Une rude tentation, une tentation à laquelle il est difficile de ne pas succomber. J'eus une rude tentation de le confondre en public.
   Cela me paraît rude, se dit d'une chose difficile à croire.
   Ce trait est un peu rude, ce propos, ce procédé est difficile à supporter, à dissimuler.
   Serait-il possible que les bontés de M. le duc de Choiseul pour ma colonie m'eussent fait tort, et que je fusse à la fois ruiné et opprimé pour avoir fait du bien ? cela serait rude, VOLT. Lett. d'Argental, 11 oct. 1771.
   On commence aujourd'hui en ce sens à dire raide pour rude, tant par confusion que par besoin de varier les locutions.
12°   Dur, fâcheux, en parlant des personnes. Un père rude à ou envers ses enfants.
   Au moins, Seigneur, pardonne à cette multitude, à ce peuple ignorant ; ne lui sois point si rude, GARN. les Juives, IV.
   Je croyais avoir été trop rude de refuser ce portrait à Mme de Fontevrault, SÉV. 23 oct. 1675.
   La trouvant de jour en jour plus rude pour lui, par le chagrin qu'elle avait d'ailleurs, LA FAY. Princesse de Montpensier, Oeuv. t. II, p. 322, dans POUGENS..
   Non que tu sois pourtant de ces rudes esprits Qui regimbent toujours, quelque main qui les flatte, BOILEAU Ép. IX, à Seignelay..
   Vous savez, monsieur, que nous avions tous conseillé à Clarice d'affecter de paraître sévère et rude aux domestiques, en présence de M. Grichard, afin de gagner ses bonnes grâces, BRUEYS Grondeur, I, 12.
   C'est un rude homme que M. André, quand il a affaire à cette espèce méchante et sotte, VOLT. l'Homme aux 40 écus, Scélérat chassé.
   Las ! j'épousai bien jeune encor La liberté, dame un peu rude, BÉRANG. Refus..
   Il est rude aux pauvres gens, à pauvres gens, se dit quand un homme prend avantage de sa supériorité pour maltraiter un inférieur.
   Ah ! que tu es rude à pauvres gens ! fi ! que cela est malhonnête de refuser les personnes !, MOL. G. Dand. II, 1.
   Il se dit des choses en un sens analogue. Il reçut un traitement bien rude. Une rude réprimande.
   Pour ne vous faire pas de réponse trop rude, CORN. Nicom. IV, 5.
   Elle [la reine] lui fit à lui-même, dès l'après-dînée, des reproches aussi rudes et aussi violents, que s'il lui avait fait toutes les perfidies imaginables, RETZ Mém. t. II, liv. III, p. 479, dans POUGENS.
   Je ne sais comme vous avez pu imaginer qu'il fût honnête de refuser une telle chose [un cadeau du cardinal de Retz] ; ou je radote et ne sais plus vivre, ou c'eût été la plus rude et la moins respectueuse action que vous eussiez jamais pu faire, SÉV. à Mme de Grignan, 22 août 1675.
   ....Ah ! qu'il m'explique un silence si rude, RAC. Bér. II, 5.
13°   Rigide, austère. La règle de cet ordre est bien rude.
14°   Redoutable. Un rude adversaire.
   Le pays délivré d'un si rude ennemi, CORN. Cid, IV, 3.
   Il avait souvent dit à Mme de Senantes, en parlant de Matta, que c'était la plus rude épée de France, HAMILT. Gramm. 4.
   C'est un rude joueur, une rude joueuse, se dit d'une personne qui ne sait pas jouer ou folâtrer sans faire du mal.
   Fig. et familièrement. C'est un rude joueur, c'est un homme à qui il ne fait pas bon se jouer.
   C'est un rude jouteur, c'est un homme avec qui il ne fait pas bon se mesurer, au propre et au figuré.
   Ce n'est qu'un.... essai [la traduction d'un livre de Tacite].... un si rude jouteur m'a bientôt lassé, J. J. ROUSS. Trad. du 1er livre des Histoires, Avert..
   Populairement. Un rude lapin, un homme courageux, hardi.
15°   S. f. Espèce de couleuvre.
   XIIIe s.
   Li rudes hom fet la rude oeuvre ; Se rudes est, rudes est bues [le boeuf] ; Rudes est, s'a nom Rudebues ; <, RUTEB. 329.
   XIVe s.
   Rudes, malgracieux jamais plus ne sera ; Il bat, il fiert, il rue les enfants de deça, Guesclin. 118.
   Semblant doulx et courtois vers tous, Et, en cuer, faulx, rude et estous [arrogant], BRUYANT dans Ménagier, t. II, p. 26.
   Il avoit enseigné les letres aus gens de la terre qui erent [étaient] rudes et simples, BERCHEURE f° 9, verso.
   Oroison rude et mal composée, BERCHEURE f° 89.
   XVe s.
   ....Et ne soyons pas si rudes et si rebelles, que nous fassions perdre davantage, puisque bellement.... nous pouvons venir à paix, FROISS. II, III, 42.
   Posons encore que l'homme soit de rude entendement, si est-ce, comme dict le proverbe, que l'usage rend maistre, Bouciq. IV, 10.
   Comment sont li noble si rude Qu'ilz ont la science en despit ? Dont ilz sont de venu petit, E. DESCH. Miroir de mariage, p. 110.
   Un soir, qu'il faisoit fort rude temps...., LOUIS XI Nouv. XIV.
   Laquelle femme ne fu aucunement visitée.... mais par gens rudes, ignorans, et non pas expers du mestier de cirurgerie, DU CANGE ruditas..
   XVIe s.
   Estant ainsi devenu de prince populaire tyran violent, il en fut estimé non seulement rude et rigoureux, mais, qui pis est, deloyal et ingrat, AMYOT Pyrrh. 51.
   C'est une croppe de montagne rude et aspre de tous costez, AMYOT Sylla, 38.
   C'a esté un zele desordonné de quelques rudes et idiots, CALVIN Avertissement sur les reliques.
   Il en fera une rude vengeance, CALVIN Instit. 66.
   Un rude tireur le floret au poing, MONT. I, 164.
   Des nations assises soubs bien plus rude ciel que le nostre, MONT. I, 259.
   À rude chien dur lien, COTGRAVE .
   Provenç. rude ; espagn. rudo ; it. rude ; du latin rudis.

Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré. . 1872-1877.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • rude — rude …   Dictionnaire des rimes

  • rude — [ ryd ] adj. • 1213; lat. rudis « brut, inculte, grossier » 1 ♦ (Personnes) Mal dégrossi, primitif et qui donne une impression de force naturelle. ⇒ fruste, grossier, rustique. « Moi qui suis un homme simple et rude » (Claudel). « ce qu il… …   Encyclopédie Universelle

  • rude — RUDE. adj. de tout genre. Raboteux, aspre au toucher. La toile grosse & neuve est bien rude. la haire, le cilice sur la chair est bien rude. il a la peau rude, le poil rude. On le dit aussi des choses qui sont aspres au palais, au goust. Ce vin… …   Dictionnaire de l'Académie française

  • Rude — Rude, a. [Compar. {Ruder}; superl. {Rudest}.] [F., fr. L. rudis.] 1. Characterized by roughness; umpolished; raw; lacking delicacy or refinement; coarse. [1913 Webster] Such gardening tools as art, yet rude, . . . had formed. Milton. [1913… …   The Collaborative International Dictionary of English

  • rude — 1 Rude, rough, crude, raw, callow, green, uncouth mean deficient in the qualities that make for finish or for perfection in development or in use. Rude, as applied to men and their minds, suggests a comparatively low state of culture or a dearth… …   New Dictionary of Synonyms

  • rude — [ rud ] adjective ** 1. ) not polite: I don t want to seem rude, but I d rather be alone. it is rude to do something: It s rude to keep people waiting. downright rude (=extremely rude): The way she stared was downright rude. a ) offensive: a rude …   Usage of the words and phrases in modern English

  • rude — [ro͞od] adj. ruder, rudest [OFr < L rudis, akin to rudus, debris, rubble < IE * reud , to tear apart < base * reu , to tear out, dig up > RUG, ROTTEN] 1. crude or rough in form or workmanship [a rude hut] 2. barbarous or ignorant… …   English World dictionary

  • rude — [ru:d] adj comparative ruder superlative rudest [Date: 1200 1300; : Old French; Origin: Latin rudis raw, rough ] 1.) speaking or behaving in a way that is not polite and is likely to offend or annoy people = ↑impolite ≠ ↑polite ▪ a rude remar …   Dictionary of contemporary English

  • rude — Rude, Semble qu il vienne de Rudis, ou de Durus, par transposition de lettres, Dur, Rud, Agrestis, Durus, Austerus, Inclemens, Seuerus, Asper. Rude et difficile, Difficilis et morosus. Pere qui n est point rude, Facilis pater. Se monstrer rude et …   Thresor de la langue françoyse

  • Rüde — steht für: den männlichen Haushund das Männchen bei einigen anderen Hundeartigen, siehe Liste der Bezeichnungen für Haus und Wildtiere die Rüdt von Collenberg Rüde ist der Name folgender Orte: Rüde (Südschleswig), Gemeinde in Schleswig Holstein… …   Deutsch Wikipedia

  • Rude — ist der Familienname folgender Personen: François Rude (1784–1855), französischer Bildhauer Rick Rude (1959–1999), US amerikanischer Wrestler Steve Rude (*1956), US amerikanischer Comiczeichner Ferner ist Rude der Name einer Gemeinde in Dänemark… …   Deutsch Wikipedia

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”