quinquina
(kin-ki-na) s. m.
   Nom collectif d'un grand nombre d'écorces médicinales, fébrifuges, fournies par des arbres du genre cinchona (rubiacées).
   Nous y avons passé l'hiver sans autre chagrin que d'y avoir le maître de la maison malade d'une fièvre dont le quinquina a eu toutes les peines du monde à le tirer, tout quinquina qu'il est, SÉV. à Bussy, 12 juill. 1691.
   M. Hessein, excepté quelque petit reste de faiblesse, est entièrement hors d'affaire, et ne prendra plus que huit jours du quinquina, à moins qu'il n'en prenne pour son plaisir ; car la chose devient à la mode, et on commencera bientôt, à la fin des repas, à le servir comme le café et le chocolat, RAC. Lett. à Boil. 12.
   Je ne sache point d'honnête homme qui, s'il avait pris du quinquina sans effet, eût la hardiesse de le dire, FONTEN. Lett. gal. 39.
   Le quinquina, seul spécifique contre les fièvres intermittentes, placé par la nature dans les montagnes du Pérou, tandis qu'elle a mis la fièvre dans le reste du monde, VOLT. Moeurs, 145.
   La duchesse de Marlborough, qui, dans une fièvre tierce, ne voulait pas prendre de quinquina, parce qu'on l'appelait en Angleterre la poudre des jésuites, VOLT. Dict. phil. Cartésianisme..
   Hippocrate, Boerhaave, Chirac et Senac n'auraient jamais certainement deviné, en voyant l'arbre du quinquina, qu'il doit guérir la fièvre, ni en voyant la rhubarbe, qu'elle doit purger, VOLT. Facéties, Diatr. doct. Akakia..
   Le quinquina fut connu à Rome en 1639 ; les jésuites, qui l'y avaient porté, le distribuèrent gratuitement aux pauvres, et le vendirent très cher aux riches, RAYNAL Hist. phil. VII, 23.
   Sur les bords du Maragnon, le pays de Jaen fournit beaucoup de quinquina blanc ; mais on crut longtemps que le jaune et le rouge ne se trouvaient que sur le territoire de Loxa, RAYNAL Hist. phil. VII, 23.
   Les arbres qui fournissent ces écorces.
   Quinquina de la Guyane ou d'angusture, ou quinquina faux, quinquina de Virginie, l'angusture vraie des anciens.
   Quinquina d'Europe, la gentiane.
   Quinquina français, mélange d'écorce le chêne pulvérisée, de poudre de gentiane et de leurs de camomille, qu'on avait proposé comme succédané du quinquina.
   Mot péruvien quina quina, qui signifie écorce par excellence.

Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré. . 1872-1877.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • quinquina — [ kɛ̃kina ] n. m. • 1661; kinakina 1653; esp. quinaquina, mot quechua 1 ♦ Écorce amère, aux propriétés toniques et fébrifuges (⇒ quinine), fournie par diverses espèces d arbustes du genre cinchona. « Le médecin prescrivit une infusion de… …   Encyclopédie Universelle

  • quinquina — QUINQUINA. s. m. Escorce d arbre qui vient des Indes, & dont on se sert pour chasser la fiévre. Une prise de quinquina. on luy a fait prendre du quinquina …   Dictionnaire de l'Académie française

  • Quinquina — Quin*qui na, n. [NL. & F. See {Quinine}.] Peruvian bark. [1913 Webster] …   The Collaborative International Dictionary of English

  • Quinquina — Quinquina, die Chinarinde …   Pierer's Universal-Lexikon

  • Quinquīna — Quinquīna, soviel wie Cinchona (s. d.) …   Meyers Großes Konversations-Lexikon

  • Quinquina — Quinquīna, s.v.w. Chinarinde (s.d.) …   Kleines Konversations-Lexikon

  • quinquina — s. f. Quinaquina …   Dicionário da Língua Portuguesa

  • quinquina — f. quina2 …   Diccionario de la lengua española

  • Quinquina — Cinchona officinalis …   Wikipédia en Français

  • QUINQUINA — s. m. Écorce amère et fébrifuge qui est fournie par un arbre du Pérou. Une prise de quinquina. On lui a fait prendre du quinquina. Prendre du quinquina en substance. Sel essentiel de quinquina. Vin de quinquina. Sirop de quinquina. Quinquina… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”