perdition


perdition
(per-di-sion ; en vers, de quatre syllabes) s. f.
   Action de perdre, de ruiner.
   Que ceux qui tyrannisent votre peuple, tombent dans la perdition !, SACI Bible, Ecclésiastiq. XXXVI, 11.
   La perdition du Rhône, le lieu où le Rhône se perd.
   Terme de marine. Être en perdition, être en danger de se jeter à la côte, en danger de naufrage.
   Les coups de canon me firent frémir ; je ne pouvais douter qu'ils ne fussent les signaux de détresse d'un vaisseau en perdition, BERN. DE ST-P. Paul et Virg..
   Action de perdre, de dissiper. Tout son bien s'en va en perdition.
   État d'une personne qui est hors de la croyance de l'Église et de la voie du salut.
   Il conduit l'homme dans la voie de perdition, PASC. Juifs, 31, éd. FAUGÈRE..
   Dans le chemin large et spacieux qui mène à la perdition, BOURDAL. Sévérité évang. 2e avent, p. 425.
   Dans l'Écriture sainte, le fils de perdition, Judas ; l'enfant de perdition, l'Antechrist.
   Fig. Enfant de perdition, homme qui se perd et perd les autres.
   Vous en avez menti, enfant d'Escobar et de perdition, vous prêchez ici l'erreur et le mensonge, VOLT. Dial. XI.
   Fig. et familièrement. Lieu de perdition, lieu où l'on ne peut vivre, où tout va mal.
   S'il est possible d'achever, dans cette terre de perdition, le monument [l'Encyclopédie] que nous avions commencé d'élever à la gloire des lettres, D'ALEMB. Lettr. à Voltaire, 8 fév. 1757.
   Après nous être arrêtés dans un lieu de perdition et d'ennui tel que l'opéra, GRIMM Corresp. t. I, p. 125.
   XIe s.
   Guene est turnet à perdiciun grant, Ch. de Rol. CCXCI.
   XIIIe s.
   Prelaz, li tiens estas est de perfecion ; Venial vice en toi te sunt perdicion, J. DE MEUNG Test. 586.
   XIVe s.
   Ahi ! Gaufrois, dist-il, quelle perdition T'avient à che jourd'hui, et grant confusion !, Baud. de Seb. IX, 183.
   XVe s.
   Temps sans cremeur [crainte], temps de perdicion, Aage tricheur, tout va desloiaument, E. DESCH. Du temps présent..
   Les capitaines ne vouloient hazarder ceste compagnie, craignant que, s'ils la perdoient, ce ne fut la perdition du roy, COMM. III, 4.
   XVIe s.
   La langue est aucunes fois vulnerée, avecques perdition de substance, PARÉ VIII, 28.
   Provenç. perdicio ; espagn. perdicion ; ital. perdizione ; du lat. perditionem, de perditum, supin de perdere, perdre.
SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE
PERDITION. Ajoutez :
   Il s'est dit pour perte de quelque objet.
   Je ne plains point les endroits [d'un ouvrage] qui se perdront ; et, quand tout le livre périrait, je me consolerais aisément de sa perdition, pourvu que je ne fusse point obligé d'en faire un autre, BALZAC Lett. inédites, CXXII, éd. Tamizey-Larroque.

Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré. . 1872-1877.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • perdition — [ pɛrdisjɔ̃ ] n. f. • perdiciun 1080; lat. ecclés. perditio 1 ♦ Théol. Éloignement de l Église et des voies du salut; ruine de l âme par le péché. État de perdition. Loc. cour. Lieu de perdition : lieu de plaisir, de débauche. « ce théâtre, un… …   Encyclopédie Universelle

  • perdition — Perdition. s. f. Dégast, dissipation. En ce sens il n a guere d usage qu en parlant du mauvais employ qu on fait de son bien. Ainsi on dit, Tout son bien s en va en perdition. Il s employe plus ordinairement pour signifier l estat d un homme, ou… …   Dictionnaire de l'Académie française

  • Perdition — Per*di tion, n. [F., fr. L. perditio, fr. perdere, perditum, to ruin, to lose; per (cf. Skr. par[=a] away) + dere (only in comp.) to put; akin to Gr. ?, E. do. See {Do}.] 1. Entire loss; utter destruction; ruin; esp., the utter loss of the soul,… …   The Collaborative International Dictionary of English

  • perdition — Perdition, Amissio, Perditio, Disperditio. Mener à perdition, Adducere ad nequitiam. Si tout devoit aller à perdition et confusion, Omnia permisceri mallent, B …   Thresor de la langue françoyse

  • Perdition — (v. lat.), das Verderben …   Pierer's Universal-Lexikon

  • Perdition — (lat.), Verderben, ewige Verdammnis …   Meyers Großes Konversations-Lexikon

  • Perdition — Perditiōn (lat.), Verderben, ewige Verdammnis …   Kleines Konversations-Lexikon

  • perdition — index adversity, destruction, miscarriage, subversion Burton s Legal Thesaurus. William C. Burton. 2006 …   Law dictionary

  • perdition — (n.) mid 14c., fact of being lost or destroyed, from O.Fr. perdiciun (11c.), from L.L. perditionem (nom. perditio) ruin, destruction, from L. perditus, pp. of perdere do away with, destroy, lose, throw away, from per through (here perhaps with… …   Etymology dictionary

  • perdition — [n] hell Abaddon*, abyss, affliction, bottomless pit*, condemnation, damnation, everlasting fire*, fire and brimstone*, Gehenna*, Hades, infernal regions, inferno, loss of the soul, lower world, nether world, pit, place of torment, punishment,… …   New thesaurus

  • perdition — ► NOUN ▪ (in Christian theology) a state of eternal damnation into which a sinful person who has not repented passes after death. ORIGIN Latin, from perdere destroy …   English terms dictionary


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.