objet
(ob-jè ; le t se lie : un ob-jè-t agréable ; au pluriel, l's se lie : des ob-jè-z agréables ; objets rime avec traits, < s. m.
   Tout ce qui se présente à la vue.
   Ils n'assurent quoi que ce soit, n'oseraient jurer qu'il soit jour en plein midi, ne sont point certains si les choses qu'ils voient sont objets ou illusions, BALZ. De la cour. 6e disc..
   Les images des objets ne se forment pas seulement ainsi au fond de l'oeil, mais elles passent encore au delà jusques au cerveau, DESC. Dioptr. V.
   Quel objet se présente à mes yeux ? ce n'est pas seulement des hommes à combattre ; c'est des montagnes inaccessibles, c'est des ravines et des précipices, BOSSUET Louis de Bourbon..
   Il n'est point de serpent ni de monstre odieux Qui, par l'art imité, ne puisse plaire aux yeux ; D'un pinceau délicat l'artifice agréable Du plus affreux objet fait un objet aimable, BOILEAU Art p. III.
   Mais il est des objets que l'art judicieux Doit offrir à l'oreille et reculer des yeux, BOILEAU ib..
   Elle voit (quel objet pour les yeux d'une amante !) Hippolyte étendu sans forme et sans couleur, RAC. Phèdre, V, 6.
   Tous les objets paraissent sombres et en confusion le matin aux premières lueurs de l'aurore ; mais ensuite ils semblent sortir comme d'un chaos, quand la lumière, qui croît insensiblement, les distingue et leur rend, pour ainsi dire, leurs figures et leurs couleurs naturelles, FÉN. Tél. XXIV.
   À cet objet, à cette vue.
   À cet objet d'horreur, l'oeil troublé, le teint blême, J'ai demeuré longtemps plus morte que lui-même, ROTR. Antig. I, 2.
   Jugez à cet objet ce que j'ai dû sentir, RAC. Théb. V, 5.
   Tout ce qui affecte les sens. Les couleurs sont les objets de la vue, les odeurs de l'odorat, les saveurs du goût, les sons de l'ouïe.
   Elle [l'âme] n'est pas plus heureuse en jouissant des plaisirs que les sens lui offrent.... ces sens, dont elle emprunte, empruntent eux-mêmes de tous côtés ; ils tirent tout de leurs objets, et engagent par conséquent à tous ces objets extérieurs l'âme qui, espérant en ses sens, ne peut plus rien avoir que par eux, BOSSUET la Vallière..
   Terme de philosophie. Tout ce qui est en dehors de l'âme ; par opposition à sujet qui exprime ce qui est en dedans de l'âme. L'objet et le sujet.
   Terme de scolastique. Objet matériel, la chose même qu'une science considère.
   Objet formel, la manière dont l'objet matériel est considéré par la science.
   Objet total ou adéquat, réunion de l'objet matériel et de l'objet formel.
   Chose, dans un sens indéterminé. C'est un objet de peu de valeur. Objets de première nécessité.
   Un objet de dépense, quelque chose qui occasionne de la dépense.
   Ceuta, que les Portugais prirent en 1409, que les Espagnols eurent sous Philippe II, et qu'ils ont conservé toujours, n'a été qu'un objet de dépense, VOLT. Moeurs, 162.
   Un grand objet, quelque chose d'un grand intérêt.
   Rome, toujours un grand objet pour les nations, mais toujours à plaindre, VOLT. Moeurs, 31.
   Dans le trésor particulier du sultan, on compte les confiscations pour un grand objet, VOLT. ib. 159.
   Fig. en général, chose abstraite, morale.
   Il y a deux choses importantes.... dont tous les citoyens doivent s'entretenir dans les pays libres : l'une est le gouvernement, l'autre la religion ; le marchand, l'artisan doivent se mettre en état de n'être trompés ni sur l'un ni sur l'autre de ces objets, VOLT. Quest. miracl. Lett. 10.
   Fig. Tout ce qui se présente à l'esprit, tout ce qui l'occupe. Un objet important l'occupe présentement. Il ne saurait donner une attention suivie au même objet.
   La mienne [tristesse] n'est point du tout dissipée par la diversité des objets, SÉV. 4 oct. 1684.
   Quand une fois on a trouvé le moyen de prendre la multitude par l'appât de la liberté, elle suit en aveugle, pourvu qu'elle en entende seulement le nom ; ceux-ci [les Anglais], occupés du premier objet qui les avait transportés, allaient toujours, sans regarder qu'ils allaient à la servitude, BOSSUET Louis de Bourbon..
   À la vue du saint viatique qu'il avait tant désiré, voyez comme ce prince s'arrête sur ce doux objet, BOSSUET ib..
   Toi [âme] qui étais née pour l'éternité et pour un objet immortel, tu deviens éprise et captive d'une fleur que le soleil dessèche, BOSSUET la Vallière..
   L'éternité se présentait à ses yeux comme le digne objet du coeur de l'homme, BOSSUET le Tellier..
   César de tant d'objets en même temps frappé, RAC. Brit. V, 8.
   Le plus charmant objet de la nature, le plus capable d'émouvoir un coeur sensible et de le porter au bien, est, je l'avoue, une femme aimable et vertueuse ; mais cet objet céleste où se cache-t-il ?, J. J. ROUSS. Lett. à d'Alemb..
   La passion a toujours un objet : on ne désire point ce qu'on ne connaît point, BONNET Ess. anal. âme, 18.
   Dans le langage philosophique, tout ce qui meut, occupe les facultés de l'âme. Le vrai est l'objet de l'entendement. Le bien est l'objet de la volonté.
   L'objet meut, émeut la puissance, c'est-à-dire la présence de l'objet excite le désir.
   Fig. Tout ce qui sert de matière à une science, à un art, à une oeuvre littéraire. Les corps naturels sont l'objet de la physique.
   Le sublime ne peut se trouver que dans les grands sujets ; la poésie, l'histoire et la philosophie ont toutes même objet, et un très grand objet, l'homme et la nature, BUFF. Disc. de récept..
   Ses dialogues [de Fénelon] sur l'éloquence, et sa lettre à l'Académie française sur le même objet, renferment les principes les plus sains sur l'art d'émouvoir et de persuader, D'ALEMB. Éloges, Fénelon..
   La durée d'un ouvrage, quelque mérite qu'il ait d'ailleurs, est presque nécessairement liée à celle de son objet, D'ALEMB. Destruct. des jésuit. Oeuv. t. V, p. 57, dans POUGENS..
   Quel est l'objet de la philosophie ? c'est de lier les hommes par un commerce d'idées et par l'exercice d'une bienfaisance mutuelle, DIDEROT Claude et Nér. II, 2.
   Qu'on ne dise plus que les grands objets manquent à l'éloquence, mais bien plutôt que l'éloquence manque le plus souvent aux grands objets qui la demandent, qui l'appellent, qui l'invoquent de toutes parts, MARMONTEL Élém. litt. Oeuv. t. X, p. 107, dans POUGENS.
   On dit dans un sens analogue : l'objet de la conversation. La conversation a changé d'objet. Vous étiez l'objet de notre entretien.
   Fig. Tout ce qui est la cause, le sujet, le motif d'un sentiment, d'une passion.
   Mais si vous connaissez l'amour et ses ardeurs, Jamais pour son objet il ne prend les grandeurs, CORN. Médée, II, 6.
   Et je serais moins roi qu'un objet de pitié, Si le bandeau royal m'ôtait votre amitié, CORN. Nicom. IV, 5.
   Puis-je d'un tel chagrin savoir quel est l'objet ?, CORN. Cinna, III, 2.
   Je te donne Émilie, Le digne objet des voeux de toute l'Italie, CORN. ib. V, 1.
   Ce superbe.... se met au rang des gens désabusés.... et, devenu le seul objet de ses complaisances, il se fait lui-même son dieu, BOSSUET Anne de Gonz..
   Princesse, le digne objet de l'admiration de deux grands royaumes, BOSSUET Duch. d'Orl..
   Mes frères, je parle à vous ; à vous, dis-je, qui faites l'objet de nos plus tendres inquiétudes, BOSSUET 1re instr. 37.
   Sylla devint l'objet de la jalousie de Marius, BOSSUET Hist. III, 7.
   Mme la duchesse d'Orléans est un objet de pitié, MAINTENON Lett. à Mme de Caylus, 2 sept. 1717.
   Un esclave est pour elle un objet de courroux, RAC. Alex. I, 2.
   Lève-toi, triste objet d'horreur et de tendresse, VOLT. Brutus, V, 7.
   Ce même Sarmate objet de vos dédains, VOLT. Sémiram. II, 3.
   Fig. But, fin qu'on se propose.
   Elle [une âme pieuse] n'a d'autre objet que la voûte éthérée, RÉGNIER Sat. XIII.
   L'unique objet de l'Écriture est la charité, PASC. Pens. part II, art. 9.
   On peut avoir trois principaux objets dans l'étude de la vérité, PASC. ib. part. I, art. 2.
   Sachez que leur objet [des jésuites] n'est pas de corrompre les moeurs ; ce n'est pas leur dessein, PASC. Prov. V.
   La chronologie contentieuse n'est pas votre objet, BOSSUET Hist. I, 12.
   Mon principal objet est de vous faire considérer, dans l'ordre des temps, la suite du peuple de Dieu et celle des grands empires, ID. ib. II, 1.
   Cette élection divine avait un objet plus haut que celui qui paraît d'abord, BOSSUET ib. II, 4.
   Jusqu'ici les traités de paix avaient la guerre pour véritable objet ; on se ménageait ou un repos de quelques années pour réparer ses forces, ou plus de force pour attaquer un ennemi commun, FONTEN. Rép. card. Dub. Oeuv. t. III, p. 320 dans POUGENS.
   C'est à eux d'amuser le peuple qui lit sans objet, sans pénétration et sans goût, VAUVENARGUES. Max. CCXIII.
   On avait fait la guerre de la Fronde pour je ne sais quel édit du tarif, qui ne devait pas être regardé comme un objet, VOLT. Polit. et législ. Lett. à M. T***..
   Le grand objet du maréchal de Saxe était toujours de prendre Maëstricht, VOLT. Louis XV, 26.
   Leurs arts [des sauvages], qui tous n'ont pour objet que les moyens de se procurer une subsistance convenable à leur goût, BUFF. Quadrup. t. II, p. 174.
   Un mouvement sans objet, DUCLOS Consid. moeurs, 1.
   Le premier objet de ceux qui imaginèrent les hiéroglyphes, fut de conserver la mémoire des événements, et de faire connaître les lois, les règlements, et tout ce qui a rapport aux matières civiles, CONDILLAC Conn. hum. II, I, 13.
   Remplir son objet, atteindre le but proposé.
   Les Français furent vainqueurs, et les alliés ne furent pas mis dans une déroute assez complète pour que le grand objet du siége de Maëstricht pût être rempli, VOLT. Louis XV, 26.
   L'objet du mariage est d'avoir des enfants ; mais quelquefois cet objet ne se trouve pas rempli, BUFF. Hist. nat. Hom. Oeuv. t. IV, p. 262.
   Fig. et par excellence, femme aimée.
   Non, non, ce cher objet à qui j'ai pu déplaire, Ne peut pour mon supplice avoir trop de colère, CORN. Cid, III, 1.
   Ô trop aimable objet qui m'avez trop charmé, CORN. Poly. II, 2.
   Lorsqu'un digne objet a pu nous enflammer, Qui le cède est un lâche et ne sait pas aimer, CORN. Rodog. I, 5.
   Adieu, trop vertueux objet et trop charmant, CORN. Poly. II, 2.
   Mais quand d'un bel objet on est bien amoureux, Que ne ferait-on pas pour devenir heureux ?, MOL. l'Ét. II, 2.
   Et dans l'objet aimé tout leur devient aimable, MOL. Mis. II, 5.
   L'objet s'appelle Mlle de la Coste ; elle a plus de trente ans, elle n'a aucun bien, nulle beauté, SÉV. 384.
   Volage adorateur de mille objets divers, RAC. Phèdre, II, 6.
   Et pour tout autre objet ton âme indifférente Dédaignait de brûler d'une flamme innocente, RAC. ib. IV, 2.
   Cet objet que ma rage a privé de la vie, VOLT. Zaïre, V, 10.
10°   Il s'est dit pour la personne d'un homme ou d'une femme, pour l'image d'un objet (ce qui n'est plus usité).
   Il fait tous ses efforts pour gagner mes parents, Et, s'il les peut fléchir, quant à moi, je me rends ; Non, à dire le vrai, que son objet me tente ; Mais, mon père content, je dois être contente, CORN. la Place roy. V, 6.
   Prononcez donc, madame, et faites un monarque : Nous céderons sans honte à cette illustre marque ; Et celui qui perdra votre divin objet Demeurera du moins votre premier sujet, CORN. Rodog. III, 4.
   [Le cerf se mirant dans une fontaine]... ne pouvait qu'avecque peine Souffrir ses jambes de fuseaux, Dont il voyait l'objet se perdre dans les eaux, LA FONT. Fabl. VI, 9.
   Si ce parfait amour que vous prouvez si bien Se fait vers votre objet un grand crime de rien, MOL. les Fâch. I, 1.
11°   Terme de grammaire générale. Se dit quelquefois du complément ou régime direct, par opposition à sujet.
   L'objet est un accessoire du verbe ; il doit le suivre immédiatement, ou du moins il n'en peut être séparé que par des modifications mêmes du verbe, CONDIL. Gramm. II, 26.
   OBJET, SUJET. Au mot sujet, l'Académie dit : Les corps naturels sont le sujet de la physique. Et au mot objet, elle dit : Les corps naturels sont l'objet de la physique. Quel est, dans cet emploi, le sens précis des deux mots sujet et objet ? Ces deux mots ne diffèrent que par les prépositions : ob signifiant devant soi, et sub, sous soi : le sujet c'est sur quoi l'on travaille ; l'objet c'est ce à quoi l'on vise. Il est plus usité de dire l'objet d'une science que le sujet d'une science ; cependant cela se dit aussi, et le sens revient au même ; mais on dit le sujet d'une comédie, d'une tragédie, d'un tableau, et non l'objet ; ou du moins le sens serait tout différent : l'objet d'une comédie, d'un tableau, serait l'effet moral ou esthétique auquel viseraient cette comédie, ce tableau.
   XIVe s.
   Object est la chose vers laquele est la puissance active ou passive ou l'operation.C oleur est object de voiement ou de vision, saveur est object de goust ou de gouster, et chaleur et froideur sont object de touchement, ORESME Thèse de MEUNIER..
   XVIe s.
   Les sacremens de la nouvelle loy justifient et conferent grace, si nous n'y mettons object [obstacle] ou empeschement de peché mortel, CALV. Instit. 1037.
   La veue d'un object agreable, MONT. I, 99.
   Est-il si simple entendement, lequel, ayant d'un costé l'object d'un de nos vicieux plaisirs, et de l'autre... ?, MONT. II, 144.
   Ital. obbietto et oggetto ; du lat. objectum, chose mise en avant, de objicere (voy. objection).

Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré. . 1872-1877.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • OBJET — L’étymologie du mot objet (ce qui est placé devant) indique qu’il s’agit de ce que l’on vise , soit pour l’atteindre, soit pour le connaître. C’est cette dernière acception qui nous retiendra. C’est d’abord par l’usage de nos sens que nous… …   Encyclopédie Universelle

  • objet — OBJET. s. m. Ce qui touche, ce qui esmeut les sens par sa presence. Il se dit plus ordinairement par rapport au sens de la veuë. Agreable objet. vilain objet. charmant objet. je ne sçay quel objet a frapé mes yeux. la couleur est l objet de la… …   Dictionnaire de l'Académie française

  • objet — /ob zhāˈ/ (French) noun An object objet d art /därˈ/ noun (pl objets / zhāˈ/ d art) An article with artistic value objet de vertu /də ver tüˈ/ noun (pl objets de vertu) A Gallicized (by the English) version of object of virtu (qv) objet trouvé… …   Useful english dictionary

  • objet — porte objet test objet …   Dictionnaire des rimes

  • objet — (n.) an object on display, an ornament, 1857, from Fr. objet, especially in objet d art (1865); see OBJECT (Cf. object) (n.) …   Etymology dictionary

  • OBJET — s. m. Tout ce qui s offre, tout ce qui est présenté à la vue. Objet agréable. Les plus beaux objets du monde. Cet objet a frappé mes yeux. Je ne sais quel objet a passé rapidement devant mes yeux. Voilà un vilain objet, un objet horrible. Il y a… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • OBJET — n. m. Tout ce qui s’offre, tout ce qui est présenté à la vue. Objet agréable, horrible, plaisant, insupportable. La beauté, la laideur d’un objet. écartez cet objet de mes yeux. Reposer sa vue sur un objet charmant. Cette lunette grossit trop les …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • Objet — Sur les autres projets Wikimedia : « Objet », sur le Wiktionnaire (dictionnaire universel) Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom …   Wikipédia en Français

  • objet — nm., bidule : chuza <chose> nf., machin nm. (Albanais 001), afére nm. (Annecy, Genève, Rumilly, Thônes), artinbala nf. (001, Arvillard) ; objè (Villards Thônes). E. : Amoncellement, Attirail, Percher. A1) objet mal objet fixé // rangé //… …   Dictionnaire Français-Savoyard

  • objet — ● 1. n. m. ►OROBJ Machin utilisé dans la programmation par objet. Prenez deux spécialistes, demandez leur des définitions, elles seront toutes radicalement différentes. Un objet est donc un fourre tout, qui peut être tout et n importe quoi.… …   Dictionnaire d'informatique francophone

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”