accouardir
(a-kou-ar-dir) v. a.
Rendre couard.
   Bon mot, anciennement français, et qui se comprend sans aucune explication.
   XIIIe s.
   Par parole sont moult hardi ; Mais tost restent acoardi, Quant vienent à un poi d'effort, Ren. 16712.
   XIVe s.
   Il estoit preux es armes, couraigeux et hardis ; Oncques en un bon fait ne fut acouardis, Girard de Ross. V. 1375.
   XVe s.
   Ma dame, que Jhesus honneure ! Me regardoit, ce m'estoit vis Si liement que tous ravis Estoie, en soi seule esgardant ; Mais tous m'aloie acouardant, FROISS. Ep. Am..
   XVIe s.
   La demeure de la maison n'acouardit pas tellement ceux qui la suivent, qu'une bonne partie ne soit en bonne disposition de bien faire quand l'honneur le commande, LANOUE 210.
   Si du front m'as osté L'honneur, la honte et l'audace premiere, Acouardant mon ame prisonniere, Serve à ta volonté, RONS. 185.
   À et couard.

Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré. . 1872-1877.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • accouardir — ⇒ACCOUARDIR, verbe trans. A. Vx, rare. Rendre couard : • 1. Les paysans, accouardis par leur vengeance manquée (...) se félicitaient d avoir été empêchés à temps... J. RICHEPIN, Miarka la fille à l ourse, 1883, p. 292. • 2. Vous n avez pas le… …   Encyclopédie Universelle

  • a- — 1. a ♦ Élément, du lat. ad, marquant la direction, le but à atteindre, ou le passage d un état à un autre (var. ad ; ac , af , ag , al , an , ar , as , at ) : amener, alunir, adoucir. ⇒ à. a 2. a ♦ Élément tiré du gr. exprimant la négation (« pas …   Encyclopédie Universelle

  • couard — couard, couarde [ kwar, kward ] adj. • cuard 1100 « qui a la queue basse »; de cöe « queue » ♦ Littér. ou région. Qui est lâche, peureux. ⇒ capon, poltron. « Je hais l idéalisme couard, qui détourne les yeux des misères de la vie » (R. Rolland).… …   Encyclopédie Universelle

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”