accoster
(a-ko-sté) v. a.
   Aborder quelqu'un qu'on rencontre.
   [Gens qui] vous viennent accoster comme personnes ivres, RÉGNIER Sat. II.
   S'accoster de, v. réfl. Prendre pour compagnon, hanter, fréquenter.
   N'ayant point dîné, Je m'accostai d'un homme à lourde mine, VOLT. P. Diable..
   Accostez-vous de fidèles critiques ; Fouillez, puisez dans les sources antiques ; Lisez les Grecs, savourez les latins ; Je ne dis tous, car Rome a ses Cotins, J. B. ROUSS. Ép. III, 1, à Marot..
   En termes de marine, en parlant d'un bâtiment, d'une embarcation, venir se placer le long et à côté de. La chaloupe accosta le vaisseau. Ce vapeur accosta le quai.
   XIIe s.
   Ses homes se acosterent à lui, si li distrent : Bel pere, se li prophetes te deïst que....., Rois, 363.
   Lez Oliver s'acoste le meschin [il se met près du jeune Olivier], Ronc. 50.
   Et à un pilier [il] s'est tenuz et acostez, Th. le Mart. 148.
   XIIIe s.
   Maintes fois avint que en esté il aloit seoir au bois de Vincennes, après sa messe, et se acostoioit à un chesne, JOINV. 199.
   Lez un fossé se plaint et plore, Et cil lui corent andoi seure Là où il se fu acostez, Ren. 18573.
   XIVe s.
   Au lez devers la mer [il] les a fais acoster ; Les pors lor a tolus, et les pas destournez, Guesclin, 14782.
   XVe s.
   Les archers d'Angleterre estoient accostés aux deux lez du chemin, FROISS. I, I, 218.
   XVIe s.
   J'avois le latin si prest et si à la main que mes precepteurs craignoient à m'accoster, MONT. I, 194.
   Junia s'estant accostée d'elle familierement, elle la repoussa rudement, MONT. III, 180.
   M. de Vendosme vint acoster M. de Vielleville, CARLOIX IV, 16.
   Toutefois il s'acosta de lui pour se descharger de sa creance, CARLOIX II, 7.
   [Dans le cortége] les archevesques de Cologne et de Mayence accostoyent [étaient à côté] l'empereur, SLEIDAN p. 18.
   Wallon, acoister ; provenç. et espagn. acostar ; ital. accostare ; de ad, à, et costa, côte (voy. côte). Joinville a dit acostoier, verbe fait de à et costoyer, que nous disons côtoyer. Il y avait, dans l'ancien français, le substantif acost, qui signifiait action d'accoster :
   Et Renart si s'en vait fuyant Qui n'avoit soing de son acost, Ren. 25915.
On remarquera que nos anciens auteurs écrivaient généralement par un seul c accoster et les mots composés semblablement. Cela prouve qu'ils n'en prononçaient qu'un seul. Nous n'en prononçons qu'un seul non plus ; pourquoi ne faisons-nous pas comme eux ? C'est une simplification digne d'être recommandée à l'Académie.

Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré. . 1872-1877.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • accoster — [ akɔste ] v. tr. <conjug. : 1> • av. 1555; it. accostare; « mettre côte à côte » XIIe; cf. 1. a et coste → côté 1 ♦ Vx Aller près de (qqn) pour lui parler. Mod. Aborder de façon cavalière. Être accosté par un inconnu. ⇒ aborder. Spécialt… …   Encyclopédie Universelle

  • accoster — Accoster. v. a. [l s se prononce.] Aborder quelqu un pour luy parler, pour faire connoissance avec luy. Il me vint accoster. il m accosta lors que je n y pensois pas. Il signifie aussi, Hanter, frequenter, avoir habitude avec quelqu un, & en ce… …   Dictionnaire de l'Académie française

  • accoster — index assailant Burton s Legal Thesaurus. William C. Burton. 2006 …   Law dictionary

  • accoster — Accoster, act. acut. Est aussi imité de l Italien Accostare, estant composé de ad et costé m. acut. comme si vous disiez se ranger au costé de quelqu un. Ainsi l on en use pour approcher et joindre aucun, et quelquefois pour prendre sa hantise et …   Thresor de la langue françoyse

  • ACCOSTER — v. a. Aborder quelqu un qu on rencontre, pour lui parler. Il me vint accoster. Il m accosta lorsque je n y pensais pas. Il est familier.  Il s emploie avec le pronom personnel, et se construit avec la préposition De, pour signifier, Hanter,… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • ACCOSTER — v. tr. T. de Marine Se placer le long de et à côté de. Accoster un vaisseau. Accoster un quai. Absolument, On leur cria d’accoster. Il signifie aussi Aborder quelqu’un qu’on rencontre pour lui parler. Il me vint accoster. Il m’accosta lorsque je… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • accoster — vt. , aborder (qq., un quai) : akostâ (Albanais.001, Villards Thônes.028), akoustâ (028, Saxel), C. d’akôsto <j’accoste> (001), pp. akostyà m. (Giettaz) ; abordâ, C. d abeûrdo <j aborde> (001) …   Dictionnaire Français-Savoyard

  • abourzhañ — accoster …   Dictionnaire Breton-Français

  • accostable — accoster [ akɔste ] v. tr. <conjug. : 1> • av. 1555; it. accostare; « mettre côte à côte » XIIe; cf. 1. a et coste → côté 1 ♦ Vx Aller près de (qqn) pour lui parler. Mod. Aborder de façon cavalière. Être accosté par un inconnu. ⇒ aborder …   Encyclopédie Universelle

  • persil (aller au) — Accoster le passant …   Le nouveau dictionnaire complet du jargon de l'argot

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”