misérable
(mi-zé-ra-bl') adj.
   Qui est dans la misère, ou dans le malheur.
   Selon que vous serez puissant ou misérable, Les jugements de cour vous rendront blanc ou noir, LA FONT. Fabl. VII, 1.
   La grandeur de l'homme est grande en ce qu'il se connaît misérable, PASC. Pens. I, 3, éd. HAVET..
   Il [l'homme] veut être heureux, et il se voit misérable, PASC. ib. I, 8.
   C'est être d'autant plus misérable qu'on est tombé de plus haut, PASC. ib. VIII, 13.
   On n'est pas misérable sans sentiment : une maison ruinée ne l'est pas ; il n'y a que l'homme de misérable, PASC. ib. XXV, 82.
   Nous sommes plaisants de nous reposer dans la société de nos semblables : misérables comme nous, impuissants comme nous, ID. ib. XIV, 1.
   Nous voici donc, hélas ! À ce jour détestable Dont la seule frayeur me rendait misérable, RAC. Théb. I, 1.
   Et ce héros aimable Est aussi malheureux que je suis misérable, RAC. Mithr. II, 1.
   Haï, craint, envié, souvent plus misérable Que tous les malheureux que mon pouvoir accable, RAC. Esth. II, 1.
   Mais dans l'ennui qui m'accable, Si mes amis sont heureux, Je serai moins misérable, VOLT. Usage de la vie..
   Le plus heureux est celui qui souffre le moins de peines ; le plus misérable est celui qui sent le moins de plaisirs, J. J. ROUSS. Ém. II.
   Par exagération.
   Ce misérable M. d'Auxerre n'a pas même un bon carrosse ?, MAINTENON Lett. à Mme de Caylus, 24 nov. 1716.
   Il se dit des choses. Une misérable condition. Son sort est misérable.
   La plupart des hommes emploient la première partie de leur vie à rendre l'autre misérable, LA BRUY. XI.
   Faire une fin misérable, mourir dans la misère, et aussi mourir d'une mort funeste.
   Digne de pitié.
   Misérable, je puis adoucir des taureaux, Et je ne puis toucher les volontés d'un homme, CORN. Médée, III, 3.
   Misérable vengeur d'une juste querelle, Et malheureux objet d'une injuste rigueur, CORN. Cid, I, 9.
   Misérables humains, ceci s'adresse à vous, LA FONT. Fabl. X, 13.
   Il se dit aussi des choses.
   C'est une misérable suite de la nature humaine, PASC. dans COUSIN.
   On traîne, on va donner en spectacle funeste De son corps tout sanglant le misérable reste, RAC. Esth. III, 8.
   Digne de mépris et de haine. Il faut être bien misérable pour faire une telle action.
   Le croyez-vous vous-mêmes, misérables que vous êtes ?, PASC. Prov. XVI.
   Misérable, tu cours à ta perte infaillible, RAC. Phèdre, IV, 3.
   Misérable ! et je vis ! et je soutiens la vue De ce sacré soleil dont je suis descendue, RAC. ib. IV, 6.
   Misérable Zaïre ! Tu ne jouiras pas...., VOLT. Zaïre, V, 7.
   Qui est sans valeur, sans mérite. Un auteur misérable.
   N'avez-vous point de honte de me mettre en état d'appréhender auprès de vous un misérable bourgeois ?, BUSSY dans RICHELET.
   Un misérable faiseur de vers, PATRU Oraison pour Archias, dans RICHELET.
   Lucrèce était un misérable physicien, et il avait cela de commun avec toute l'antiquité, VOLT. Dict. phil. Poëtes..
   Il se dit aussi des choses. Un livre misérable.
   Si vous ne m'aimiez, il faudrait brûler mes misérables lettres avant que de les ouvrir, SÉV. 425.
   Il n'y a rien de plus éclatant [que la gloire], ni qui fasse plus de bruit parmi les hommes, et tout ensemble il n'y a rien de plus misérable ni de plus pauvre, BOSSUET la Vallière..
   Rien n'est si petit et si misérable que de se donner pour ce qu'on n'est pas et se faire honneur du personnage d'un autre, MASS. Carême, Doutes sur la relig..
   Telle est la misérable faiblesse des hommes, qu'ils regardent avec admiration ceux qui ont fait du mal d'une manière brillante, et qu'ils parleront souvent plus volontiers du destructeur d'un empire que de celui qui l'a fondé, VOLT. Charles XII, discours..
   C'est une misérable consolation d'apprendre que des monstres sont abhorrés, mais c'est la seule qui reste à notre faiblesse, VOLT. Lett. d'Alemb. 18 juill. 1766.
   Je l'ai lu, sans pouvoir y glaner une misérable ligne qui me servît, DIDER. Salon de 1767, Oeuv. t. XIV, p. 391, dans POUGENS.
   Quelques-uns, tels que les fourmiliers, les paresseux, etc. sont d'une nature si misérable, qu'ils ont à peine les facultés de se mouvoir et de manger, BUFF. Quadrup. t. V, p. 168.
   Tous ces êtres sont misérables sans être malheureux, et, dans ses productions les plus négligées, la nature paraît toujours plus en mère qu'en marâtre, BUFF. ib. t. VI, p. 88.
   Ah ! monsieur, me dit-il, ma santé est bien misérable, et il entra dans le détail de ses maux de nerfs...., MARMONTEL Mém. VIII.
   Substantivement. Un misérable, une misérable, celui, celle qui est dans la misère ou dans le malheur.
   Comme les joies des misérables ne durent guère, VOIT. Lett. 25.
   Puis la peur de la mort sied mal aux misérables, ROTR. Bélis. I, 2.
   Il ne se faut jamais moquer des misérables ; Car qui peut s'assurer d'être toujours heureux ?, LA FONT. Fabl. V, 17.
   En un mot il languit, le pauvre misérable, MOL. Éc. des f. II, 6.
   J'aime les biens, parce qu'ils donnent le moyen d'en assister les misérables, PASC. Pens. XXIV, 69.
   Et pour nous rendre heureux, perdons les misérables, RAC. Brit. II, 8.
   Il se dit aussi de ceux qui sont dans une condition inférieure, ou de gens sans ressources.
   Quand nous faisons besoin, nous autres misérables, Nous sommes les chéris et les incomparables, MOL. l'Ét. I, 2.
   Moi qui sens de la pitié pour ce qui s'appelle des misérables, MAINTENON Lett. à Mme des Ursins, 4 juill. 1706.
   Lorsqu'en 1763 la Floride fut cédée par la cour de Madrid à celle de Londres, les cinq ou six cents misérables qui végétaient dans cette région se réfugièrent à Cuba, RAYNAL Hist. phil. XII, 11.
   Celui, celle qui est digne de haine ou de mépris.
   On distingue les hommes en deux classes : la première, des hommes divins qui sacrifient leur amour-propre au bien public ; la seconde, des misérables qui n'aiment qu'eux-mêmes, VOLT. Trait. métaph. ch. 8.
   C'est un misérable, ce n'est qu'un misérable, c'est un homme de néant, ou c'est un très malhonnête homme.
   Dans ce dernier sens, on dit quelquefois : c'est un grand misérable.
   C'est un petit misérable, se dit d'un enfant vicieux, et aussi d'une personne sans consistance.
   Comment ! petit misérable, vous faites entendre qu'il n'y a que de mauvais catholiques qui aient justifié Jean Calas, rétabli sa mémoire, et déclaré sa famille innocente !, VOLT. Facéties, Quest. sur les mir. 17e lettre..
   C'est une misérable ; la misérable, en parlant d'une femme que l'on méprise.
   Quoi ! cette misérable à mon fils destinée Déclare maintenant sa haine contre moi !, ROTR. Antig. IV, 2.
   XVIe s.
   On dit que la consolation des miserables est d'avoir des pareils, l'Amant ressuscité, p. 502, dans LACURNE.
   Au dernier coin se sied la miserable crainte, D'AUB. Tragiques, la Chambre dorée..
   Provenç. et esp. miserable ; ital. miserabile ; du lat. miserabilis, de miserari, avoir pitié (voy. misère).

Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré. . 1872-1877.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • misérable — [ mizerabl ] adj. et n. • 1336; lat. miserabilis 1 ♦ Qui inspire ou mérite d inspirer la pitié; qui est dans le malheur, la misère. ⇒ lamentable, malheureux, pitoyable; misérabilisme. L homme, pour Pascal, est à la fois misérable et grand.… …   Encyclopédie Universelle

  • miserable — Miserable. adj. de tout genre. Malheureux, qui est dans la misere, dans la souffrance. Une miserable famille ruinée. c est une miserable condition que celle de l homme. il mene, il traisne une vie bien miserable. On dit, qu Un homme a fait une… …   Dictionnaire de l'Académie française

  • miserable — miserable, wretched both describe something (as a person s state of health or of mind, a state of affairs, a human being with reference to his condition or character, or a thing compared with others of its kind) that is deplorably or contemptibly …   New Dictionary of Synonyms

  • miserable — adjetivo 1. Que es muy pobre o tiene un aspecto muy pobre: casa miserable. Esa familia vive en un barrio muy miserable. Sinónimo: mísero. 2. Que está abatido, sin ánimo, ni fuerza, o se encuentra en malas condiciones físicas o morales: Me los… …   Diccionario Salamanca de la Lengua Española

  • Miserable — Mis er*a*ble, a. [F. mis[ e]rable, L. miserabilis, fr. miserari to lament, pity, fr. miser wretched. See {Miser}.] [1913 Webster] 1. Very unhappy; wretched; living in misery. [1913 Webster] What hopes delude thee, miserable man? Dryden. [1913… …   The Collaborative International Dictionary of English

  • miserable — Miserable, com. gen. penac. Miser, Miserandus, AErumnosus. Miserable, qui esmeut à pitié et compassion, Miserabilis. Aussi miserable que moy, Miser aeque atque ego. Y a il homme du monde aussi miserable? An quisquam gentium est aeque miser? Chose …   Thresor de la langue françoyse

  • miserable — [miz′ər ə bəl, miz′rəbəl] adj. [Fr misérable < L miserabilis, pitiable < miserari, to pity < miser, wretched] 1. in a condition of misery; wretched, unhappy, suffering, etc. 2. causing misery, discomfort, or suffering [miserable weather] …   English World dictionary

  • Miserable — may refer to: Miserable (song), a song by Lit Mr. Miserable, a fictional character in the children s book Mr. Happy by Roger Hargreaves See also Les Misérables (disambiguation) Los Miserables, a Chilean punk band This …   Wikipedia

  • miserable — (adj.) early 15c., full of misery, causing wretchedness (of conditions), from O.Fr. miserable prone to pity, merciful, and directly from L. miserabilis pitiable, miserable, deplorable, lamentable, from miserari to pity, lament, deplore, from… …   Etymology dictionary

  • Miserable — Mis er*a*ble, n. A miserable person. [Obs.] Sterne. [1913 Webster] …   The Collaborative International Dictionary of English

  • miserable — [adj1] unhappy, depressed afflicted, agonized, ailing, anguished, brokenhearted, crestfallen, dejected, desolate, despairing, despondent, destroyed, disconsolate, discontented, distressed, doleful, dolorous, down, downcast, down in the mouth*,… …   New thesaurus

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”