aspirer


aspirer
(a-spi-ré) v. a.
   Attirer l'air dans ses poumons. Aspirer l'air. Le poumon qui aspire et expire l'air. Le cheval aspire l'air de ses larges naseaux.
   Et chaque souffle enfin que j'exhale ou j'aspire, LAMART. Harm. I, 1.
   Absolument. Aspirer avec force. Les oiseaux boivent en aspirant.
   Élever l'eau en faisant le vide. Cette pompe aspire l'eau avec beaucoup de force.
   Terme de grammaire. Prononcer de la gorge. Aspirer l'h.
   Absolument.
   Aspirer, suivant le Dictionnaire de l'Académie, c'est...., D'OLIVET Prosod. fr..
   Avoir le désir de. Aspirer à la royauté, à régner, aux honneurs. Il aspire au premier rang.
   Quiconque, après sa mort, aspire à la couronne, CORN. Cinna, II, 2.
   Et monté sur le faîte, il aspire à descendre, CORN. ib. II, 1.
   Nous devions aspirer à sa possession, Par amour, par devoir ou par ambition, CORN. Rodog. IV, 3.
   À de plus grands honneurs faut-il qu'un père aspire ?, CORN. Hor. IV, 2.
   Il m'a plu sans peut-être aspirer à me plaire, RAC. Baj. I, 3.
   N'aspirant qu'à troubler le repos où nous sommes, RAC. Esth. II, 1.
   Il n'a plus aspiré qu'à s'ouvrir des chemins...., RAC. Mithr. V, 4.
   Et je ne puis songer Que Troie en cet état aspire à se venger, RAC. Andr. I, 2.
   Sortez du temps et du changement, aspirez à l'éternité, BOSSUET Duch. d'Orl..
   On l'a aussi construit avec de.
   Elle n'aspire encore d'y arriver que par des moyens qui viennent de Dieu même, PASC. dans GIRAULT-DUVIVIER.
   ASPIRER à, PRÉTENDRE à. La différence entre ces deux mots, c'est que aspirer n'implique que l'idée des désirs qui nous poussent à une chose ; et que prétendre implique que nous y avons des droits réels ou imaginaires.
   XIIe s.
   Teu (telle) parole unt le duc nonciée, Si cum Deus les out aspirez [inspirés], BENOÎT Chr. de Norm. t. II, p. 185, V. 20744.
   XIVe s.
   Aspirer la fumée de l'eaue, Ménag. II, 5.
   XVe s.
   L'oeil regarde où le cueur aspire, BASSELIN III.
   XVIe s.
   Ils veulent, ils aspirent, ils s'efforcent : mais rien en telle perfection qu'il appartient, CALV. Inst. 660.
   Chascun aspire si naturellement à la liberté et auctorité, que...., MONT. I, 59.
   L'eloquence et la louange de bien dire estoit des jà le but ordinaire, auquel aspiroient et taschoient de parvenir tous les jeunes hommes romains, AMYOT Caton, 9.
   Tel lieu est continuellement aspiré et eventilé de la frigidité de l'air qui nous environne, PARÉ VI, 23.
   Il a aspiré cest office ung long temps, PALSGR. p. 421.
   Nul aultre n'y pouvoit aspirer ny parvenir s'il n'estoit des sus dictes sept races, CARL. VI, 6.
   Provenç. et espagn. aspirar ; ital. aspirare ; du latin aspirare, de a pour ad (voy. à), et spirare, souffler (voy. esprit). Comme la prononciation d'une lettre aspirée et, au reste, de toute autre lettre, se fait non dans l'aspiration mais dans l'expiration, on a dit que aspirer était ici dit pour aspérer, rendre âpre, les Latins appelant en effet asper l'esprit rude des Grecs. Mais cela ne s'appuie sur aucun exemple. Il est bien plus probable que, les Grecs et les Latins appelant spiritus, c'est-à-dire souffle, ce que nous appelons aspiration, aspiration a été dite chez nous pour souffle, par une méprise sur le mécanisme vocal.
SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE
ASPIRER. - HIST.
   XIVe s. Ajoutez :
   Et que maintenant n'osoient il [les plébéiens] non pas encore aspirer à avoir partie du consulat, BERCHEURE f° 87, verso.

Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré. . 1872-1877.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • aspirer — [ aspire ] v. tr. <conjug. : 1> • XIVe; « souffler » 1160; lat. aspirare « souffler vers » I ♦ (Sens étym.) 1 ♦ V. tr. ind. ASPIRER À : porter ses désirs vers un objet. Aspirer à un titre. ⇒ ambitionner. Aspirer ardemment à la possession d… …   Encyclopédie Universelle

  • aspirer — ASPIRER. v. a. Attirer l air avec la bouche. Il est opposé à Expirer, suivi d un régime.Aspirer, en termes de Grammaire, signifie, Prononcer de la gorge, ensorte que la prononciation soit fortement marquée. Il y a de certains mots dans la langue… …   Dictionnaire de l'Académie Française 1798

  • aspirer — ASPIRER. v. act. Attirer l air avec la bouche. Il est opposé à expirer, & n est guere en usage qu en Physique. Aspirer, Se dit en Grammaire, & signifie, Prononcer en aspirant, ce qui rend la prononciation plus forte. Il faut aspirer l h dans… …   Dictionnaire de l'Académie française

  • aspirer — Aspirer, et respirer, Anhelitum recipere, ac per vices reddere, Spirare, Aspirare, Respirare. Aspirer et tascher de parvenir à quelque chose, Aspirare ad rem aliquam …   Thresor de la langue françoyse

  • Aspirer — As*pir er, n. One who aspires. [1913 Webster] …   The Collaborative International Dictionary of English

  • aspirer — index candidate Burton s Legal Thesaurus. William C. Burton. 2006 …   Law dictionary

  • ASPIRER — v. a. Attirer l air extérieur dans ses poumons. Il est opposé à Expirer, verbe actif. Aspirer une grande quantité d air. On suce en aspirant avec plus ou moins de force.   Il se dit, par extension, De l action par laquelle une pompe aspirante… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • ASPIRER — v. tr. Attirer l’air extérieur dans ses poumons, par opposition à EXPIRER. Aspirer une grande quantité d’air. Aspirer l’air à pleins poumons. Il se dit, par extension, de l’Action par laquelle une pompe attire, élève l’eau en faisant le vide. Le… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • Aspirer — Aspiration Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom …   Wikipédia en Français

  • aspirer — noun see aspire …   New Collegiate Dictionary


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.