k


k
(ka) s. m.
Lettre consonne, la onzième de l'alphabet ; elle n'est employée que dans quelques mots tirés du grec ou des langues étrangères.
   Le K est la lettre dont nous faisons le moins et dont nous devrions faire le plus d'usage, attendu qu'il n'a jamais d'emploi vicieux, DUCLOS Gramm. P. R. Rem. Oeuv. t. IX, p. 14, dans POUGENS.
   Chez les Latins, qui ne le faisaient guère servir que de lettre numérale, K signifiait deux cent cinquante ; avec un tiret par-dessus, il signifiait deux cent cinquante mille.
   K est la marque des monnaies frappées à Bordeaux.
   Sur les anciennes médailles des empereurs, il signifie Constantin, et, dans les inscriptions du moyen âge, Karolus [Charles].
   XIIIe s.
   Parler vous doit on bien de K ; Iceste letre, pour Dieu, qu'a, Qui crie adès, quant on la nomme ?, Senefiance de l'ABC, dans JUBINAL, t. II, p. 279.
   Lat. c ; le terme grec signifie le caf phénicien.

Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré. . 1872-1877.


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.