arguer


arguer
arguer 1.
(ar-gu-é. L'Académie ne conjugue pas ce verbe ; mais il faut écrire avec tréma : j'arguë, tu arguës, il arguë ; et même il serait bien d'écrire argüer, argüant, argüé, pour indiquer la prononciation ; < v. a.
   Contredire, accuser. Arguer une pièce de faux.
   Tirer une conséquence. Qu'arguez-vous de cela ?
   Absolument.
   Je suis ce juge intègre Qui toujours parle, arguë et contredit, VOLT. Goût..
   XIe s.
   Qui de bataille s'arguent et hasteient, Ch. de Rol. LXXVI.
   XIIe s.
   Rolanz senti que la mort mout l'argue, Ronc. p. 104.
   La nuit, quant s'amour m'argue, Couci, Dame de Faiel.
   Li altre l'arguent et reprenent et dient k'il soffrir ne puient la perece de sa tevor [tiédeur]...., ST BERN. 567.
   XIIIe s.
   Et tout fussent mort se ne fust la chevalerie.... qui soustint le fais des Sarrasins, qui moult les arguoient, Chr. de Rains, 93.
   Coart le lievres moult s'argue De cort en cort, de rue en rue, Ren. 11071.
   Mes cil mauvesement arguent, la Rose, 6302.
   XIVe s.
   Et ne te dois nul temps meler d'arguer ne de contredire chose que tu lui oies dire, BRUYANT dans Ménagier, t. II, p. 22.
   Et par ceste difference povons nous arguer à cest propos, ORESME Eth. 27.
   Qui diroit ou argueroit ainsy : la terre est entre le soleil et la lune, ORESME ib. 5.
   Maistres Thumas, dist il, vous parlés folement ; J'arguerai à vous ; car je sai bien comment : Uns mos de l'escripture vous desmontre et aprent, Baud. de Seb. XII, 321.
   XVe s.
   Logique qui enseigne arguer, et entre le vray et fauls discerner, CHRIST. DE PISAN Charles V, III, ch. 11.
   D'autre costé on le argueroit de sa promesse, COMM. II, 1.
   Il ne me appartenoit pas de arguer ny parler contre son plaisir, COMM. V, 13.
   XVIe s.
   Le regime des choses humaines argue si clairement de la providence de Dieu qu'on ne la sauroit nier, CALV. Inst. 22.
   Ses mouvemens et ses contenances arguent et monstrent grande foiblesse et bassesse, AMYOT Comment refréner la colère, 14.
   Provenç. arguir ; ital. arguire. Le provençal et l'italien viennent bien d'arguere, par un changement de la troisième conjugaison en la quatrième. Mais le français n'en vient pas ; s'il en était venu, quel qu'eût été l'infinitif, le présent eût été j'argue, prononcé j'arghe, et non j'argue, prononcé j'arguë, comme le montrent les vers. Il vient d'argutare, argutari, fréquentatif d'arguere, répéter sans cesse, caqueter, sautiller. Primitivement, arguer signifie quereller, tancer, attaquer, par un changement de sens semblable à celui qui de calumniari a fait chalenger, appeler en justice, provoquer au combat. Puis arguer, refait sans doute sur le latin arguere au XIVe siècle, prend le sens actuel d'arguer, sans étouffer pourtant le sens primitif qu'on trouve encore dans le dictionnaire de Furetière, mais qui maintenant est tout à fait tombé en désuétude.
————————
arguer 2.
(ar-ghé ; il argue se prononce il argh') v. a.
Technologie. Passer un fil de métal par les trous de l'argue.
   Argue
SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE
   ARGUER. - HIST. XVIe s. Ajoutez :
   Une vieille saiche [sèche], aigre et arguant [grondante], Les 15 joyes de mariage, p. 86.
   Ajoutez : Le lat. arguere, d'après Fr. Meunier, est pour ar-guere, équivalant à ad-guere, comme ar-cessere pour ad-cessere ; guere est le radical sanscr. gu, crier ; comparez avec le grec.

Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré. . 1872-1877.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • arguer — [ argɥe ] v. tr. <conjug. : 1; la conjug. de ce v. est régulière. Le u du radical se prononce dans tous les cas (comme dans tuer); ex. il argue [ argy ] > • 1080 « se presser »; lat. arguere 1 ♦ Littér. Arguer qqch. (de qqch.),en tirer… …   Encyclopédie Universelle

  • arguer — Arguer, et reprendre aucun, Arguere, Reprehendere. Arguer, aucunefois signifie autant que irriter et provoquer à courroux. Arguer et disputer, Argumentari et disputare, Disserere. Arguer ad utramque partem, Vtroque versus fusius disserere …   Thresor de la langue françoyse

  • arguer — ARGUER. v. act. Reprendre, contredire, trouver à redire. Cet homme prend plaisir à arguer. pourquoy nous vient il tousjours arguer? Il est vieux …   Dictionnaire de l'Académie française

  • Arguer — Ar gu*er, n. One who argues; a reasoner; a disputant. [1913 Webster] …   The Collaborative International Dictionary of English

  • arguer — index contender Burton s Legal Thesaurus. William C. Burton. 2006 …   Law dictionary

  • arguer — ARGUER. v. a. (l U et l E se prononcent séparément.) Reprendre, contredire. Il est vieux en ce sens, et n est plus guère d usage qu au Palais. Argué, ée. participe. On dit, Argué de faux, pour dire, Accusé de faux …   Dictionnaire de l'Académie Française 1798

  • arguer — (n.) late 14c., agent noun from ARGUE (Cf. argue) (v.) …   Etymology dictionary

  • ARGUER — v. a. (L U se prononce.) Reprendre, contredire, accuser. Il est vieux en ce sens, et n est plus guère usité que dans cette phrase de Pratique, Arguer un acte de faux. ARGUER, neutre, signifie, dans le langage ordinaire, Tirer une conséquence d un …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • ARGUER — v. tr. Tirer une conséquence d’un fait, d’un principe. Vous ne pouvez rien arguer de ce fait. En termes de Droit, Arguer un acte de faux, En établir la fausseté avec évidence …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • arguer — argue ► VERB (argues, argued, arguing) 1) exchange diverging or opposite views heatedly. 2) give reasons or cite evidence in support of something. ● argue the toss Cf. ↑argue the toss …   English terms dictionary


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.