gueux


gueux
gueux, euse
(gheù, gheû z', l'x se lie : un gheû-z impudent. Du temps de Chifflet, Gramm. p. 218, il ne se liait pas : un gheû impudent) adj.
   Qui est necessiteux, réduit à mendier (ce qui se dit avec un sens de dédain plutôt que de pitié).
   Figurez-vous l'orgueilleux Diogène qui foulait aux pieds l'orgueil de Platon, les presbytériens d'Écosse ne ressemblent pas mal à ce fier et gueux raisonneur, VOLT. Dict. phil. Presbytériens..
   Familièrement. Être gueux comme un rat, comme un rat d'église, comme un peintre, c'est-à-dire être fort pauvre.
   Chartier [l'éditeur d'Hippocrate et de Galien] est plus gueux qu'un pauvre peintre, dix mille écus ne payeront pas ses dettes, GUI PATIN Lett. t. II, p. 85.
   Tous ces blondins sont agréables.... la plupart sont gueux comme des rats, MOL. l'Av. III, 8.
   Qui n'a pas de quoi vivre selon son état ou ses désirs.
   Mais il aime sa fille et voudra s'informer ; S'il apprend qu'il est gueux ?, HAUTER. Bourg. de qual. IV, 5.
   Il est gueux, archigueux, TH. CORN. Comt. d'Orgueil, II, 1.
   Choisir un gendre gueux... ? - Taisez-vous, s'il n'a rien, Sachez que c'est par là qu'il faut qu'on le révère, MOL. Tart. II, 2.
   Quoique ses parents ne soient point gueux, SÉV. 148.
   [Ces fous] Qui, toujours assignant et toujours assignés, Souvent demeurent gueux de vingt procès gagnés, BOILEAU Épît. II.
   Riche, gueux, triste ou gai, je veux faire des vers, BOILEAU Sat. VII.
   C'est un duc assez malhonnête homme et fort gueux, MAINTENON Lett. à l'abbé Gobelin, 14 juillet 1669.
   Il s'offre deux partis, vous les chassez tous deux : Le premier est trop riche et le second trop gueux, REGNARD Distrait, I, 1.
   Grâce à moi [muse] qu'il rendit moins folle, D'être gueux il se consolait, BÉRANG. Épitaphe..
PROVERBE Un avare est toujours gueux, un avare se refuse le nécessaire.
   Il se dit des choses qui attestent la gueuserie. Un équipage gueux.
   Fig. Terme d'architecture. Corniche gueuse, corniche dénuée d'ornements.
   S. m. Celui qui fait métier de demander l'aumône. Mener une vie de gueux.
   Il rencontra un gueux couvert de pustules, les yeux morts, le bout du nez rongé...., VOLT. Candide, 3.
   Sages et fous, gueux et monarques, Apprenez un fait tout nouveau, BÉRANG. Parq..
   Il est jaloux comme un gueux de sa besace, il est très jaloux.
   Fig. C'est un gueux revêtu, se dit d'un homme de rien qui a fait fortune, et qui en est devenu arrogant.
   Fig.
   [Boileau] N'est qu'un gueux revêtu des dépouilles d'Horace, BOILEAU Sat. IX..
   Gueux fieffé, mendiant qui se tenait toujours à la même place.
   Gueux de l'ostière, mendiant qui allait de porte en porte.
   Au fémin. Une gueuse, une mendiante. Vieilli en cet emploi.
   Celui qui est dans la gêne, dont les ressources sont au-dessous de son état.
   C'étaient des gueux adorés des souverains et des peuples, que les consuls et les dictateurs de ce temps-là, BALZ. De la gloire..
   Diogène là-bas est aussi riche qu'eux [ceux qui entassent], Et l'avare ici-haut, comme lui, vit en gueux, LA FONT. Fabl. IV, 20.
   Un gueux qui, quand il vint, n'avait pas de souliers, Et dont l'habit entier valait bien six deniers, MOL. Tart. I, 1.
   Et tout gueux, quel qu'il soit, ne peut être qu'un sot, TH. CORN. D. César d'Avalos, I, 3.
   Mon maître ? fi donc ! voilà un plaisant gueux pour une fille comme Angélique !, LESAGE Crispin riv. de son maître, sc. 2.
   Je n'ai pas voulu te parler au logis, de peur que mon gueux de mari ne nous écoutât, BRUEYS Avoc. Pat. I, 2.
   Des gueux chantons la louange ; Que de gueux hommes de bien !, BÉRANG. Gueux..
   Ce qui a le caractère mesquin.
   Non de ces gueux d'avis dont les prétentions Ne parlent que de vingt ou trente millions, MOL. Fâcheux, III, 3.
   Terme de dédain qu'on applique à des gens de mauvaise apparence ou de mauvaise conduite.
   Je veux le faire, moi, mourir sous le bâton, Ou le gueux dès ce soir quittera ma maison, DESTOUCH. Glor. III, 8.
   Mandrin, suivi de cinquante gueux, met une ville entière à contribution ; dès qu'il est entré par une porte, on dit à l'autre qu'il vient avec quatre mille combattants et du canon, VOLT. Dict. phil. Population..
   Les petits gueux [des enfants en haillons] quittèrent aussitôt le jeu en laissant à terre leurs palets, et tout ce qui avait servi à leur divertissement, VOLT. Candide, ch. 10.
   Il se dit au féminin dans le même sens.
   N'est-ce pas là cette gueuse que vous chassâtes hier ?, BRUEYS Grondeur, II, 16.
   C'est du fond d'un vieux carrosse traîné par deux chevaux étiques, que cette gueuse de marquise m'a fait insulter par des laquais tout déguenillés, DANCOURT Chev. à la mode, I, 1.
   Particulièrement. Coquin, fripon. Méfiez-vous de cet homme, c'est un gueux.
   Au féminin. Très familièrement, une coquine, une femme qui vit mal.
   Monsieur, défiez-vous des gueuses de Paris, HAUTEROCHE Espr. foll. I, 1.
   La querelle [du fils aîné du comte d'Auvergne et du chevalier de Quélus] était venue pour du cabaret et des gueuses, SAINT-SIMON 43, 259.
   Gueux de, dans le langage populaire, s'emploie comme diable de. Une gueuse de souris qui m'empêche de dormir. Je souffre toujours de mon gueux de rhumatisme.
   S. m. pl. Les gueux, nom que prirent au seizième siècle les huguenots des Flandres, à l'occasion du discours peu mesuré de Marguerite de Parme, gouvernante des Pays-Bas, qui avait dit en parlant des seigneurs calvinistes que c'était des gueux qu'elle ne redoutait pas.
   Gueux de mer, s'est dit des marins hollandais qui armèrent à la Brielle, en 1572, pour faire la course contre les Espagnols.
   Gueux des bois, s'est dit, à la même époque, des paysans armés qui commencèrent à faire la guerre en partisans, pour fonder l'indépendance des Provinces-Unies.
   S. m. Espèce d'oiseau de mer.
   XVe s.
   Le duc, trois gueux pour sa cuisine, chascun compté par quatre mois, et doit le gueux en la cuisine commander, ordonner et estre obei, OL. DE LA MARCHE État de la maison de Charles le Hardy, t. II, p. 520, édit. PETITOT..
   XVIe s.
   Les gueux ont leurs magnificences et leurs voluptez, comme les riches, MONT. IV, 258.
   Et avons fait cognoistre que nous ne sommes pas des gueux, comme l'on disoit, et que nous avons plus de moyen et de force en main pour faire service au roy en son besoin que n'ont avec toute leur suitte et praticques ceux qui nous veulent exterminer, CONDÉ Mémoires, p. 679.
   L'exemple du XVe siècle prouve que gueux a signifié cuisinier et est une autre forme de queux (voy. queux). On peut aussi citer à l'appui ce passage de Voltaire : L'Europe fut inondée de ces dignités héréditaires, de maréchaux, de grands veneurs, de chambellans d'une province ; il n'y eut pas jusqu'à la grande maîtrise des gueux de Champagne qui fut une prérogative de famille, Moeurs, 70. Ce mot a passé, par dénigrement, des marmitons aux mendiants, aux mauvais sujets. Diez objecte que, si gueux représente queux, queux, qui représente coquus, n'a l's ou x qu'à titre de nominatif, que ces sortes d's ne comptent pas dans la dérivation, et qu'ainsi gueux n'aurait pu donner gueuser, gueuserie. Mais ces mots ne sont pas anciens et ils ont été formés en un temps où l's de gueux valait une lettre radicale. On a donné une origine hollandaise (guit, coquin) à la dénomination des gueux de Hollande ; il se pourrait en effet que cette dénomination fût indépendante du mot français ; cependant Schiller les appelle die Geusen, ce qui semble appuyer fortement l'étymologie française.
SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE
GUEUX. Ajoutez :
10°   Sorte de chaufferette.
   On a retrouvé une de ces chaufferettes en terre rouge dite gueux, et l'on suppose que la pauvre vieille s'était endormie dans son fauteuil ayant sous les pieds ce gueux qui a mis le feu à ses vêtements, le Droit, 10 nov. 1871.
   XVe s. Ajoutez :
   S'ele est fine [une dame], soyez songneux Que de ses fins tours vous gardez ; Car souvent les plus rouges gueux [les compagnons les plus roués] Y sont surprins, bien l'entendez, Chansons du XVe siècle, publiées par G. Paris, p. 129.
   XVIe s. Ajoutez :
   Une gueue qui avoit servi les confreres de hurlep [un mauvais lieu], Oeuvres facétieuses de Noël Du Fail, Paris, 1874, t. II, p. 282.
   Ajoutez : M. G. Paris, dans la note qui accompagne le passage cité ci-dessus des Chansons du XVe siècle, dit que gueux, au sens de cuisinier, cité dans l'historique comme d'Olivier de la Marche est certainement une faute de lecture pour queux. Cela paraît vraisemblable ; cependant il faudrait que le texte d'Olivier de la Marche fût vérifié sur les manuscrits. En attendant, écoutons M. G. Paris : il écarte de l'étymologie queux, et rapproche gueux de gayeux, employé avec le même sens dans le jargon de Villon ; l'étymologie de gueux ou gayeux est ignorée. Mais il reste toujours probable que gueux est une altération de queux, auquel un sens péjoratif aura été donné ; le féminin ancien gueue (et non gueuse), paraît plutôt se rapporter à queux, qui vient de coquus, qu'à gueux, qui viendrait on ne sait d'où.

Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré. . 1872-1877.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • GUEUX — LES Né de l’opposition sociale, politique et religieuse à l’autorité de Philippe II dans les Flandres et les Pays Bas du XVIe siècle, le mouvement des «gueux» exprime à la fois le mécontentement populaire, responsable de la flambée d’iconoclasme …   Encyclopédie Universelle

  • Gueux — can mean different things:* Les Gueux ( the Beggars ) and les Gueux de mer ( Sea Beggars ), name taken on during the Eighty Years War by the Dutch rebels against Spain. * Claude Gueux, short story by Victor Hugo * Reims Gueux a French racing… …   Wikipedia

  • Gueux — Surtout porté dans l Aube, paraît désigner celui qui est originaire de Gueux, nom d une commune de la Marne. Dans certains cas on envisagera aussi le mot gueux , sachant cependant qu il est apparu tardivement dans la langue (milieu du XVe siècle) …   Noms de famille

  • GUEUX — GUEUX, MENDIANT.     Tout pays où la gueuserie, la mendicité est une profession, est mal gouverné. La gueuserie, ai je dit au trefois, est une vermine qui s attache à l opulence; oui, mais il faut la secouer. Il faut que l opulence fasse… …   Dictionnaire philosophique de Voltaire

  • Gueux — País …   Wikipedia Español

  • GUEUX — EUSE. adj. Indigent, nécessiteux, qui est réduit à mendier. Ces gens là sont si gueux, qu ils n ont point de pain. C est une famille fort gueuse. Il est familier, et il marque plus de mépris que de pitié. Prov., Être gueux comme un peintre, être… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • gueux — I. GUEUX, [gu]euse. adj. Indigent, necessiteux, qui est reduit à mandier. Ces gens là sont si gueux qu ils n ont pas de pain. c est une famille fort gueuse. On le dit, De tous ceux qui sont extremement pauvres pour leur condition. Cet homme là n… …   Dictionnaire de l'Académie française

  • Gueux — Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom. Sur les autres projets Wikimedia : « Gueux », sur le Wiktionnaire (dictionnaire universel) La marche des Gueux, marche de plusieurs mois… …   Wikipédia en Français

  • Gueux — Original name in latin Gueux Name in other language Gueux State code FR Continent/City Europe/Paris longitude 49.25048 latitude 3.91024 altitude 96 Population 1453 Date 2012 01 18 …   Cities with a population over 1000 database

  • Gueux — Fr. /gue/, n. See Les Gueux. * * * …   Universalium


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.