-ment
   Suffixe qui donne à un adjectif la signification adverbiale, et qui est le latin mens, mentem, esprit, auquel les peuples romans ont attribué le sens de façon, manière. Ce suffixe est commun à toutes les langues romanes : provenç. men ou ment ; espagn. et ital. mente. Comme mens est du féminin, l'adjectif combiné avec lui pour faire l'adverbe a été mis au féminin : saintement, bonnement. L'ancienne langue écrivait et prononçait vraiement, hardiement, regléement, continuement ; ces e qu'elle ne prononce plus, la langue moderne les a supprimés, sauf dans les adverbes en ument, où l'orthographe varie, et tantôt supprime l'e muet, tantôt le remplace par un accent circonflexe. Dans l'ancienne langue, les adjectifs qui provenaient d'adjectifs latins à une seule terminaison pour le masculin et le féminin n'en avaient non plus qu'une seule pour les deux genres en français ; aussi disait-on loyalment, griement (pour griefment), etc. La langue moderne, oubliant l'origine latine et marquant par un e le féminin dans ces adjectifs, a dès lors avec raison dit loyalement, fortement, etc. Mais elle n'a pu être conséquente jusqu'au bout dans sa transformation des anciens adverbes ; les adjectifs en ens et en ans n'avaient, en raison de la latinité, qu'une même terminaison pour le masculin et le féminin, et leur adverbe prenait enment : prudenment. Naturellement ces adjectifs prirent l'e au féminin, quand l'assimilation eut tout gagné ; l'adverbe devait donc être reformé, et, en effet, le XVIe siècle le reforma, et il dit prudentement, etc. Mais cette forme, qui était devenue rationnelle, ne passa pas au delà du XVIe siècle ; la forme archaïque reprit faveur, et, par une inconséquence, on garda, dans prudemment et adverbes semblables, la trace d'une règle syntaxique qui n'existait plus (voy. mental).
   -MENT, suffixe nominal qui a le sens d'acte ou d'action : testa-ment, testa-mentum, docu-ment, docu-mentum, etc. ; mentum, c'est-à-dire men-tum, est une double forme participiale : men, sanscrit manas, qui est la forme moyenne, et tum, sanscr. ta, qui est la forme passive. Les mots comme tegumen, tegumentum, mettent en évidence cette composition.

Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré. . 1872-1877.

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”