fanal
(fa-nal) s. m.
   Feu qu'on allume durant la nuit au sommet des tours, à l'entrée des ports, le long des plages maritimes.
   Chercher sans boussole un fanal presque inaccessible, J. J. ROUSS. Prom. 3.
   Astre inutile à l'homme [la lune], en toi tout est mystère ; Tu n'es pas son fanal, et tes molles lueurs Ne savent pas mûrir les fruits de ses sueurs, LAMART. Harm. I, 10.
   Par extension.
   Dès que l'on verra sur le haut des montagnes Briller de loin en loin des fanaux allumés, LEMIERRE G. Tell, II, 8.
   Fig.
   Athènes étant comme le fanal de toute la terre, elle ferait éclater partout la gloire de ses actions, ROLLIN Hist. anc. Oeuv. t. VII, p. 189, dans POUGENS.
   Grosse lanterne dont on se sert à bord des vaisseaux.
   Au XVIIe siècle, les officiers généraux portaient trois fanaux à l'arrière, auxquels l'amiral en ajoutait un fixé à la grande hune ; alors tous les vaisseaux avaient un fanal derrière, JAL .
   En 1685, j'eus ordre d'aller à Rochefort armer le Bourbon [vaisseau de 3e rang] et de le mener avec quatre autres vaisseaux à Belle-Ile, pour y joindre M. de Preuilly ; je ne l'y trouvai point ; on me rapporta pourtant qu'il trouvait à redire qu'il y eût trois fanaux au Bourbon, et j'en fis ôter deux dès que je sus qu'ils blessaient sa délicatesse, Mém. de Villette, 1685, dans JAL.
   Le vaisseau que l'amiral montera portera le pavillon carré blanc au grand mât et les quatre fanaux, Ordonn. d'août 1681, liv. I, tit. I, art. 7.
   Il s'est dit, par extension, pour lanterne, réverbère.
   Aujourd'hui les spectacles journaliers, la foule des chars dorés, les milliers de fanaux qui éclairent pendant la nuit les grandes villes, forment un plus beau spectacle et annoncent plus d'abondance que les plus brillantes cérémonies des monarques du XVIe siècle, VOLT. Moeurs, 121.
   Ces fanaux que Louis XIV établit le premier dans Paris, qui ne sont pas même encore connus à Rome, éclairèrent pendant la nuit la ville de Pétersbourg, VOLT. Russie, II, 11.
   Faire fanal, allumer le fanal, ou marcher devant avec le fanal pour guider.
   Fig. Ce qui sert de guide, de lumière intellectuelle.
   Ces grandes vérités devinrent autant de fanaux à l'aide desquels on se dirigea dans les recherches scientifiques, Dict. de l'Acad..
   XVIe s.
   Flodoart, qui vivoit en ce tempslà, duquel j'use en tout ce discours comme d'un fanal pour me conduire dans les obscurités de cette histoire, PASQUIER dans le Dict. de DOCHEZ..
   Bas-lat. fanale, fanarium ; ital. fanale ; du grec brillant ; comparez falot 1.
SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE
   FANAL. - HIST. Ajoutez : XIVe s.
   Phanars prins pour faire feu de nuit, Mandements de Charles V, 1369, p. 322.

Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré. . 1872-1877.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • fanal — fanal …   Dictionnaire des rimes

  • fanal — fanal, aux [ fanal, o ] n. m. • phanal 1548; it. fanale, du gr. phanos « lumière » 1 ♦ Grosse lanterne devant servir de signal, fixée sur un véhicule. ⇒ 1. feu. « le petit fanal en haut du mât a l air d une grosse étoile se promenant parmi les… …   Encyclopédie Universelle

  • Fanal — (von italienisch fanale ‚Leuchte‘, ‚Fackel‘) kam im 18. bis 19. Jahrhundert als Bezeichnung für ein Leuchtfeuer von Italien nach Deutschland. Mit vereinbarten Rauch und Flammenzeichen übermittelte man bereits im Altertum, zum Beispiel bei den… …   Deutsch Wikipedia

  • fanal — FANAL. s. m. Espece de grosse lanterne, dont les vaisseaux se servent dans la navigation. Mettre le fanal au grand mast. il esteignit son fanal pour cacher sa route aux ennemis. la Reale de France porte trois fanaux à sa poupe. l Admiral porte… …   Dictionnaire de l'Académie française

  • fanal — FANÁL, fanale, s.n. (înv.) Felinar mare. – Din fr. fanal. Trimis de LauraGellner, 05.05.2004. Sursa: DEX 98  fanál s. n., pl. fanále Trimis de siveco, 10.08.2004. Sursa: Dicţionar ortografic …   Dicționar Român

  • fanal — Fanal, m. acut. Est une grande lanterne ayant une poincte ou lampe allumée, laquelle la galere capitainesse porte au haut de la pouppe, non ja pour esclairer de nuit aux autres galeres allants de conserve, mais à ce que toutes suyvent la route qu …   Thresor de la langue françoyse

  • Fanal — Sn Feuerzeichen, Wahrzeichen erw. fremd. Erkennbar fremd (18. Jh.) Entlehnung. Entlehnt aus frz. fanal Leuchtfeuer ; dieses aus it. fanale, und dieses auf nicht ganz klarem Weg aus gr. phānós Leuchte, Fackel .    Ebenso nndl. fanaal. ✎ DF 1… …   Etymologisches Wörterbuch der deutschen sprache

  • Fanal — »‹Feuer , Flammen›zeichen«: Das Wort wurde um 1800 aus frz. fanal »Leuchtfeuer, Feuerzeichen« (gleichbed. it. fanale) entlehnt, das seinerseits – vielleicht durch arab. Vermittlung – auf griech. phānós »Leuchte, Fackel« zurückgeht. Das griech.… …   Das Herkunftswörterbuch

  • fanal — sustantivo masculino 1. Área: marina Farol grande utilizado en puertos y embarcaciones: Se ha estropeado el fanal de proa. 2. Área: marina Luz para atraer a los peces en una embarcación de pesca. 3. Campana transparente p …   Diccionario Salamanca de la Lengua Española

  • Fanal — Fa nal , n. [F.] A lighthouse, or the apparatus placed in it for giving light. [1913 Webster] …   The Collaborative International Dictionary of English

  • Fanāl — (fr.), 1) Leuchtthurm; 2) Schiffslaterne, bes. 3) große, am Hintertheil des Schiffs; 4) Feuerzeichen, um bei einem plötzlichen feindlichen Anfall einer Vorpostenlinie od. der Winterquartiere die Truppen von demselben zu benachrichtigen; entweder… …   Pierer's Universal-Lexikon

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”