erréphore
(entrée créée par le supplément)
(è-rré-fo-r') s. f.
Terme d'antiquité. Femme portant les choses saintes dans une cérémonie religieuse.
   Il [le péplum de Minerve] était l'ouvrage des erréphores qui le brodaient de leurs mains virginales, L. DE RONCHAUD Journ. offic. 25 août 1872, p. 5689, 1re col..
   Des figures debout, lesquelles auraient toute la rectitude de cariatides ou d'erréphores, H. HOUSSAYE Rev. des Deux-Mondes, 1er fév. 1875.
   La traduction du grec est incertaine (à part la traduction du grec, qui porte) les uns voyant, dans la première partie du mot, une syncope du grec, secret : portant les choses secrètes ; les autres, le mettant en rapport avec le grec, fille de Cécrops, ou bien au sens de prémices : portant les prémices.

Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré. . 1872-1877.

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”