encourtiner
(an-kour-ti-né) v. a.
Garnir de courtines, de tapisseries, de rideaux.
   XIIIe s.
   Trestoute la grant rue estoit en courtinée, Berte, LXXXII.
   XVe s.
   Le dit eschafaut couvert de drap de haute lice, et encourtiné à maniere d'une chambre, FROISS. III, IV, 1.
   XVIe s.
   Nous tirons un prince du berceau encourtiné d'espines, d'elles armé et picqué tout ensemble, D'AUB. Hist. préf. VI.
   En 1, et courtine ; provenc. encortinar, espagn. incortinar ; ital. incortinare.

Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré. . 1872-1877.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • encourtiner — ⇒ENCOURTINER, verbe trans. Vx. Garnir de courtines, de tentures. Encourtiner une chambre, un hall; encourtiner de brocard, de cretonne, de serge. Qu il [le lit] soit encourtiné de brocard ou de serge (...). C est là que l homme naît, se repose et …   Encyclopédie Universelle

  • encourtiner — Encourtiner, C est ombrager, Obumbrare, Inumbrare. C est aussi tendre des courtines et tapisseries. Encourtiner un lict …   Thresor de la langue françoyse

  • encourtiner — Encourtiner. v. a. Enfermer avec les courtines, les rideaux d un lit. Il m a je ne sçay comment encourtiné. On dit plus souvent, s Encourtiner. Il s estoit encourtiné dans son lit. On ne le dit qu en plaisantant …   Dictionnaire de l'Académie française

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”