encourir
encourir 1.
(an-kou-rir) v. a.
   Il se conjugue comme courir.
   Tomber, par quelque méfait, sous le coup d'une pénalité. Encourir les peines portées par la loi. Encourir une amende.
   Ils ne doivent point encourir la peine de cette bulle, PASCAL Prov. 6.
   Le bon roi Robert encourut les censures de l'Église pour avoir épousé sa cousine, SAINT-FOIX Ess. Paris, Oeuvres, t. IV, p. 95, dans POUGENS.
   Par extension, s'exposer à.
   Je ne puis encourir de honte ni de blâme, TRISTAN Panthée, II, 1.
   Et je n'encourrais point.... Le reproche éternel de les avoir trahis, MAIR. Mort d'Asdrub. II, 1.
   Et si pour encourir votre indignation, ROTROU Vencesl. I, 1.
   XIIe s.
   À li armer encorent li plusor, Ronc. p. 53.
   XIIIe s.
   À ce que il craignent à encourre le vice de parjure, non pas tant seullement pour la paour de Dieu et de nous, mez pour la honte du monde, JOINV. 295.
   XIVe s.
   La publique honte que il encouroient, BERCHEURE f° 43, recto..
   Encourir la doubte d'estre en souspeçon de convoitier le royaume, BERCHEURE f° 30, recto..
   XVe s.
   Nous sommes obligés, par foi et serment et sur deux millions de florins à la chambre du pape, que nous ne pouvons emouvoir guerre au roi de France, sans estre encourus en cette somme, FROISS. I, I, 95.
   Je n'ai veu nulle occasion pourquoy plus tost il deust avoir encouru l'yre de Dieu, que de ce que..., COMM. v, 9.
   XVIe s.
   D'où le roy encourut sa derniere ruine, MONT. I, 23.
   [Que] celuy qui s'en venge encoure une peine capitale, ID. I, 119.
   Demetrius donc, après avoir esté trois ans confiné en ceste Chersonese, encourut d'oisiveté, de graisse et d'yvrongnerie, une maladie dont il mourut, AMYOT Démétr. 74.
   Il se faut bien donner garde de tirer trop fort, de peur d'encourir es accidents susdits, PARÉ XIII, 4.
   Provenç. encorre, encorrer ; espagn. incurrir ; ital. incorrere ; du latin incurrere, de in, en, et currere, courir.
————————
encourir (s') 2.
(an-kou-rir) v. réfl. qui n'est plus usité, mais qui l'a été durant tout le XVIIe siècle.
Se mettre à courir.
   Afin de la trouver, il s'encourt au trépas, RÉGNIER Plainte..
   Et dans la galerie, encor que tu lui parles, Il te laisse au roi Jean et s'encourt au roi Charles, RÉGNIER Sat. x..
   Il s'encourt tout transporté frapper à la porte de la chambre, SCARRON Roman com. I, 6.
   Ce discours fut à peine proféré, Que l'écoutant s'encourt et tout outré...., LA FONT. les Aveux indiscrets..
   On écrit aussi s'en courir, en trois mots (voy. courir).
   XIIIe s.
   Par là, soit esté, soit ivers, S'encorent dui flueves [fleuves] divers, la Rose, 8004.
   XVIe s.
   Brutus s'encourut incontinent sur la place, criant que son compagnon estoit traistre, AMYOT Public. 4.
   Berry, s'encourir, se mettre à courir ; de courir, non avec en, représentant le latin in, mais avec en, représentant inde, de là (voy. en 2).

Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré. . 1872-1877.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • encourir — [ ɑ̃kurir ] v. tr. <conjug. : 11> • XIVe; encorre XIIe; lat. incurrere ♦ Littér. Se mettre dans le cas de subir (qqch. de fâcheux). ⇒ mériter (cf. S exposer à). Encourir une amende, des peines très sévères. « Pour ces crimes, tu as encouru… …   Encyclopédie Universelle

  • encourir — Encourir. v. n. Attirer sur soy, meriter, tomber en &c. Ne se dit que des maux ou des peines qui viennent des puissances superieures. Encourir les peines portées par la loy. encourir les censures Ecclesiastiques. il a encouru excommunication.… …   Dictionnaire de l'Académie française

  • encourir — ENCOURIR. v. a. (Il se conjugue comme Courir.) Attirer sur soi, mériter, tomber en ... Il ne se dit que Des maux ou des peines qui viennent des Puissances supérieures. Encourir les peines portées par la Loi. Encourir les Censures Ecclésiastiques …   Dictionnaire de l'Académie Française 1798

  • encourir — grand deshonneur, Incurrere in dedecora. Encourir la male grace d aucun, Suscipere odium alicuius in re aliqua, Offensam alicuius suscipere aut subire. Encourir la male grace d aucun en disant son opinion, Aliquem alienare sententiis dicendis.… …   Thresor de la langue françoyse

  • ENCOURIR — v. a. (Il se conjugue comme Courir. ) Attirer sur soi, s exposer à. Il ne se dit qu en parlant De châtiments, de peines qui viennent d une puissance supérieure. Encourir les peines portées par la loi. Encourir une amende. Encourir la mort civile …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • ENCOURIR — v. tr. Attirer sur soi. Il ne se dit qu’en parlant de Châtiments, de peines qui viennent d’une puissance supérieure. Encourir les peines portées par la loi. Encourir le blâme. Il avait encouru l’excommunication. Sous peine d’encourir... Vous… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • démériter — [ demerite ] v. intr. <conjug. : 1> • XIIIe; de dé et mérite 1 ♦ (1636) Agir de manière à encourir le blâme, la désapprobation (de qqn). Vx Démériter de qqn, perdre son estime. Mod. Démériter auprès de qqn, aux yeux de qqn. L « idée de… …   Encyclopédie Universelle

  • blâme — [ blam ] n. m. • 1080; de blâmer 1 ♦ Opinion défavorable, jugement de désapprobation sur qqn ou qqch. ⇒ animadversion, censure, condamnation, 2. critique, désapprobation, grief, improbation, remontrance, répréhension, réprimande, réprobation,… …   Encyclopédie Universelle

  • disgrâce — [ disgras ] n. f. • 1539; it. disgrazia → grâce 1 ♦ Vieilli Perte des bonnes grâces, de la faveur (d une personne dont on dépend). ⇒ défaveur. « Lorsque tout tremble devant le tyran, et qu il est aussi dangereux d encourir sa faveur que de… …   Encyclopédie Universelle

  • impunément — [ ɛ̃pynemɑ̃ ] adv. • 1554; altér. de impuniment 1553, de impuni 1 ♦ Sans être puni, sans subir de punition. Voler, tuer impunément (cf. En toute impunité). On ne se moque pas de lui impunément. 2 ♦ (1691) Sans dommage pour soi, sans s exposer à… …   Encyclopédie Universelle

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”