abréger
(a-bré-jé. L'é se prononce è quand il est suivi d'une voyelle muette : j'a-brè-ge) v. a.
   Rendre bref, réduire à une moindre étendue, à une moindre longueur. Abréger le temps. Éclaircir et abréger le discours. Abréger une narration. Voulant abréger son humiliation.
   C'est un bienfait de Dieu d'avoir abrégé les tentations avec les jours de Madame, BOSSUET Duch. d'Orl..
   On croit qu'il expose les troupes : il les ménage en abrégeant le temps des périls par la vigueur des attaques, BOSSUET L. de Bourbon..
   Les plaisirs pris sans modération abrègent plus les jours des hommes que les remèdes ne peuvent les prolonger, FÉN. Tél. XVII.
   Cours par un prompt trépas abréger ton supplice, RAC. Mithr. II, 6.
   Mais aussitôt ma main, à moi seule funeste, D'une infidèle vie abrégera le reste, RAC. Andr. IV, 1.
   Je la voyais bientôt, abrégeant son absence, revenir empressée, DUCIS Oth. I, 5.
   Le cardinal de Richelieu avait abrégé ses jours par les inquiétudes qui le dévorèrent, VOLT. Moeurs, 177.
   Faire un abrégé. Cet auteur a abrégé lui-même son livre.
   Faire paraître moins long. La conversation abrége le chemin.
   Faire brève une syllabe. Quelques personnes abrégent l'o dans rôti, et disent roti.
   V. n. Chemin qui abrége.
   Faire court, s'exprimer en peu de mots. En abrégeant. Abrégeons. J'abrége et je poursuis.
   Pour abréger, la chose s'exécute, LA FONT. Rich..
   S'abréger, v. réfl. Devenir plus court. La vie, déjà si courte, s'abrége souvent par les excès de tout genre.
   XIIe s.
   Ne ne porreit mis cors soffrir Travail ne peine ne labor ; Kar dès or s'abregent mi jor ; Molt me vois mais afebleiant, BENOIT II, 8223.
   XIIIe s.
   Ains voil [je veux] ma parole abregier Por vos oreilles alegier, la Rose, 19671.
   Je ne puis souffrir à abregier le plain service qu'on tient de moi, BEAUM. XXVIII, 7.
   S'aucuns abrege le fief qui est tenu de li, BEAUM. XLV, 25.
   Se il viaut [veut] son plait abregier, Ass. de Jerus. I, 237.
   XIVe s.
   Ils lui dirent qu'il abregeast ses paroles, le Menagier, I, 9.
   XVe s.
   Temps sans honneur et sans vray jugement, Aage en tristour, qui abrege la vie, E. DESCHAMPS Temps présent..
   Elle [m'amie] m'a dit que je boy trop souvent Et que cela m'abregeroit la vie, BASSEL. 31.
   N'abregeons point nostre vie Par trop nous atedier, BASSEL. 46.
   On dit que ses ans il [le buveur] abbrege, BASSEL. 38.
   Avancezvous, prenez votre robe, abregez-vous [hâtez-vous] ; qu'il ne vous trouve ici, car vous seriez mort et moi aussi, LOUIS XI Nouv. 34.
   Pour abreger [bref], LOUIS XI ib. 75.
   XVIe s.
   Le ciel m'a esté si benin et si favorable que d'abrevier un long martyre, YVER 592.
   Il vouloit bien abreger son chemin et passer par lieux bien habités, AMYOT Ant. 52.
   Notaires, c'est à dire ecrivains qui par notes et lettres abregées figurent toute une sentence, AMYOT Caton d'Ut. 35.
   Provenç. et espagn. abreviar ; ital. abbreviare ; bas-lat. abbreviare ; de ad, indiquant la direction de l'action, et brevis, bref (voy. bref).

Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré. . 1872-1877.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • abréger — [ abreʒe ] v. tr. <conjug. : 3 et 6 • XIIe; bas lat. abbreviare, de brevis « bref » ♦ Rendre bref. 1 ♦ Diminuer la durée de. Abréger une visite, un repas. ⇒ écourter. « Son but était d abréger mes années de collège, en me préparant le plus… …   Encyclopédie Universelle

  • ABRÉGER — v. a. Rendre plus court. Ses débauches abrégèrent sa vie. Les chagrins ont abrégé ses jours. La méthode qu il a pour enseigner le latin, abrége de beaucoup le temps des études. Abréger une narration. Abrégez votre discours. Abréger un délai. J… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • ABRÉGER — v. tr. Rendre plus court. Ses débauches, ses chagrins abrégèrent sa vie. La méthode qu’il a pour enseigner le latin abrège de beaucoup le temps des études. Abréger une narration, un discours. Abréger un délai. Il s’emploie quelquefois absolument …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • abréger — фр. [абрэжэ/] сокращать, укорачивать ◊ abrégé [абрэжэ/] 1) сокращенно 2) трактура, управляющий механизм в органе …   Словарь иностранных музыкальных терминов

  • abréger — vt. abrèjé (Aix.017), abrézhî (Saxel), ABRÈZHÎ (Albanais.001, Annecy.003, Thônes, Villards Thônes), abrèzhyér (Montricher), C.1. C.1 Ind. prés. : (il) abrézhe (001,003), abréje (017) …   Dictionnaire Français-Savoyard

  • Abréger le temps. — См. Коротать время …   Большой толково-фразеологический словарь Михельсона (оригинальная орфография)

  • s'abréger — ● s abréger verbe pronominal être abrégé verbe passif Être réduit à une abréviation : « Autobus » s abrège en « bus » …   Encyclopédie Universelle

  • abrégement — ou abrègement [ abrɛʒmɑ̃ ] n. m. • 1304 ; « diminution de la valeur » 1283; de abréger ♦ Action d abréger. ⇒ raccourcissement. L abrégement d un texte. L abrégement du délai imparti. Abrégement d un mot. ⇒ abréviation, siglaison, troncation.… …   Encyclopédie Universelle

  • abrègement — abrégement ou abrègement [ abrɛʒmɑ̃ ] n. m. • 1304 ; « diminution de la valeur » 1283; de abréger ♦ Action d abréger. ⇒ raccourcissement. L abrégement d un texte. L abrégement du délai imparti. Abrégement d un mot. ⇒ abréviation, siglaison,… …   Encyclopédie Universelle

  • abrégé — [ abreʒe ] n. m. • 1305; de abréger 1 ♦ Littér. Représentation en petit. ⇒ raccourci, réduction. « La naine, un abrégé des merveilles des cieux » (Molière). 2 ♦ Spécialt Discours ou écrit réduit aux points essentiels. ⇒ résumé; digest; compendium …   Encyclopédie Universelle

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”