coupe


coupe
coupe 1.
(kou-p') s. f.
   Action de couper. La coupe d'un taillis. La coupe des foins se fait en juin. La coupe des cheveux, La coupe du gâteau qu'on fait pour le jour des Rois.
   Rien n'est plus efficace pour redresser les arbres et pour leur donner une tige droite et nette, que la coupe faite au pied, BUFF. Exp. sur les végét. 2e mém..
   Cette association puissante a tourné ses vues vers la coupe du bois, vers la multiplication des troupeaux, vers le coton et le cacao, mais principalement vers le tabac, RAYNAL Hist. Phil. XIII, 12.
   Vers le temps de la coupe des blés, on entendait au lever de l'aurore les petites sonneries de nos hameaux, CHATEAUB. Génie, IV, I, 1.
   Faire des coupes dans une substance, la couper en différents sens pour en examiner la structure.
   Il faisait d'une partie qu'il examinait toutes les coupes différentes qu'il pouvait imaginer, pour la voir de tous sens, FONTEN. Du Verney..
   Coupe, chaque tonsure qu'on donne aux étoffes de laine.
   Partie abattue d'une masse d'ardoise.
   Terme de menuiserie. Coupes carrées, celles qui se font dans une pièce de bois perpendiculairement à sa longueur.
   Coupe de bois, étendue de forêt abattue ou à abattre. Les coupes réglées sont les aménagements suivant lesquels on coupe chaque année une portion de bois déterminée.
   On a des bois en coupe réglée autant qu'on en peut consommer, J. J. ROUSS. Hél. V, 2.
   Le fripon qui me vola la moitié d'une coupe de bois, obtient de l'équité des juges un encouragement de 800 francs, P. L. COUR. I, 148.
   Coupe sombre ou d'ensemencement, opération qui consiste à enlever, dans un massif, une partie des arbres qui le composent, de manière à permettre à ceux qu'on laisse sur pied d'ensemencer ce sol au moyen des graines qu'ils produisent et qui se disséminent naturellement. Coupe claire, opération qui consiste à abattre une partie des arbres précédemment conservés afin d'habituer peu à peu le jeune recru à la lumière. Coupe définitive, opération qui consiste en l'extraction des derniers arbres laissés sur pied, quand la nouvelle forêt est assez vigoureuse pour n'avoir plus rien à redouter des influences atmosphériques. Coupe de nettoiement, opération qui consiste à enlever les pieds nuisibles, parasites, rachitiques. Coupe à tire et à aire, celle qui se fait sans rien laisser [en tirant, ôtant ce qui est sur l'aire, sur l'emplacement].
   Fig. Coupe réglée, prélèvement qui se répète régulièrement. Sous le premier empire la population de la France était mise en coupe réglée par la conscription. Mettre quelqu'un en coupe réglée, imposer à quelqu'un, d'une façon régulière, des privations, des sacrifices d'argent.
   Endroit où une chose a été coupée. Ce drap est beau à la coupe. La coupe d'un tronc d'arbre.
   À la coupe, loc. adv. À la condition de couper pour essayer. Acheter un melon à la coupe. On n'a reconnu qu'à la coupe la fausseté de cette pièce de monnaie.
   Terme d'architecture. Plan qu'on suppose couper l'intérieur d'une construction, pour en montrer les dimensions relatives et les détails intérieurs. Coupe perpendiculaire.
   Fausse coupe, assemblage qui se trace avec la sauterelle, sans le secours de l'équerre, ni de l'onglet. Fausse coupe, direction d'un joint de tête oblique à la douelle d'une voûte.
   L'art de tailler les pierres. La coupe des pierres est un art particulier.
   M. Desargues, qui était du petit nombre de mathématiciens de Paris, et M. Bosse, fameux graveur, avaient fait une première partie d'un traité de la coupe des pierres, matière alors toute neuve, FONTEN. Lahire..
   Action de couper le verre avec le diamant.
   Manière dont la coupe est pratiquée, disposition qui en résulte. La coupe de ce cintre est élégante et hardie. La coupe d'un habit.
   Par extension.
   Coupe de corps [du cygne] élégante, formes arrondies, gracieux contours, BUFF. Cygne..
   Dans sa coupe légère, avec solidité, Il réunit la force à la rapidité, DELILLE Imagin. V.
   On dit dans le même sens : la coupe du visage ; une coupe gracieuse du visage.
   Terme de marine. Fausse coupe, coupe manquée d'une pièce de bois ou d'une voile.
   Manière de découper les étoffes, les cuirs. On vante cet ouvrier pour l'habileté de sa coupe.
   Terme de marine. Maître de coupe, celui qui coupe les manoeuvres d'un bâtiment. Coupe des voiles, action, art de les tailler.
   Fig. Division, distribution. La coupe d'un poëme, d'un ouvrage.
   Arrangement des repos dans le vers, dans la phrase. La coupe d'un vers, d'une phrase. Les coupes du style.
   Un écrivain, qui a de l'oreille et assez d'art pour donner à son style le mouvement de la pensée ou du sentiment qu'il exprime, saura bien varier encore la coupe et le rhythme du vers, MARMONT. Élém. litt. Oeuvres, t. X, p. 472, dans POUGENS.
   Terme de jeu de cartes. Séparation qu'on fait en deux parties du jeu de cartes qu'un joueur a mêlé.
   Faire sauter la coupe, rétablir avec dextérité les deux paquets comme ils étaient avant d'avoir fait couper.
   Fig. Cet homme est heureux à la coupe, manière adoucie de dire qu'un homme triche au jeu.
   Être sous la coupe de quelqu'un, être le premier en carte, le premier après la coupe. Les joueurs ont souvent cette superstitieuse croyance qu'il y a des gens qui ont une coupe malheureuse, et ils ne veulent point être sous leur coupe.
   Fig. Être sous la coupe de quelqu'un, être dans sa dépendance, être exposé à son ressentiment.
   Chamillart et Tessé ne purent se résoudre à retomber une autre fois sous sa coupe [de Catinat], quelque généreux et chrétien qu'il se fût montré alors, SAINT-SIMON 180, 2.
   Un étranger qui n'a rien en France et peu sous une coupe étrangère et souvent ennemie n'était pas un parti aisé à établir, SAINT-SIMON 76, 247.
   Terme de gravure. Action et manière d'entamer la planche avec le burin.
10°   Terme de verrier. Quantité de verre en fusion que l'on prend pour faire une glace soufflée.
11°   Terme de maçonnerie. Espèce de petit canal qui, placé sous les appuis de croisée, sert à l'écoulement des eaux.
12°   Manière de nager, qui, consistant à porter, alternativement et avec force, chaque bras en avant et à le ramener le long du corps, d'avant en arrière, coupe l'eau rapidement. Nager à la coupe. Faire la coupe.
   XIVe s.
   Se les coustumiers abatent hois et ne font bien la coppe, Ordonnances des rois, t. VII, p. 776.
   XVe s.
   De telle façon que la chemise paroissoit, et estoient ces coupes [manches découpées] touttes attachées avec un grand ruban, GODEFROY Observ. sur Charles VIII, p. 710, dans LACURNE.
   XVIe s.
   La garenne sera complantée de plusieurs especes d'arbres de coupe, O. DE SERRES 410.
   Vendre à la coupe, OUDIN Dict..
   Le vers françois lié et enchainé est contraint de se rendre en ceste estroite prison de rithme sous la garde le plus souvent d'une couppe feminine, facheux et rude geolier et incogneu des autres vulgaires, DUBELLAY p. 31, dans LACURNE.
   Voy. couper.
————————
coupe 2.
(kou-p') s. f.
   Vase à boire, ordinairement plus large que profond.
   C'est de ma main qu'il prend et l'encens et la coupe, CORN. Cinna, I, 3.
   Recevez de ma main la coupe nuptiale, CORN. Rodog. V, 3.
   César prend le premier une coupe à la main, RAC. Brit. V, 5.
   Hérodote parle de six coupes d'or qui pesaient trente talents, ce qui montait à près d'un million, ROLLIN Hist. anc. t. II, p. 110, dans POUGENS.
   La céleste troupe Dans ce jus vanté Boit à à pleine coupe L'immortalité, J. B. ROUSS. Cantate 9.
   Après avoir distribué des coupes aux convives et fait des libations, on apportait le premier service qui commençait ordinairement par des oeufs frais, et on finissait le second par des fruits, d'où est venue l'expression ab ovo usque ad mala, pour dire du commencement à la fin, CONDILLAC Hist. anc. XI, 3.
   La coupe aux larges bords est vide en un moment, DELILLE Énéide, I.
   Tu peux jeter ta coupe, orgueilleux Diogène, Et boire dans tes mains ; moi je garde la mienne, DELILLE Imagin. VI.
   Il se dit surtout en poésie.
   Fig.
   Et d'enfants à sa table une riante troupe Semble boire avec lui la joie à pleine coupe, RAC. Esth. II, 9.
   Vous versez sur nos villes et sur nos provinces la coupe de vos fureurs, MASS. Avent, Dispos. à la comm..
   Il a versé sur nous la coupe de sa fureur, MASS. Car. Mot. de conv..
   La bouche du jeune convive [l'enfant qui n'a point encore de dents] n'est point armée, de peur de blesser la coupe du banquet maternel [le sein, le mamelon], CHATEAUB. Génie, I, VI, 5.
   Tous les hôtes qui ont bu avec moi la coupe de la joie, CHATEAUB. Mart. II, 289.
   Chez l'étranger la mort l'atteint ; Qu'il dut trouver sa coupe amère !, BÉRANG. Convoi de David..
   Boire la coupe jusqu'à la lie, souffrir une humiliation, une infortune complète.
   La partie de la communion de l'Eucharistie qui se fait avec le vin qu'on met dans la coupe. Le concile de Constance a retranché la coupe aux laïques qui en avaient autrefois l'usage.
   Le commandement pour tous les fidèles de participer à la coupe, BOSSUET Comm..
   Quant au désir qu'il a du rétablissement de la coupe, BOSSUET Déclar..
   Terme d'architecture. Coupe de fontaine, petit bassin en marbre ou en pierre, recevant l'eau du jet.
   Partie concave d'une voûte ronde, qui se nomme autrement coupole, d'après les Italiens.
   Donner plus ou moins de coupe aux joints des voussoirs d'un arc, en rendre l'inclinaison plus ou moins forte.
   Terme d'astronomie. Constellation de l'hémisphère austral.
   La fausse coupe, certaine partie d'un calice. Les calices seront marqués et contre-marqués au bouge, fausse coupe et couvercle, Règlem. orfévr. 30 déc. 1679.
   XIIe s.
   Lores pristrent la lance e la cupe ki fud al chief Saül ; si s'en alerent, Rois, 104.
   XIIIe s.
   Li bacin sont andui d'or fin ; Em pior [pire] coupe met on vin, Partonop. V. 975.
   Li coupiers ert ciers et vaillans, D'escarboucles resplendissans, Fl. et Bl. 91.
   Et li rois Uters avoit devant lui une moult bele coppe d'or, Merlin, 58, verso.
   XIVe s.
   Lors lui ala de vin si largement verser Que la coupe convint par dessus suronder, Guesclin. 153, 174.
   Une couppe d'argent doré à porter le corps nostre Seigneur, DU CANGE coppa..
   Une coupe couverte, dorée et esmaillée, et au fonds de ladicte coupe a une ymage de saint Martin, DE LABORDE Émaux, p. 230.
   Une autre couppe où il a par dedans une fleur de lys enlevée, et est le couvescle semé d'esmaulx à un clocher par-dessus, DE LABORDE ib..
   XVe s.
   Le suppliant ala acheter une cope [sorte de mesure] de sel pour saler le potage, DU CANGE copa..
   Picard, cope ; provenç. espagn. et portug. copa ; ital. coppa ; du latin cuppa ou cupa (voy. aussi CUVE).
SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE
2. COUPE. Ajoutez :
   Terme de turf. Prix décerné dans les courses anglaises.

Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré. . 1872-1877.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • coupé — coupé, ée 1. (kou pé, pée) part. passé. 1°   Tranché. •   Rome a pour ma ruine une hydre trop fertile ; Une tête coupée en fait renaître mille, CORN. Cinna, IV, 3. •   Et n y voyant qu un tronc dont la tête est coupée, CORN. Pomp. V, 1.    Avoir… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • Coupe D.O.M. — Coupe D.O.M. was a cup played by clubs from French Guyana, Guadeloupe, Martinique, Mayotte and Réunion. D.O.M. stands for Départements d Outre Mer, which includes French Guyana, Guadeloupe, Martinique, Réunion and Mayotte. The other D.O.M., Saint …   Wikipedia

  • coupe- — ❖ ♦ Premier élément de composés, formé sur le verbe couper. Voir à l ordre alphabétique; cf. aussi Coupe douilles, n. m. invar. || « des armes (…), des sertissoirs, des coupe douilles » (Masson, Drugstore, p. 64); coupe tomates, n. m. pl. || « Je …   Encyclopédie Universelle

  • coupe-cu — COUPE CU. s. m. Il se dit au Lansquenet, quand celui qui donne ne fait pas une seule carte, et amène la sienne la première. Il vieillit. On dit présentement Coupe gorge. [b]f♛/b] On dit, Jouer à coupe cu, pour dire, Ne jouer qu un coup, qu une… …   Dictionnaire de l'Académie Française 1798

  • Coupé — Sn (ein Sportwagentyp u.a.) per. Wortschatz fach. (18. Jh.) Entlehnung. Entlehnt aus frz. Coupé m., eigentlich abgeschnittener/abgeteilter Gegenstand , dem substantivierten PPrät. von frz. couper abschneiden . So bezeichnet wird im Französischen… …   Etymologisches Wörterbuch der deutschen sprache

  • coupé — Coupé, [coup]ée. part. Il a les mesmes sign. que son verbe. On appelle, Pays coupé, Un pays qui est traversé de fossez, de canaux, & de rivieres. Style coupé, Est un style dont les periodes sont courtes, & peu liées. On dit d Une stance, qu Elle… …   Dictionnaire de l'Académie française

  • coupe — coupe découpe recoupe soucoupe surcoupe …   Dictionnaire des rimes

  • coupe — (n.) 1834, from Fr. coupe (18c. as a noun), originally pp. of couper to cut (in half) (see COUP (Cf. coup)). Modern use is from early 19c. carrosse coupe cut off carriage, a shorter version of the berlin, minus the back seat. First applied to… …   Etymology dictionary

  • coupé — {{/stl 13}}{{stl 7}}[wym. kupe – akcent na ostatniej sylabie] {{/stl 7}}{{stl 8}}rz. n ndm {{/stl 8}}{{stl 7}} typ karoserii samochodu dwu lub czteroosobowego, z dwojgiem drzwi i dachem dość znacznie pochylonym ku tyłowi; także model samochodu… …   Langenscheidt Polski wyjaśnień

  • coupé — (also coupe) ► NOUN ▪ a car with a fixed roof, two doors, and a sloping rear. ORIGIN originally denoting an enclosed carriage for two passengers and a driver: from French carrosse coupé cut carriage …   English terms dictionary


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.