condamner


condamner
(kon-da-né) v. a.
   Terme de jurisprudence. Prononcer un jugement contre quelqu'un. Condamner quelqu'un à la mort, à l'exil, aux dépens, à l'amende.
   Dieu condamne et punit ceux qui l'offensent, LA BRUY. XVI.
   .... Un peuple infortuné Qu'à périr avec moi vous avez condamné, RAC. Esth. III, 4.
   L'un défenseur zélé des bigots mis en jeu Pour prix de ses bons mots le condamnait au feu, BOILEAU Épît. VII.
   En style judiciaire, on dit condamner en, quand il s'agit d'une somme d'argent. La cour l'a condamné en mille francs d'amende. C'est un archaïsme.
   On a dit condamner de, en place de condamner à, qui est seul usité présentement.
   Quelqu'un vient d'être condamné en justice de payer pour un autre, LA BRUY. Théophr. 12.
   Par extension, il se dit des choses qui portent condamnation. Voilà les preuves qui l'ont condamné.
   Condamner un livre, en parlant des tribunaux ecclésiastiques ou civils, en interdire la lecture et en ordonner la saisie ou la destruction.
   Fig. Réduire, astreindre, vouer. Ses fonctions le condamnent à une extrême assiduité. Il est condamné par ses infirmités à quitter le service militaire.
   Un rigoureux devoir me condamne au silence, RAC. Mithr. II, 6.
   Quel champ couvert de morts me condamne au silence ?, RAC. Iphig. IV, 4.
   Apprendre à quel mépris Titus l'a condamnée, RAC. Bérén. III, 2.
   Est-ce qu'à faire peur on veut vous condamner ?, BOILEAU Sat. X..
   Par analogie, blâmer, désapprouver, réfuter.
   Polydamas a condamné les entreprises d'Adraste, il en a prévu les suites funestes, FÉN. Tél. XXI.
   Vous-même condamnant vos injustes desseins, Tantôt à vous parer vous excitiez mes mains, RAC. Phèd. I, 3.
   Je condamnai mes pleurs, et jusques aujourd'hui Je l'ai pressé de feindre et j'ai parlé pour lui, RAC. Baj. I, 4.
   Des témoins de sa mort viennent à tous moments Condamner votre doute et vos retardements, RAC. Mithr. I, 3.
   Je condamnai les dieux ; et, sans plus rien ouïr, Fis voeu sur leurs autels de leur désobéir, RAC. Iphig. I, 1.
   Je ne vois que malheurs qui condamnent les dieux, RAC. Andr. III, 1.
   Condamner de..., taxer, accuser.
   Les ornements ne la font point condamner de trop d'artifice, CORN. Ex. de Cinna..
   Il n'oserait condamner d'aucun péché un homme qui ...., PASC. Prov. 7.
   Et c'est trop condamner ma bouche d'imposture, MOL. Tart. IV, 3.
   Ne me condamnez point d'un deuil hors de saison [ne m'accusez pas d'avoir un deuil hors de saison], MOL. Sgan. 16.
   Le peu de théologiens qui s'opposent à ce concours sont condamnés de témérité par tous les autres, BOSSUET Libre arb. 8.
   Condamner un malade, prononcer qu'il ne réchappera pas de la maladie dont il est atteint.
   Ils attendent que les médecins les aient condamnés, BOSSUET II, Pénit. 3.
   Est-il quelque espérance [pour le duc de Berry blessé] ? Hélas ! un lugubre silence A condamné son triste époux [de la duchesse], V. HUGO Odes, I, 7.
   Terme de marine. Condamner un navire, le rayer, comme trop vieux, de la liste des navires qui peuvent faire un service actif ; décider qu'il ne prendra plus la mer, qu'il servira de ponton, ou qu'il sera démoli.
   Condamner une porte, une fenêtre, la clore de manière qu'elle ne puisse être ouverte.
   On condamna la cave, on ferma la cuisine, BOILEAU Sat X..
   Quand par votre ordre exprès elle a vu travailler Ce maudit serrurier venu pour nous griller, Qu'elle a vu ces barreaux et ces grilles paraître Dont ce noir forgeron condamnait sa fenêtre...., REGNARD Folies amour II, 6.
   Se condamner, v. réfl. Être condamné.
   Car, selon l'intérêt, le crédit ou l'appui, Le crime se condamne ou s'absout aujourd'hui, RÉGNIER Sat. III.
   Donner des preuves contre soi. Il se condamne par son propre récit.
   Se condamner l'un l'autre.
   Au dernier jour, tous vos auteurs s'élèveront en jugement les uns contre les autres, pour se condamner réciproquement dans leurs effroyables excès contre la loi de Jésus-Christ, PASC. Prov. 13.
   S'astreindre, s'obliger.
   Il se condamnait, en rendant les sceaux, à rentrer dans la vie privée, BOSSUET le Tellier..
   Quelle serait la puissance des rois s'ils se condamnaient à en jouir tout seuls ?, MASS. Pet. Car. Humanité..
   XIIe s.
   [Ils] Cuveiterunt en l'aneme [âme] del juste, e sanc nunnuisant [innocent] condemnerunt, Liber psalm. p. 138.
   XIIIe s.
   Li apostoles assanla [assembla] un grant concille pour condempner l'empereour, Chr. de Rains, 127.
   Et maistres Pierre de la Vigne revint de Lions, et conta à l'empereour coment il estoit condempnés de tiere, ib..
   Tuit cil qui moerent avant qu'il soient condampné de vilain cas de crieme, BEAUMANOIR VII, 8.
   XIVe s.
   Aucuns dotteurs font ici ceste question assavoir mon se le juge doit condempner celui que il scet certainement estre innocent, ORESME Eth. 162.
   Il condempne un larron à mort non pas comme prestre mais comme juge, ORESME ib. 164.
   XVe s.
   Le pape et les prelats contournerent du tout la roine d'Angleterre et condamnerent en son tort, et mirent le roi d'Angleterre et son conseil à son droit, FROISS. I, I, 11.
   Mais encore ne volt il mie [Piètre du Bois] le pont condamner [fermer] de tous points, FROISS. II, II, 176.
   Et ainsi se condempna le roy en ceste amende, congnoissant qu'il avoit trop parlé, COMM. IV, 10.
   XVIe s.
   Gardons-nous d'imposer le nom de justice aux oeuvres qui sont condamnées de pollution par la bouche de Dieu, CALV. Instit. 609.
   Estre condemné à mort, MONT. I, 54.
   Ceux qui condemnent les punitions capitales aux heretiques [ceux qui blâment ces condamnations], MONT. I, 55.
   Prins et condemné à la mort, MONT. I, 65.
   J'ay tousjours accusé d'impertinence ceulx qui condamnent ces esbattemens, MONT. I, 198.
   Condamner ces choses impossibles, c'est se faire fort de...., MONT. I, 202.
   Les condamnez qui attendoient l'execution...., MONT. II, 39.
   Ceux qui condamnent les autres par orgueil, il avient après que Dieu les condamne par justice, LANOUE 72.
   Ne retirant point du tout nostre dilection de leurs personnes, encore que leurs erreurs et meschancetez soient condamnées de nous, LANOUE 76.
   On en condamne aussi quelques uns d'aller aux guerres de Barbarie, LANOUE 256.
   Quant à moy je ne veulx point ainsi rejetter ny condemner une histoire si renommée, AMYOT Solon, 56.
   Il condemna les Corinthiens en une amende de vingt talents envers eulx, AMYOT Thém. 45.
   On feit condemner et murer la porte de l'estuve, AMYOT Cimon, 5.
   En quoy il ne merite point d'estre blasmé ny condemné d'ingratitude, ains...., AMYOT Pomp. 29.
   Le roi fit condamner de pierres et autres meubles la porte ordinaire, D'AUB. Hist. III, 151.
   Tel a bonne cause qui est condempné, COTGRAVE .
   Provenç. condampnar ; espagn. condemnar ; ital. condennare, condamnare ; du latin condemnare, de cum, et damnare (voy. damner).

Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré. . 1872-1877.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • condamner — [ kɔ̃dane ] v. tr. <conjug. : 1> • XVIe, par attract. de damner; condemnerXIIe; lat. condemnare 1 ♦ Frapper d une peine, faire subir une punition à (qqn), par un jugement. Condamner un coupable. On l a condamné à payer une amende, à une… …   Encyclopédie Universelle

  • condamner — Condamner, Condemnare, Damnare. Condamner avant, ou devant, Praedamnare. Faire condamner, Condemnare dicitur accusator reum. Il a fait condamner sa partie par justice, Reum damnauit ad iudicem. B. Faire condamner sa partie à l amende, et és… …   Thresor de la langue françoyse

  • condamner — CONDAMNER. v. act. Donner un jugement contre quelqu un. Condamner un criminel. Condamner à mort, à la mort, au fouet, aux galères, au bannissement. Condamner aux dépens, àl amende. f♛/b] Il signifie aussi Blâmer, désapprouver, rejeter. Il… …   Dictionnaire de l'Académie Française 1798

  • condamner — Condamner. v. a. Donner un jugement contre quelqu un. Condamner un criminel. condamner à la mort, au foüet, aux galeres, au bannissement. condamner aux despens, à l amande. Il signifie aussi, Blasmer, desapprouver, rejetter. Il condamne tout ce… …   Dictionnaire de l'Académie française

  • CONDAMNER — v. a. Prononcer un jugement contre quelqu un. Condamner un criminel. Condamner quelqu un à mort, à la mort, aux travaux forcés, à la réclusion, au bannissement. Condamner aux dépens, à l amende. Il fut condamné à lui payer telle somme. Être… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • CONDAMNER — v. tr. Déclarer par un jugement que quelqu’un est coupable d’un crime, d’un délit. Condamner un criminel, Condamner quelqu’un à mort, à la mort, aux travaux forcés, à la réclusion, au bannissement. Condamner aux dépens, à l’amende. Il fut… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • condamner — vt. (un coupable, un malade...) ; réduire, (à attendre qq.) ; réprouver, désapprouver, rejeter : KONDANÂ (Albanais, Annecy, Bellecombe Bauges, Chambéry, Saxel.002, Tignes, Villards Thônes). E. : Réprimander, Sanctionner. A1) condamner (en… …   Dictionnaire Français-Savoyard

  • condamner — (v. 1) Présent : condamne, condamnes, condamne, condamnons, condamnez, condamnent ; Futur : condamnerai, condamneras, condamnera, condamnerons, condamnerez, condamneront ; Passé : condamnai, condamnas, condamna, condamnâmes, condamnâtes,… …   French Morphology and Phonetics

  • Condamner sa porte — ● Condamner sa porte déclarer qu on ne recevra plus quelqu un, ou qu on ne recevra personne …   Encyclopédie Universelle

  • Il ne faut pas condamner sans entendre. — См. Не спеши карать, спеши выслушать. Il ne faut pas condamner sans entendre. См. Не спеши карать, спеши выслушать …   Большой толково-фразеологический словарь Михельсона (оригинальная орфография)


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.