clore
(klo-r') v. a.
   Usité seulement dans les formes suivantes : je clos, tu clos, il clôt ; je clorai ; je clorais ; clos ; que je close ; clos, close.
   Boucher ce qui est ouvert. Clore les passages.
   Je sais qu'il fit trancher et clore ce conduit Par où ce grand secours devait être introduit, CORN. Pomp. V, 3.
   Dans la vannerie, clore une corbeille, serrer l'osier avec un fer.
   Clore l'oeil, la paupière, dormir.
   Ne pouvant clore l'1oil, se plaignait en pleurant, RÉGNIER Dial..
   Il ne connaissait plus le sommeil, et la froide main de la mort pouvait seule lui clore les yeux, BOSSUET le Tellier..
   Fig. Clore la bouche à quelqu'un, l'empêcher de parler, le réduire à ne pouvoir répondre.
   Mais la naïveté.... Clôt-elle pas la bouche à leur impiété ?, MALH. I, 1.
   Enclore. Clore une ville, un jardin.
   Fig. Terminer. Clore un marché.
   Quand j'aurai clos mon dernier jour, MALH. V, 20.
   Oui, seigneur, cette heure infortunée Par mes derniers soupirs clora ma destinée, CORN. Nicom. IV, 1.
   J'écris quelques pages sur votre compte ; vous clorez, s'il vous plaît, le siècle de Louis XIV ; car vous êtes né sous lui, VOLT. Lett. duc de Richelieu, 25 oct. 1761.
   Qui empêche, quand on s'aperçoit de la fuite du bonheur, de clore la vie ?, CHATEAUB. Natch. II, 157.
   Déclarer terminé. Clore une discussion dans une assemblée.
   Dans les exercices de la chevalerie, clore le pas, terminer le tournoi, par opposition à ouvrir le pas, commencer le tournoi.
   V. n. Cette porte, cette fenêtre ne clôt pas.
   Lorsque le jour allait clore, CHATEAUB. Amér. 67.
   Se clore, v. réfl. Être clos. Un oeil qui se clôt.
   Des grammairiens se sont plaints qu'on laissât sans raison tomber en désuétude plusieurs formes du verbe clore. Pourquoi en effet ne dirait-on pas : nous closons, vous closez ; l'imparfait, je closais ; le prétérit défini, je closis, et l'imparfait du subjonctif, je closisse ? Ces formes n'ont rien de rude ni d'étrange, et il serait bon que l'usage ne les abandonnât pas.
   CLORE, FERMER. Fermer, qui vient de firmare, rendre ferme, assurer, fortifier, s'est substitué peu à peu à tous les emplois de clore qui, venant de claudere, était, à l'origine, le mot propre. Aussi, malgré l'étymologie, n'y a-t-il guère de différence qu'en ce que le premier est d'un usage général, tandis que le second est d'un emploi restreint. Qu'on prenne toutes les locutions, et l'on verra que les nuances sont insaisissables. On ferme ou on clôt un jardin de murs ; le sommeil nous ferme ou nous clôt les yeux ; le président ferme ou clôt la discussion ; cette porte ne ferme pas bien ou ne clôt pas bien (pourtant on dira, avec une nuance : cette porte ferme bien, mais elle ne clôt pas ; c'est-à-dire les verrous en sont solides, mais elle laisse des jours). En un mot, fermer, prenant le sens de clore, s'est partout substitué à lui, excepté dans quelques locutions toutes faites : à huis clos, et non à huis fermé ; nuit close, et non nuit fermée ; le propriétaire de la maison est obligé de tenir le locataire clos et couvert, et non fermé (ici fermé ferait presque un contre-sens). En revanche, ce serait un autre contre-sens que de dire à quelqu'un de clore la porte, au lieu de fermer la porte, parce qu'on veut dire l'arrêter par le pêne ou par un loquet, non pas la clore. En somme, c'est l'effet naturel d'un mot impropre qui se substitue à un mot propre, d'en prendre la plupart des significations et pourtant de ne pas le chasser des locutions traditionnelles.
   XIIe s.
   Sire [il] fu de Illande, une terie où mers clot, Sax. XVII.
   Plus a fierté Herupe et Bretaigne et Touraine Que tous li remenanz que mers cloe et açaine, ib. XXX.
   De ci que il out parfait sun palais e le temple nostre seignur, e clos le mur envirun Jerusalem, Rois, 233.
   XIIIe s.
   Ces haus murs et ces riches tours dont la vile estoit close, VILLEH. LXI.
   Lors se clostrent li nostre de lices par defors, VILLEH. CLIII.
   Et si ot molt bele maison, Close de haut mur environ, Lai du trot.
   Por la destrece de mort cloudrent [se fermèrent] mi oeil, Psautier, f° 106.
   Ançois doivent li auditeur clorre et seeler ce qui est fet et aporter en jugement, BEAUMANOIR VI, 15.
   Et nous n'avons point de demain, Quar li termes vient et aprouche Que la mort nous clorra la bouche, RUTEB. 97.
   Li roys fist clorre tout l'ost de grans fossés, JOINV. 218.
   Et commanda le roy que l'en clousist nostre ost de fossés, JOINV. 221.
   Et jà parole ne fust née, Se bouche fust close tous jours, Denier et brebis, dans JUBINAL, t. II, 264.
   XIVe s.
   Son sanc est ou cuer et es euls [yeux] qui sont gros, et ne les clot onques, ORESME Eth. 23.
   XVe s.
   Pour eux tollir et clorre le pas de la mer [aux assiégés de Calais], FROISS. I, I, 315.
   Où ils cloyoient la plus part de l'ost, COMM. I, 2.
   Commanderent qu'on amenast le charroy là où nous estions et que on nous cloyst, et ainsi fut fait, COMM. I, 4.
   Avant que le roy prist Arras, la ville cloyoit contre la cité, et y avoit grans fossez et grandes murailles entre deux, ainsi la cité estoit bien close, COMM. VI, 6.
   Je vous supplie que vous cloyez les fenestres, afin que nous soyons plus secretement, LOUIS XI Nouv. XCVIII.
   XVIe s.
   .... Car crainte et doubte alors Luy cloent le bec, contemplant les richesses, J. MAROT V, 266.
   Mais mieux me vaut rendre ma lettre close, MAROT II, 23.
   Clouez tout court, rentrez de bonne sorte : Maistre passé serez certainement En un rondeau, MAROT II, 373.
   En liberté maintenant me pourmaine, Mais en prison pourtant je fus cloué, MAROT II, 425.
   Cela n'eust pu sembler autre chose que battre l'air à clos yeux, CALVIN 26.
   Juppiter s'excusoyt, remonstrant que tous ses benefices estoyent distribuez, et que son estat estoyt clouz, RAB. Pant. III, 33.
   Le soleil levant, il s'espanouit ; soy cachant, il se cloust, RAB. ib. III, 50.
   Clore et plier une lettre, MONT. I, 293.
   Il ne m'est onques advenu de trouver la bourse de mes amis close, MONT. I, 312.
   Je m'en vais clore ce pas par un verset ancien que...., MONT. I, 336.
   Tel en camp clos, qu'en une battaille, MONT. II, 7.
   Elle appelle ses filles pour luy clorre les yeulx, MONT. II, 41.
   Le gardans de pouvoir clorre l'oeil, en le contraignant par toute voye et tout moyen de veiller et demourer sans dormir, AMYOT P. Aem. 59.
   Ilz avoient conspiré entre eulx, que le premier jour que les Romains sortiroient, ilz leur clorroient la porte à la cueue, AMYOT Marcel. 14.
   Pour clorre le chemin à ses ennemis..., AMYOT Sylla, 46.
   Il se jettoit à clos yeux au danger, AMYOT Phocion, 8.
   Quand se vint à la nuict close, que l'on ne voyoit desjà plus goutte, AMYOT César, 41.
   Jusques à ce que les ennemis vindrent à monter sur les remparts qui clouoient son camp, AMYOT ib. 60.
   Fermant la bouche à la raison, et clouant les yeux à l'imagination du peril, AMYOT Pomp. 85.
   Qu'elle tienne son halaine par intervale, en clouant le nez et la bouche, PARÉ t. II, p. 629.
   Nous fismes un contract ensemble l'autre jour, Que tu me donnerois mille baisers d'amour, à levres demi-closes, RONS. 810.
   Berry, clouer ; picard, cloer, cloure ; provenç. claure, clauzer, clure ; anc. catal. cloir ; ital. chiudere ; du latin claudere. L'ancien français disait il clot et il cloe, nous cloons, il clooit ; d'où la confusion qui s'est faite, pour le son, avec clouer.
SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE
   CLORE. - HIST. XVIe s. Ajoutez :
   Vray est que la rigueur de l'inquisition les fait tenir [les Espagnols] clos et couverts [peu communicatifs], GUY COQUILLE Dialogue sur les causes des misères de la France, Oeuvres, éd. de 1666, t. I, p. 259.
(voy. à CLOS 1, n° 2, un emploi semblable de clos et couvert en des auteurs plus récents).

Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré. . 1872-1877.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • clore — [ klɔr ] v. tr. <conjug. : 45> • XIIe; lat. claudere 1 ♦ Vx ou littér. Boucher (ce qui peut s ouvrir) pour empêcher l accès. ⇒ fermer. Vieilli Clore le bec à qqn. 2 ♦ Vieilli Entourer d une enceinte. ⇒ enclore, enfermer. Ligne de… …   Encyclopédie Universelle

  • clore — CLORE. v. a. Ce verbe, quant aux temps simples, n est en usage qu aux trois personnes du singulier du présent de l indicatif, Je clos, tu clos, il clôt; au futur de l indicatif, Je clorai; et au conditionnel présent, Je clorois. Fermer, faire que …   Dictionnaire de l'Académie Française 1798

  • clore — déclore enclore forclore éclore …   Dictionnaire des rimes

  • CLORE — v. a. (Ce verbe, quant aux temps simples, n est usité qu aux trois personnes du singulier du présent de l indicatif, Je clos, tu clos, il clôt ; au futur de l indicatif, Je clorai, et au conditionnel présent, Je clorais. ) Fermer, faire que ce… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • CLORE — v. tr. Fermer, faire que ce qui était ouvert ne le soit plus. Clore les passages. Clore les yeux. Il s’est présenté chez elle mais il a trouvé porte close. Chambre bien close. Fig., Clore la bouche à quelqu’un, L’empêcher de parler, ou le réduire …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • Clore — III гр., (avoir) P.p.: clos Закрывать, запирать Présent de l indicatif je clos tu clos il clôt nous closons vous closez ils closent …   Dictionnaire des verbes irréguliers français

  • clore — vt. , enclore, clôturer, entourer d une clôture (mur, haie, fossé, palissade, fils de fer, grillage...) ; (en)fermer : tlure, tleûre, antleûre, antlure (Saxel), klyore (Albanais 001), kloure <fermer> (Cordon 083, Montagny Bozel 026),… …   Dictionnaire Français-Savoyard

  • CLORE — …   Useful english dictionary

  • CLORE, SIR CHARLES — (1904–1979), British financier, industrialist, and philanthropist. Clore was born in London of immigrant Russian parents. His commercial ability was early revealed in a variety of transactions. He attracted public attention after World War II… …   Encyclopedia of Judaism

  • Clore Tikva Primary School — Clore Tikva Established 1999 Type Primary school Religion Jewish Headteacher Lenna Rosenberg …   Wikipedia

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”