agneau


agneau
(a-gnô), s. m. AGNELLE (a-gnè-l'), s. f.
   Petit d'une brebis. L'agneau et l'agnelle.
   Viande de boucherie, chair d'un agneau. Cet agneau est fort tendre. Côtelette d'agneau.
   Agneau pascal, l'agneau que les Juifs mangeaient à la fête de Pâques.
    Fig.
   Le lion rugissant est un agneau paisible, RAC. Esth. II, 9.
   Faibles agneaux livrés à des loups furieux, P. FISCHER ib. I, 5.
   Et lions au combat, ils meurent en agneaux, CORN. Poly. IV, 6.
   Être doux comme un agneau, être d'une humeur, d'une nature fort douce.
   Il est doux comme un agneau en particulier, MONTESQ. Lett. pers. 48.
   Avec Destin seul, il était doux comme un agneau, SCARR. Rom. com. ch. v..
   En langage mystique, l'agneau sans tache, l'agneau qui efface les péchés du monde, Jésus-Christ.
   En termes de blason, symbole de la douceur et de la franchise. Agneau pascal, celui qui est peint tenant une banderole.
   XIIe s.
   [Ils sont] Et simple comme aignel, et fier comme liepart, Sax. XXIX.
   XIIIe s.
   Dehors semblans aigniaus pitables, Dedens sommes leus ravissables, la Rose, 1192.
   Ou [au] mantiau n'ot pas penne vaire, Mès moult viés et de poure afaire, D'agniaus noirs, velus et pesans, SCARR. 215.
   Sept signaulx y a en ung livre Que Dieu qui siet ou trosne livre à l'aignel qui sept cornes a Et sept yeulx...., J. DE MEUNG Tr. 123.
   XVIe s.
   L'aigneau qui plus en son parc lui plaisoit, MAROT II, 218.
   Un aigneau ayant trois testes en une, PARÉ XIX, 20.
   L'agneau qui aura teté une chevre sera plus farouche que ne porte son naturel, PARÉ XVIII, 24.
   Bourguig. ainille ; picard, aignieu ; Berry, aigneau, igneau ; wallon, ognai ; Namur, agnia ; provenç. agnel, anhel ; ital. agnello ; d'agnellus, diminutif d'agnus, agneau ; dans l'anc. lat. arnus. L'ancien français déclinait ce mot : nominatif li agnaus, régime le agnel ; pluriel li agnel, régime les agnaus. Ménage dit : " Tous les Parisiens généralement prononcent anneau, au lieu d'agneau : un quartier d'anneau, qui est une prononciation très vicieuse à cause de l'équivoque ; et cependant, ces messieurs étant les maîtres du langage, il faut parler comme eux. " La prononciation véritable a repris le dessus sur celle que Paris avait au XVIIe siècle ; il est possible que cette prononciation qui supprime le g ait d'anciennes racines ; car il y avait dans la haute antiquité française, en certains lieux du moins, tendance à atténuer les consonnes ; et dans le bourguignon, comme on a vu, le g est supprimé aussi.
SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE
   AGNEAU. Ajoutez :
   Couche de sel formant la base d'une gerbe, Enquête sur les sels, 1868, t. II, p. 509.

Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré. . 1872-1877.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • agneau — [ aɲo ], agnelle [ aɲɛl ] n. • agnel XIIe; bas lat. agnellus, agnella, dimin. de agnus 1 ♦ Petit de la brebis. L agnelle est un agneau femelle. Agneaux de lait, de boucherie. Hist. jud. Agneau pascal, que les juifs immolaient tous les ans, à… …   Encyclopédie Universelle

  • agneau — AGNEAU. s. m. Le petit d une brebis. (Le G se prononce mouillé ici, et dans les cinq articles suivans.) Agneau de lait. Agneau tardif. Manger de l agneau. Quartier d agneau. On appelle l Agneau Pascal, L agneau que les Juifs mangeoient à la fête… …   Dictionnaire de l'Académie Française 1798

  • agneau — AGNEAU. s. m. Le petit d une brebis. Quelques uns font sentir le g, d autres non. Agneau de lait. agneau tardif. manger de l agneau. quartier d agneau. agneau Paschal que les Juifs mangeoient à la feste de Pasques. On dit d une personne d humeur… …   Dictionnaire de l'Académie française

  • agneau — Agneau, Agnus. Sevrer les agneaux, Lac agnis subducere, Depellere agnos a lacte, Disiungere agnos a mamma. Agneaux qui naissent sur l arriere saison, Cordi agni. Agneau et toute autre beste qui tette encore, Subrumus. Quand on met les agneaux à… …   Thresor de la langue françoyse

  • Agneau — Pour les articles homonymes, voir Agneau (homonymie). Un agneau non sevré …   Wikipédia en Français

  • AGNEAU — s. m. (Le G se prononce mouillé ici et dans les six articles suivants.) Le petit d une brebis. Agneau de lait. Agneau tardif.   Il se dit, particulièrement, Des agneaux tués que l on vend à la boucherie, ainsi que de La chair d agneau. Tête d… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • AGNEAU — n. m. Le petit d’une brebis. Agneau de lait. Agneau tardif. Quartier d’agneau. Manger de l’agneau. L’agneau pascal, L’agneau que les Juifs mangeaient à la fête de Pâques. être doux comme un agneau, se dit d’une Personne d’humeur fort douce. Il se …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • agneau — nm. ANYÉ (Albanais.001b, Annecy, Argentières, Balme Si., Bernex, Biot, Boëge, Cordon, Gruffy, Évian, Faverges, Grésy Aix, Jonzier, Laissaud, Leschaux, Longefoy, Marthod, Menthonnex Cle., Modane, Morzine, Passeirier, Passy, St Jean Si., St Nicolas …   Dictionnaire Français-Savoyard

  • agneau — [aɲo] (n. m.) pluriel : agneaux …   French Morphology and Phonetics

  • Agneau — Recorded as De Lagne, Delagnes, Delagneaux, Agnel, Lagnau, Lagne, Lagnes, Lagneux and others this is a French surname. It is apparently locational from a place in Normandy, translating as The place of the lambs . Whether this is literally a… …   Surnames reference


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.